HomeHome  SearchSearch  RegisterRegister  Log inLog in  
N'hésitez pas à visiter cette partie pour aider les invités !
Un vote toutes les deux heures sur la P.A. ou ici pour aider le forum !
Lancement du premier topic commun, venez voir un corps mutilé, muahahah !
La flemme de faire un scénario en entier ? Venez faire votre mini scénario !
N'hésitez pas à vous inscrire à la première intrigue du forum, en cliquant ici
Le Deal du moment :
Sortie Nike : les nouvelles baskets Air Max Plus
Voir le deal
169.99 €

Share
 

 Like a Hurricane ∞ Cassidy V.

View previous topic View next topic Go down 
Go to page : 1, 2  Next
AuthorMessage

Anonymous

Invité
Guest


Like a Hurricane ∞ Cassidy V. Empty
PostSubject: Like a Hurricane ∞ Cassidy V.   Like a Hurricane ∞ Cassidy V. EmptyThu 7 Aug - 5:49


∞ like a hurricane∞
Cassidy & Adriel

La pluie frappait son corps de loup, les bourrasques s'engouffraient dans son pelage sombre, l'obligeant à forcer sa course. La nuit avait été maussade, le temps ne se prêtant guère à une chasse au grand air. Mais on ne dit pas non à la Lune, à cette nuit où elle contrôle chaque atome des corps de ses Enfants. Le souffle d'Adriel était puissant, sa longue course l'ayant mené  à la lisère de la forêt, de l'autre côté de la ville. Il aimait ces nuits de pleine Lune, où il avait le parfait contrôle de son esprit et de sa transformation. Il aimait ces nuits, où il se sentait à la fois humain et animal, où sa personnalité n'était qu'une. Il aimait ces nuits bien plus que les autres.
Freinant sa lancée, ses yeux se posèrent sur le ciel qui commençait à s'éclaircir. Le soleil se lèverait dans très peu de temps, laissant derrière lui la nuit tumultueuse. Le vent se calmait lui aussi, emportant la pluie à ses côtés. Il ne lui restait que peu de temps pour rentrer, préférant de loin se retrouver nu au chaud, plutôt qu'en plein coeur de la forêt. Bien que le froid ne lui fasse pas peur, il n'aimait pas marcher des kilomètres dans son plus simple appareil, effrayé à l'idée que quelqu'un le surprenne : le nouveau professeur de Roseburg, nu, à l'aube, ferait un joli sujet de conversation !
Prêt à faire demi tour, les pattes bien ancrées dans la terre humide, Adriel se stoppa net, le museau levé au vent. Une odeur délicate venait de s'infiltrer en lui, embrouillant ses pensées. Une flagrance à la fois épicée et douce, secouant en lui des émotions bien trop animales. Secouant la tête brusquement, essayant d'oublier cette délicieuse odeur, la bête en lui prit rapidement le contrôle, obligeant l'humain à suivre dans une course effrénée. Les loups étaient pires que les hommes, contrôlés par leur instincts et encore plus par leurs hormones.
Après une dizaine de minutes, Adriel pila net dans une clairière, cherchant des yeux la chose qui l'avait ensorcelé. Et ce n'est pas une, mais deux choses qui apparurent devant lui. Trois loups. Trois ulfehdnars. Immobile, le regard sombre ancré dans la femelle du trio, il resta planté là, tel un imbécile amoureux, oubliant que les premiers rayons de soleil allaient le frapper de plein fouet. Et le conduire dans une situation plus que délicate.
Back to top Go down

Anonymous

Invité
Guest


Like a Hurricane ∞ Cassidy V. Empty
PostSubject: Re: Like a Hurricane ∞ Cassidy V.   Like a Hurricane ∞ Cassidy V. EmptyThu 7 Aug - 7:04

Like a Hurricane
la lune caressait leurs visages de ses derniers rayons quand le vent l'avait mené jusqu'à elle
La nuit était douce malgré les dernières gouttes de pluie qui tombaient du ciel, mais qui n'allaient bientôt n'être plus qu'un souvenir comme chaque instant de cette nuit, où malgré que nous profitions de ces moments de liberté, l'instinct restait ancré au creux du ventre de cette liberté enivrante, comme une vague emportant au loin les imprudents s'étant trop éloignés du rivage. C'était cela les nuits de pleine lune, plus encore qu'à toute autre transformation, nous devenions le loup tout comme lui se nourrissait de notre âme. J'aimais ces sensations et nous nous montrions parfois imprudents, aussi avais-je décidé que nous ne serions jamais moins de deux ensemble, comme cette nuit où je me trouvais avec Erwan qui gambadait joyeusement à mes côtés, quelques gouttes de sang de lièvre marquant encore son museau. Nous adorions la chasse, à six ou à deux, les sensations étaient les mêmes, le désir d'attraper le fragile animal, de livrer son âme à la nature avant de s'en repaitre, de sentir le goût métallique de son sang sur notre langue.

Parvenant à une clairière, j'humais l'air, une autre odeur chatouillait mes narines, et je savais qu'à Erwan aussi. Bien qu'il semblait s'en moquer, préférant venir me mordiller l'oreille, m'obligeant à répliquer en faisant claquer ma mâchoire à quelques centimètres de sa gorge, avant de venir frotter mon museau sous le sien en un câlin improvisé, suivi d'une léchouille qui le fit reculer, avant de se frotter le museau de l'une de ses pattes. Satisfaite de moi-même, je souriais intérieurement, avant de lever les yeux vers le ciel... il ferait bientôt jour. Et à présent que la pluie ne tombait plus, l'air ambiant portait bien plus les diverses odeurs de la forêt, attirant inexorablement mon attention dans une direction précise de la clairière, d'où déboucha un nouveau loup.

Non, ce n'était pas un vrai loup que fixait également Erwan, mais un Ulfhednar, grand, imposant, mais très certainement pas plus impressionnant que mon père et à qui je tenais tout de même tête. De plus, je ne connaissais rien de lui, son odeur ne m'était pas familière, son regard non plus, mais nous savions que nous en rencontrerions sûrement, il était juste le premier de notre espèce à croiser notre route. Celui qui ne semblait voir que moi et non pas mon cousin qui resta calmement à mes côtés, les muscles néanmoins tendus au besoin, peut-être une histoire de testostérone également. Mais l'inconnu ne traduisait aucune agressivité, ce qui avait plutôt tendance à me tranquilliser, bien que je restais méfiante.

J'allais faire un pas dans sa direction lorsque les premiers rayons de l'aube envahirent comme une mer d'or la clairière, se déversant sur nous, faisant disparaître les effets de la lune et nous forcer à reprendre forme humaine. La fourrure reflua alors que le corps changeait... pour ne laisser que trois corps aussi nus et humides que le jour de leur naissance. Me redressant sans me sentir embarrassée le moins du monde, j'avais vu et avais été vue par trop d'êtres pour être encore pudique dans ce genre de situation. Tout comme je n'eus aucune pudeur à laisser mes prunelles découvrir le corps de l'inconnu, seul un raclement de gorge, suivi du regard appuyé d'Erwan me firent monter le rouge aux joues. Comme si qu'il me voit agir avait quelque chose d’embarrassant, peut-être parce que l'homme était l'un des nôtres. "Tu cherchais quelque chose ?" préférais-je demander, mais avant que mon cousin ne sorte une blague stupide, j'enchaînais. "Tu ne t'attendais pas à nous croiser ?"


(c) sweet.lips
Back to top Go down

Anonymous

Invité
Guest


Like a Hurricane ∞ Cassidy V. Empty
PostSubject: Re: Like a Hurricane ∞ Cassidy V.   Like a Hurricane ∞ Cassidy V. EmptyThu 7 Aug - 8:46


∞ like a hurricane∞
Cassidy & Adriel

Lorsque l'aube pointa le bout de son nez, les premiers rayons du soleil caressèrent le corps lycanthropique d'Adriel. En quelques instants, sa fourrure épaisse avait abandonné son corps, laissant à la place une peau claire, presque translucide à certains endroits. Adriel avait beau avoir les cheveux bruns de son anglais de père, le reste de son anatomie, de ses yeux clairs à la couleur de sa peau ne laissait pas de doute sur ses origines nordiques. Se relevant sur ses deux jambes, faisant craquer les vertèbres de sa colonne, il ne sentit aucune gêne jusqu'à se rendre compte qu'il était seul face à deux personnes. A de nombreuses reprises, Adriel s'était retrouvé nu face à d'autres ulfhednar, en particulier dans sa jeunesse. Lorsqu'on vous apprendre, dès enfant, à gambader dans le plus simple appareil, devant les membres de votre famille et devant des inconnus, vous acceptez votre corps avec une certaine aisance.  Mais cela faisait quelques temps qu'il ne s'était pas retrouvé dans cette situation, en particulier devant une femelle. Qui plus est avait l'air d'avoir un certain contrôle sur l'autre homme. Etait-il ensemble ? Si oui, elle était la dominante et lui le dominé.
Ses doigts vinrent secouer nerveusement ses cheveux courts, et la femme se mit à parler. "Tu cherchais quelque chose ? Tu ne t'attendais pas à nous croiser ?". Deux questions, trop de possibilités de réponses. Premièrement, non il ne s'attendait pas à tomber sur un couple d'Ulfhednar. Deuxième, il cherchait ce que tout animal en rute voulait, mais il aurait été gênant de l'avouer. Jetant un regard discret sur le bas de son corps, espérant que son esprit humain n'avait pas suivi ses désirs de loup, il souffla en ne voyant rien d'anormal.  "Vous êtes les premiers de notre espèce que je rencontre par ici… C'est… Assez surprenant…" Il ne pouvait pas quitter des yeux le regard sombre de la femelle… femme. Elle avait une certaine beauté sauvage, brune, le teint quelque peu hâlé. Elle dégageait aussi un charisme intriguant. Son odeur délicate et parfumée devait certainement provenir de l'ensemble. Osant quelques pas vers le couple, il porta enfin ses yeux sur l'autre homme. Plus grand que lui, plus fort que lui, Adriel faisait office de brindille à ses côtés. Son corps humain n'avait rien a voir avec celui de loup, beaucoup plus puissant et robuste. Il avait beau avoir une certaine carrure et des muscles bien dessinés, il avait hérité du physique fin de son père.  "J'ai senti votre odeur et je…" Il ne pu finir sa phrase, un demi sourire accroché au visage, un brin gêné de penser qu'il avait laissé ses instinct animal décidés.


Last edited by Adriel Blackson on Fri 8 Aug - 2:55; edited 1 time in total
Back to top Go down

Anonymous

Invité
Guest


Like a Hurricane ∞ Cassidy V. Empty
PostSubject: Re: Like a Hurricane ∞ Cassidy V.   Like a Hurricane ∞ Cassidy V. EmptyThu 7 Aug - 10:48

Like a Hurricane
la lune caressait leurs visages de ses derniers rayons quand le vent l'avait mené jusqu'à elle
Un soupir ? Ou avais-je mal entendu ? Je n'étais pas vraiment certaine, avec le bruissement du vent sur les feuilles, le balancement léger de l'herbe à nos pieds dont j'adorais le contact délicat, comme une caresse. J'étais une fille de la nature, je l'avais toujours été, même au sein d'une université, je n'avais trompé personne. Il n'y avait que lorsque j'endossais ma blouse dans l'univers aseptisé de l'hôpital que plus rien ne trahissait d'où je venais. Certes, je pouvais passer pour autre chose, mais il suffisait de me mettre dans un lieu comme celui-ci pour comprendre que j'étais chez moi, même totalement nue. "Vous êtes les premiers de notre espèce que je rencontre par ici… C'est… Assez surprenant…" me répondit-il sans perdre mes yeux des siens, comme s'il risquait de se noyer s'il s'en détachait. Mon cœur s'accéléra légèrement, je n'arrivais pas à mettre la main sur ce qu'il se passait, mais l'animal au fond de moi s'en doutait et réagissait par cette accélération. J'aurais aimé savoir, mais ce n'était qu'impression... l'écho de mon instinct. Un sourire moqueur fit écho sur les lèvres de mon cousin, je le voyais du coin de l’œil, il remarquait bel et bien que l'homme ne regardait que moi, comme s'il était inexistant. Je ne savais pas trop ce que c'était, parce que dans notre clan, les gens me connaissaient et je les connaissais, je n'avais jamais directement été confrontée à nos semblables, à l'exception de nouveaux arrivants, mais ils étaient rares. Tout comme cette histoire de mariage qui était fort heureusement tombée à l'eau... même si je me doutais que mon père me reparlerait un jour ou l'autre de me trouver un compagnon.  

Pourquoi pensais-je à ça justement à cette seconde ? parce que j'étais certaine qu'Erwan me taquinerait avec ça dès qu'on serait seul, vu le regard appuyé de l'inconnu qui déjà s'avançait vers nous. Ce fut à cet instant qu'il se permis d'observer mon cousin, le détaillant, me permettant de ce fait de laisser mes iris glisser sur l'être qui se rapprochait. Je me familiarisais avec son odeur, comme pour ne plus jamais l'oublier et parvenir à la reconnaître, tandis que le vent soulevait ma chevelure au gré de son passage... "J'ai senti votre odeur et je…" reprit-il, visiblement gêné d'aller au bout de ce qu'il pensait, tandis qu'Erwan se contentait de terminer sa phrase. "Pensais qu'elle était seule. C'est vrai qu'elle sent plutôt bon ma cousine." se fit-il moqueur, avant d'ajouter comme si de rien n'était. "Je te laisse, il a pas l'air méchant. Si t'as besoin, crie comme une demoiselle en détresse." termina-t-il avant de s'écarter sous le regard sombre de Cassidy, bien qu'il darda un regard d'avertissement à l'inconnu, comme pour le mettre en garde que s'il tentait quelque chose, il finirait découpé en petites lamelles. "On sera pas loin." C'était tout Erwan ça. Prévenir que nous n'étions pas seul, et que d'autres l'aideraient le moment venu. Un sourire amusé naquit sur mes lèvres, secouant le visage de gauche à droite, laissant mes cheveux jouer autour de mes traits.

Puis je reportais mon attention sur le loup face à moi, mais mon sourire ne disparut pas lorsque je laissais filer de mes lèvres d'un ton amusé : "Je sens bon alors ?" M'approchant de lui, comblant la distance nous séparant, je me penchais pour sentir sa gorge, laissant mon souffle s'attarder sur sa peau, avant de reculer d'un pas. "Toi aussi. Tu es aussi le premier qu'on rencontre, mais on reste plutôt discret. Tu es là depuis longtemps ?"


(c) sweet.lips
Back to top Go down

Anonymous

Invité
Guest


Like a Hurricane ∞ Cassidy V. Empty
PostSubject: Re: Like a Hurricane ∞ Cassidy V.   Like a Hurricane ∞ Cassidy V. EmptyThu 7 Aug - 12:02


∞ like a hurricane∞
Cassidy & Adriel

La voix de l'homme le fit arqué un sourcil. Sa cousine ? De sa prise de parole, Adriel n'avait retenu que cet élément fondamental. Ils n'étaient pas un couple, mais un simple duo familial. Les voir ensemble, l'un taquinant l'autre fut comme un souvenir pour  l'Islandais. Un souvenir presque douloureux. Il avait été habitué à ce type de comportement, à chasser à plusieurs. A faire parti d'un clan. Il avait apprécié ça pendant des années, pour tomber ensuite dans l'orgueil et le narcissisme propre aux adolescents. Etre seul, sortir seul, chasser seul, tel un loup solitaire. Puis il avait repris ses habitudes familiales pour enfin disparaitre de leur vie.
Eradiquant de son esprit les sombres pensées qui emplissaient sa tête, Adriel retrouva ses moyens et resta silencieux face au départ du "cousin". Il n'arrivait pas à détacher ses yeux du visage de son homologue, ses instincts prédateurs hurlant au fond de son ventre. S'il avait été encore loup, il n'aurait pu se résoudre à rester planté là, comme un arbre. Stupide humanité qui oblige à refroidir les désirs primitifs. Frustrante humanité qui te laisse regarder mais pas toucher. Conscient que dans quelques minutes, une heure tout au plus, ses envies ardentes ne seraient qu'un lointain souvenir, qu'il retrouverait ses esprits, Adriel voulait que ce moment s'éternise. Humant l'odeur de l'inconnue, laissant s'infiltrer chaque nuance de sa flagrance dans ses poumons, essayant d'en décrypter les moindres détails pour s'en rappeler, il n'était pas habitué à ressentir une telle sensation de besoin insatiable.
"Je sens bon alors ?" Elle s'approcha, se faufilant au creux de son cou, inspirant une longue bouffée de l'odeur d'Adriel. Elle aussi avait ce besoin de le reconnaitre plus tard, de se créer une empreinte. Malgré leur enveloppe corporelle humaine, ils étaient encore deux animaux se découvrant. Leurs pupilles dilatées, leurs facilités à se toucher, à se regarder sans aucune gêne. "Toi aussi. Tu es aussi le premier qu'on rencontre, mais on reste plutôt discret. Tu es là depuis longtemps ?"  Il sentait encore  le souffle chaud qu'elle avait abandonné sur sa gorge quand elle lui posa la question. "Je suis arrivé il y a quelques mois, et… j'évite de chasser dans des coins faciles d'accès normalement" fit Adriel, d'un ton presque trop sérieux pour la situation. Reprenant possession de ses gestes, il fit quelques pas, tournant autours de l'inconnue comme un oiseau sur sa proie. Elle était belle, s'était une évidence, mais quelque chose de plus beau, de plus fort émanait de sa personne."Je suis intrigué par ce qu'a dit votre…  ton cousin. On ne sera pas loin ? Vous vous baladez avec toute votre famille ?" ironisa l'Ulfehdnar.
Back to top Go down

Anonymous

Invité
Guest


Like a Hurricane ∞ Cassidy V. Empty
PostSubject: Re: Like a Hurricane ∞ Cassidy V.   Like a Hurricane ∞ Cassidy V. EmptyThu 7 Aug - 13:01

Like a Hurricane
la lune caressait leurs visages de ses derniers rayons quand le vent l'avait mené jusqu'à elle
Erwan nous avait laissé seuls, sachant pertinemment que je n'étais pas une petite princesse incapable de se défendre, mais je savais également que les miens ne me laisseraient pas en tenue d'Eve, totalement seule, avec un parfait inconnu de notre race. A vrai dire, l'opinion que nous pouvions avoir des nôtres n'était pas très développée, ne faisant figure que d'histoires... à l'exception de l'un des membres de mon pack qui avait fait une rencontre désastreuse pour lui, néfaste et négative. On l'avait changé sans qu'il n'ait le choix, ce qui était contre nos façons de voir le baiser de la lune.

Mais l'homme face à moi, à moins que ce ne soit le loup dont je m'imprégnais de l'odeur comme si je n'étais que l'animal, exclusivement la dominante venant s'imprégner sans offrir elle-même sa gorge. La disparition de la lune n'avait pas assassiné nos instincts, et elle ne le ferait pas en ce qui me concernait, puisque j'avais embrassé ma nature, laissant ma puissance se tisser au point de préserver les miens de l'appel silencieux de l'autre "alpha". Je le percevais, comme un picotement désagréable, et il ne se trouvait pas en face de moi. Je n'étais pourtant pas déçue, jaugeant ce nouvel Ulfhe, effleurant sa peau de la mienne comme deux animaux se frôleraient sans la moindre pudeur. Peut-être au fond n'était-ce que le ballet délicat de deux regards s'observant, étudiant l'autre, le découvrant, accompagnant nos gestes.

"Je suis arrivé il y a quelques mois, et… j'évite de chasser dans des coins faciles d'accès normalement" répondit-il avec sérieux, laissant un sourire amusé étirer mes lèvres. Ainsi donc, il jugeait mon terrain de chasse, qui n'en était pas réellement un, puisque nous nous y amusions en attendant le soleil. Il n'y avait aucune autre odeur, et pour preuve, le vent ne charriait plus que les nôtres à proximité, à moins que la sienne ne soit parvenue à m'envelopper, mais j'en doutais. Je l'avais mémorisée, je savais donc reconnaître une autre odeur parallèle. Ce ne fut bientôt plus sa fragrance qui captiva mon attention, mais les pas qu'il commença à faire, tel le prédateur s'apprêtant à fondre sur sa proie. Mon cœur sembla vouloir frapper plus fort, fragile pulsation contre ma peau et dans mes veines, tandis que je le suivais au bruissement de ses pieds nus sur l'herbe lorsque je le perdais de vue. "Je suis intrigué par ce qu'a dit votre…  ton cousin. On ne sera pas loin ? Vous vous baladez avec toute votre famille ?" ironisa-t-il alors que je le fixais attentivement. Qu'avait-il contre les clans ? "Sinon quoi ? Tu chercherais à faire de moi ton p'tit dèj ?" me fis-je ironique à mon tour. "Je ne suis pas une proie, mais une Vangsness, et..." commençais-je avant de me placer face à lui, pour interrompre ses pas. "Je ne me déplace effectivement pas toute seule. Je ne sais pas si tu le sais, mais il y a comme un parfum d'invitation déplaisant dans l'air." dis-je sous un murmure comme si je lui faisais une confidence, tandis que l'un de mes doigts venaient effleurer son buste, dessinant, esquissant... distraitement. Sous ma forme de loup, j'aurais sans doute cherché à le pousser à reconnaître que j'étais plus forte que lui. Sous ma forme humaine, je dévorais son espace, lui refusais la possibilité de me donner l'impression d'être prisonnière, j'avançais, j'affrontais, je touchais. Je repoussais. Geste que mes doigts firent, s'appuyant fermement sur son torse.


(c) sweet.lips
Back to top Go down

Anonymous

Invité
Guest


Like a Hurricane ∞ Cassidy V. Empty
PostSubject: Re: Like a Hurricane ∞ Cassidy V.   Like a Hurricane ∞ Cassidy V. EmptyFri 8 Aug - 1:58


∞ like a hurricane∞
Cassidy & Adriel

Ses longs doigts titillaient le poitrail du jeune Blackson, tracent des lignes sur la fine musculature qu'il arborait. Elle non plus n'était pas encore redevenue totalement humaine, laissant ses envies animales prendre le dessus. Mais à la différence d'Adriel, elle arborait visiblement un certain plaisir et une aisance manifeste, à se retrouver avec le corps d'un humain et les pensées d'un loup. Alors que lui se battait intérieurement pour reprendre ses esprits, pour retrouver  ses moyens au plus vite, elle continuait de le regarder en souriant, l'oeil scintillant d'une lueur bestiale. "Je ne suis pas une proie, mais une Vangsness, et..." Adriel était prêt à lui répondre avec une taquinerie similaire quand le nom qu'elle prononça le frappa de plein fouet. Restant immobile, reculant d'un pas quand elle le poussa d'un geste, il ne croyait pas ce qu'elle venait de lui dire. Une Vangsness, un membre du clan canadien dont il avait eu quelques échos après une décision familiale. Que faisaient-ils ici, si loin de leur domaine ? Peut-être avaient-ils entendu l'appel de l'Alpha, celui qui s'insinuait dans leurs têtes à tous, les obligeant à suivre leurs instincts meurtriers, à se rebeller contre le système et se faire connaitre des autres espèces. Celui qui voulait la guerre pour montrer qu'ils n'étaient pas qu'une légende.  "Que ferait une Vangsness à Roseburg ? " lança l'Ulfehdnar, mi-curieux, mi-suspiçieux. Ce clan était connu pour leur indépendance, leur maitrise et leur histoire. En tant que membre du clan Islandais, Adriel en avait entendu parlé étant enfant, puis une fois plus tard quand son père lui avait proposé de se lier avec le clan canadien. Et par lier, ce n'était pas seulement pour chasser et se boire quelques bières après, au plus grand désarroi du mâle Blackson.
Back to top Go down

Anonymous

Invité
Guest


Like a Hurricane ∞ Cassidy V. Empty
PostSubject: Re: Like a Hurricane ∞ Cassidy V.   Like a Hurricane ∞ Cassidy V. EmptyFri 8 Aug - 6:14

Like a Hurricane
la lune caressait leurs visages de ses derniers rayons quand le vent l'avait mené jusqu'à elle
Il recula, n'offrant aucune résistance à la pression de mes doigts, comme s'il venait d'entendre quelque chose qui le poussait à réfléchir, ou plus précisément, qui éveilla une autre façon de voir les choses. J'ignorais encore qui il était, et je ne pensais pas que nous puissions avoir des ennemis, mais allez savoir. Nous ne partagions pas les valeurs de ce nouvel "alpha", de son appel, de ses désirs, sa puissance coulait telle de la lave en fusion autour de moi, cherchant à atteindre les êtres que je protégeais de son appel, conscient ou non, de ne parvenir à s'insinuer et à toucher tous les êtres. Mon père faisait de même avec le restant du clan, et je savais que le Conseil m'avait désignée comme chef de cette mission, d'une part parce que j'étais la fille de l'Ulfrik, une dominante, mais sans doute également pour voir... et juger. Cela m'énervait plus que tout. Je crachais volontiers sur ce poste, je n'en voulais pas, j'aimais la simplicité de mon existence, les libertés qui allaient avec, comme le fait de pouvoir venir jusqu'ici pour découvrir la vérité de moi-même. Et à peine avais-je franchi les limites de notre domaine, que j'avais commencé à ressentir ce silencieux appel. Quel crétin s'amuserait donc à faire cela ? Réclamant si fort...

"Que ferait une Vangsness à Roseburg ? " demanda-t-il de ce ton où je percevais tant la curiosité que la méfiance, preuve, sans doute, qu'il avait entendu parler de nous, ce qui n'était pas le cas de tant d'Ulfhednars, du moins à ma connaissance, mais cela ne m'avait pas préoccupé jusqu'à présent. Peut-être qu'au fond, sans connaître l'emplacement précis de notre village, était-il possible pour nos semblables de nous trouver. Mais nous n'agissions pas comme ce nouvel "alpha", susurrant un appel auquel j'étais libre de répondre ou non... mais surtout capable de protéger ceux qui m'étaient pour ainsi dire liés. Pourtant, il laissait sa puissance se déverser comme un doux parfum qui me paraissait sans doute désagréable parce que j'étais une dominante et que les ordres avaient tendance à m'agacer. J'attirais au contraire... je savais que je pouvais rallier, mais j'espérais qu'il s'agissait de mon attitude plutôt que de mon odeur... comme en cet instant pour l'Ulfhe qui se tenait devant moi. Restait à savoir si c'était plus un effet de mon côté féminin ou non.

A cette seconde, si j'avais eu des poches, j'y aurais sûrement glissé mes mains avec assurance et amusement, à la place, je me contentais de croiser les bras sous ma poitrine et de sourire. "Ça c'est une bonne question. Mais j'en ai une encore meilleure, vois-tu." soufflais-je en le fixant intensément. "Pourquoi es-tu si suspicieux ? Tu penses vraiment que cet appel idiot pourrait nous contraindre à quoi que ce soit ?" lui demandais-je en comblant ce nouveau pas qui nous séparait. J'aurais aimé savoir qui il était, d'où il nous connaissait, ce que l'on disait sur notre clan. Entendre ses paroles ou comprendre pourquoi je sentais cette tension si palpable en lui, comme si son animal rognait les barreaux invisibles d'une cage, alors qu'il était pourtant devant moi, libre de tout rempart trop humain. Non pas que je n'acceptais pas cette part de moi-même, mais j'avais mêlé ces deux facettes sans tenter de malmener l'une d'elle. Ainsi, brusquement, comme un oiseau venant atterrir contre sa joue, ma paume l'effleura tandis que je soufflais paisiblement : "Les dominants peuvent en protéger les autres."


(c) sweet.lips
Back to top Go down

Anonymous

Invité
Guest


Like a Hurricane ∞ Cassidy V. Empty
PostSubject: Re: Like a Hurricane ∞ Cassidy V.   Like a Hurricane ∞ Cassidy V. EmptyFri 8 Aug - 10:21


∞ like a hurricane∞
Cassidy & Adriel

Elle avançait, encore et toujours, se rapprochant toujours plus du corps nu de l'Ulfhednar. Son regard fiévreux, ses gestes délicats, empreints d'une assurance inconnue à Adriel, tout en elle faisaient vibrer son corps, le faisant sombrer dans l'antre de l'animal. Sans son nom, il aurait ouvert les portes de la cage et laisse la bête répondre au désir impétueux qui lui secouait le bas-ventre. Mais elle était une Vangsness, elle devait connaitre son clan et peut-être même ce qui leur était arrivé… Cela faisait quelques temps qu'il avait réussi à oublier ces pensées morbides, cette envie irrésistible de savoir exactement ce qui leur était arrivé. Avaient-ils été simplement abattu, d'un coup de carabine ou avaient-ils soufferts, sous la torture des chasseurs ? Il aurait du être là. Il aurait du être à leur côté, en tant que fils héritier. il aurait du… mourir avec eux. "Pourquoi es-tu si suspicieux ? Tu penses vraiment que cet appel idiot pourrait nous contraindre à quoi que ce soit ?" Levant les yeux vers la jeune femme, il fit disparaitre d'un coup de tête ce qu'il venait de penser pour se focaliser sur la conversation. Le clan canadien était connu pour sa maitrise et leur union salvatrice. Ils vivaient en parfaite harmonie avec les différents aspects de leur espèce, ce qui avait surpris Adriel quand il en avait eu connaissance. Les Blackson avaient les mêmes idéaux que les Canadiens mais de là à communier entièrement avec l'hybride était une autre chose. Il allait répondre quand la main délicate de la louve vint effleurer sa joue. "Les dominants peuvent en protéger les autres."   S'en était trop pour lui. Attrapant la main de la jeune inconnue, il l'obligea à se rapprocher tout près de lui, collant presque leurs corps qui s'épousèrent à la perfection. "Je n'ai pas besoin d'une dominante." Fut la seule chose qu'il murmura au creux de l'oreille de la louve qui embrasait chaque atome de son corps. L'animal en lui grondait, s'énervait, essayant de sortir de cette enveloppe humaine qui le maintenait prisonnier.  Respirant à nouveau la douce flagrance qui émanait des pores de la femelle, il rapprocha ses lèvres de son cou. Sans lui laisser le temps de réagir, il lapa sa peau d'un coup de langue, lent et chaud, doux et charmeur. Il releva le visage, un sourire amusé envers la jeune femme. "Bonne odeur, bon goût. Tu ferais une parfaite prétendante au mariage dis moi  ! "ironisa l'Ulhednar, s'attendant à recevoir un coup au moindre mouvement de l'inconnue.
Back to top Go down

Anonymous

Invité
Guest


Like a Hurricane ∞ Cassidy V. Empty
PostSubject: Re: Like a Hurricane ∞ Cassidy V.   Like a Hurricane ∞ Cassidy V. EmptyFri 8 Aug - 11:29

Like a Hurricane
la lune caressait leurs visages de ses derniers rayons quand le vent l'avait mené jusqu'à elle
Ma douceur n'eut pour réponse que la brutalité de ses doigts se refermant sur mon poignet, alors qu'il faisait en sorte de rapprocher nos deux corps sous une proximité troublante, capable d'éveiller l'instinct plus primitif de l'animal tapi dans mon esprit. Je sentais ma louve rôder derrière mes yeux, gronder un... trop facile. Et elle avait raison, elle... nous... je n'étais pas si facile à obtenir. Je ne forniquais pas avec le premier animal venu... sans qu'il ne le mérite. Non, cela n'était pas une manie, ni si simple, sinon j'aurais sûrement couché avec le quart des hommes du clan, ce qui n'était pas le cas, mes partenaires n'étaient pas si nombreux. Mon histoire la plus longue avait d'ailleurs été avec un humain qui était mort par la main de l'un de ses semblables, sans que rien d'extraordinaire de vienne chambouler son existence. Peut-être au fond n'y avait-il rien de... Je n'arriverais même pas à me mentir, la pleine lune n'était pas si lointaine, l'animalité de ces secondes ne cessait de nous envelopper comme sous une brume lascivement malsaine.

"Je n'ai pas besoin d'une dominante." me murmura-t-il à l'oreille, m'arrachant un sourire moqueur qui allait se farder de paroles lorsqu'il rapprocha ses lèvres de ma gorge pour venir la gouter de sa langue. Mais cela ne ressemblait pas à ce dont j'avais gratifié mon cousin pour l'ennuyer, ou même ce qu'un humain serait capable de faire. Nous en étions si loin que je sentis mon cœur battre plus fort et mon corps frissonner. Charme et langueur, comme un désir de tempérer sa bête qui renâclait sous sa peau, chaleur et douceur comme pour charmer la mienne et réveiller son appétit. Mais qui lui avait permis d'agir ainsi ? Il aurait mérité un coup bien placé, plus encore lorsqu'il reprit la parole... "Bonne odeur, bon goût. Tu ferais une parfaite prétendante au mariage dis moi  ! " ... son visage me souriant, ironique et amusé.

Mariage... et voilà qu'il me reparlait de ça ! J'y échappais depuis longtemps dans mon clan, précisément depuis que l'accord avec les Blackson était tombé à l'eau suite à l'éloignement de leur fils. Et même si je savais que mon père me resservirait l'argument que ce serait bon pour le clan, je n'avais pas l'intention d'accepter le premier venu entre mes cuisses et dans ma vie sans me battre pour avoir le choix. Je n'étais pas qu'un utérus capable de mettre au monde de nouveaux Ulfhednars, j'étais l'ovate de mon clan, une dominante... et loin d'être aussi prévisible que le "monde" entier le pensait. "N'est-ce pas ? Et ce potentiel mari n'y perdrait rien..." murmurais-je contre ses lèvres, alors que mes doigts s'étaient glissés entre nous pour s'enrouler lascivement, sournoisement autour de cette vigueur toute masculine qui lui appartenait. Juste le temps de détourner son attention de sorte à le faire basculer sur le sol... fourbe, effectivement. Me retrouvant à califourchon sur lui telle une amante passionnée, mes doigts remontèrent sur son torse, ma respiration assourdie par l'instant, mais si sûre de moi-même à cette seconde, alors que je me penchais, déposant presque mes lèvres sur les siennes, les affleurant à peine, les caressant de mon souffle. "Sauf que je n'ai pas besoin d'un compagnon." ironisais-je à mon tour, avant de lentement me redresser sur lui.


(c) sweet.lips
Back to top Go down

Anonymous

Invité
Guest


Like a Hurricane ∞ Cassidy V. Empty
PostSubject: Re: Like a Hurricane ∞ Cassidy V.   Like a Hurricane ∞ Cassidy V. EmptyFri 8 Aug - 21:02


∞ like a hurricane∞
Cassidy & Adriel

S'attendant à devenir le punching-ball de la louve, attendant que sa main vienne s'écraser violemment sur son visage, Adriel ne pu s'empêcher de réprimer un léger soubresaut quand la main gracile de l'hybride vint se refermer sur ce que tout homme avait de plus cher au monde. Le regard rivé dans les yeux brûlants de la louve, grognant quand sa poigne se fit plus forte, Adriel tomba sur le dos dans un lourd fracas, sentant son corps se cambrer sous la position bien trop alléchante que l'hybride lui proposait.
Avant le massacre de sa famille, sa vie amoureuse était toute tracée, tout comme sa vie sexuelle à vrai dire. Lorsqu'il aurait assez batifolé, vécu au contact des humains, Adriel devait retourner chez lui, sur les Terres sauvages et glaciales pour accepter le devoir qu'on lui incombait. Les sentiments, le désir, rien de tout cela ne lui était proposé, sachant pertinemment qu'il devrait engrosser la femme choisie par ses parents pour continuer la lignée des Ulfhednar et des Blackson. Depuis des générations, l'amour venait au fil des années, la tendresse prenant la place de l'obligation familiale. Ses parents étaient un digne exemple de mariage arrangé se finissant dans le bonheur placide et amical. Il s'étaient aimés, Adriel en étant certain, mais…. Il n'y avait pas ce désir impétueux que lui avait pu ressentir pour quelques humaines. Cette envie irrépressible de les charmer, de les rendre folles avec des mots, de les guider au plus profond des plaisirs charnels. C'était l'une des facette humaine qu'il préférait, sachant pertinent qu'en tant que  loup, l'odeur et les phéromones étaient en partis la cause des attractions bestiales. Pas besoin de converser avec une louve pour la faire sienne. "Sauf que je n'ai pas besoin d'un compagnon." Les lèvres de la jeune femme s'étaient rapprochées dangereusement, frôlant la bouche d'Adriel d'une manière presque insolente. Il sentait son corps se dresser sous chacun de ces mouvements si féminins, sous son dos qui se cambrait pour mieux appuyer sur chaque parcelle de sa peau. "Tu n'as pas besoin de compagnon. Je n'ai pas besoin de dominante… Je pense que nous arrivons à une impasse." Fit l'hériter Blackson avant de la faire basculer sur le côté, prenant enfin le contrôle de la situation. Les deux mains posées prêt du crâne de l'inconnu, il pu enfin examiner de près le visage sauvage que lui offrait l'aube. Elle était belle, il n'y avait aucun doute. S'humectant les lèvres, , il baissa le regard pour mieux apprécier la peau dévêtue de la louve. Levant l'une de ses mains, laissant glisser ses doigts sur l'épaule veloutée de la femme, il s'arrêta aux prémices de sa poitrine, adressant un large sourire à sa nouvelle amie. Se relevant d'un bond sur ses deux jambes, abandonnant la plaisante posture qu'il avait, Adriel offrit sa main pour l'aider à se relever "Adriel Blackson. Pour que nous soyons à égalité et que tu ne me donnes pas de surnoms grotesques d'ici notre prochaine rencontre !"
Back to top Go down

Anonymous

Invité
Guest


Like a Hurricane ∞ Cassidy V. Empty
PostSubject: Re: Like a Hurricane ∞ Cassidy V.   Like a Hurricane ∞ Cassidy V. EmptyFri 8 Aug - 23:22

Like a Hurricane
la lune caressait leurs visages de ses derniers rayons quand le vent l'avait mené jusqu'à elle
Il aimait sentir mon corps contre le sien, chacun de mes mouvements, tout comme le mien semblait traitreusement s'accorder, sauf qu'il restait l'esprit, cette fierté redoutable et audacieuse que l'humaine et la louve refusaient de devenir une proie si facile à capturer. Nous nous étions toujours mutuellement influencées, toujours mutuellement accordées dans nos besoins, elle avait aimé de la même force que moi, elle désirait protéger les nôtres de ce même besoin qui crépitait au fond de mon être. Elle était moi et j'étais elle. Le désir pour l'inconnu était commun, mais tout le reste également, le jeu et ces paroles trop humaines trouvaient pourtant leur place dans ces instants, parce que je n'étais pas que louve. Et j'avais ce besoin de vivre autrement que par rapport à un compagnon... je savais que je n'en serais que plus forte si je venais à trouver le bon, mais je ne vivais pas d'arrangements, je haïssais que l'on décide à ma place... tout comme le Conseil, sur des questions qui ne concernaient finalement que moi. "Tu n'as pas besoin de compagnon. Je n'ai pas besoin de dominante… Je pense que nous arrivons à une impasse." me répondit-il, me laissant esquisser un nouveau sourire, avant de finalement basculer sous son poids. Une main de chaque côté de mes traits, il semblait me dominer, mais nous ne nous battions pas réellement. Il y avait autre chose, cette attraction bestiale qui devait juger de l'autre, ou le mettre au défi. Non, il fallait reconnaître qu'il y avait bien plus, comme une partie d'échec, je lui avais pris un pion, son regard glissant sur ma peau alors que sa langue sinuait sur ses lèvres, guida sa main pour me prendre une tour sous la caresse de ses doigts qui dérivèrent sur mon épaule.

A cette seconde, il m'adressa un sourire, mais au lieu de m'inviter à jouer le coup suivant, il se redressa d'un bon agile, délaissant mon corps de la chaleur du sien. Déjà il me tendait une main, mais alors que j'aurais pu la prendre... "Adriel Blackson. Pour que nous soyons à égalité et que tu ne me donnes pas de surnoms grotesques d'ici notre prochaine rencontre !" Adriel Blackson. Il faisait parti de la famille de mon ancien promis... Pire il était cet ancien fiancé que je n'avais jamais vu de ma vie et que mon père m'avait dit être mon futur époux, parce que nous partagions des valeurs communes. Le hasard avait voulu que nous nous retrouvions ici, dans cette ville, dans ce lieu témoin de notre première rencontre avec l'un de nos semblables. Je n'avais pas envie d'y voir un signe de la déesse, alors là certainement pas. Mais n'était-il pas un dominant en tant qu'héritier Blackson, pourtant... pourtant... Raison pour laquelle il ne voulait pas de dominante, raison pour laquelle... M'emparant de ses doigts, je le laissais m'aider à me relever. Si mon cousin avait été présent, j'imaginais déjà ses mots se glisser à mes oreilles comme étant l'islandais auquel je devais m'unir. Le pire restait sans doute qu'il m'attirait, que son nom faisait ressurgir en la louve la possibilité qu'il soit digne... et merde. Hors de question !

"Ne compte pas pouvoir réclamer ce qui était à toi." dis-je en le fixant dans les yeux, et ce simple qualificatif montra à travers mes lèvres combien je vomissais l'idée d'être donnée, offerte, ou même d'appartenir à quelqu'un sans même que j'ai mon mot à dire. "Je ne te dois rien." répondis-je d'une façon trop humaine cette fois-ci. Je n'étais pas ici pour lui ou pour me trouver un compagnon, mais bien pour m'opposer à ce qui pourrait détruire notre mode de vie, tenter d'amoindrir les effets néfastes des actions de cet "alpha". Pourtant, Adriel était un bout de mon passé sans visage, qui venait d'en être doté d'un. Presque un murmure d'un destin inévitable qui avait pu être évité par des conclusions désagréables. Il aurait pu venir chez nous, réclamer, mais il avait disparu... Qu'il puisse se chercher une compagne aujourd'hui n'était pas mon problème. "Et pour les surnoms c'est déjà trop tard, je suis Cassidy Vangsness." dis-je simplement sans le quitter des yeux.


(c) sweet.lips
Back to top Go down

Anonymous

Invité
Guest


Like a Hurricane ∞ Cassidy V. Empty
PostSubject: Re: Like a Hurricane ∞ Cassidy V.   Like a Hurricane ∞ Cassidy V. EmptySat 9 Aug - 7:28


∞ like a hurricane∞
Cassidy & Adriel

"Ne compte pas pouvoir réclamer ce qui était à toi." La voix fut sifflante, plus humaine que jamais. Adriel fit un léger mouvement en arrière, se sentant attaqué malgré l'incompréhension de ce qu'elle venait de dire. Que voulait-elle dire par ce qui était à lui ? Et qu'elle ne lui devait rien ? Réfléchissant à son comportement, il n'avait rien eu d'offusquant, ou de méprisant et ses gestes n'avaient été qu'une réponse aux siens. Sa posture ne trompait pas l'héritier, elle avait laissé de côté ses désirs bestiaux, cette attraction bien trop animale pour redevenir l'humaine, froide, imperturbable. Ne la lâchant pas du regard, la sensation d'agression était-elle qu'Adriel fronça les sourcils, ne comprenait pas le changement d'attitude de celle qu'il avait voulu faire sienne quelques instants plus tôt. Son ton avait remis à sa place l'animal qui avait réussi a s'extirper de sa cage, le laissant pantois, presque gêné de sa nudité."Et pour les surnoms c'est déjà trop tard, je suis Cassidy Vangsness." En une phrase, tout devint claire. Elle était celle qui aurait du devenir sa promise, sa femme. Celle qu'il aurait du épouser pour continuer la lignée des Ulfhednar. Celle, qui à l'instar de l'hériter,  avait été traité comme un corps à vendre, à échanger. A nouveau, il fit un pas en arrière, pour se redresser et la surplomber. Il ne savait quoi répondre, quoi dire, un peu bouleversé par la tournure que prenait leur rencontre. Adriel n'avait jamais apprécié ce type d'arrangement, encore moins quand il avait s'agit de sa personne. Il ne s'était jamais réellement intéressé à celle à qui il avait été fiancé, cette demoiselle à l'allure sauvage et à l'accent américain. Il avait retenu quelques bribes la concernait, qu'elle était une femme forte, apprécié et admiré. Que ses talents faisaient elle un parfait engagement qui redorerait la famille Blackson. Mais plus que la difficulté de répondre à Cassidy, de lui dire qu'il avait enterré cette arrangement depuis des années, la voir lui remémorait les longues conversations qu'il avait eu avec ses parents. "Je…ne sais pas quoi dire." fit Adriel, décontenancé. "Mais n'ai crainte, cet arrangement a certainement été dissout quand ma famille a été massacré."La phrase claqua dans l'air, le ton employé étant presque violent, sanguin, énervé. Lâchant le lien imperceptible qui s'était formé entre leurs regards, Adriel se retourna, sachant très bien qu'elle n'avait rien à voir avec la disparition des siens. Mais mettre un visage sur son nom avait réveillé quelques douloureux souvenirs. S'il avait fait ce que son devoir incombait, peut-être seraient-ils encore en vie.
Back to top Go down

Anonymous

Invité
Guest


Like a Hurricane ∞ Cassidy V. Empty
PostSubject: Re: Like a Hurricane ∞ Cassidy V.   Like a Hurricane ∞ Cassidy V. EmptySat 9 Aug - 11:04

Like a Hurricane
la lune caressait leurs visages de ses derniers rayons quand le vent l'avait mené jusqu'à elle
Il eut un mouvement de recul à mes paroles, très certainement parce que je ne respectais plus les règles tacites établies par cette rencontre. Mais cela m'était égal, j'endormais ce qui était le plus animal en moi à cet instant, je savais que cela ne serait que temporaire, dissimulé derrière cette colère de ne pas vouloir être tenue de tenir une vieille promesse, trop ancienne pour être encore valable aujourd'hui. Puis je le vis froncer les sourcils, et pour plus de clarté, je continuais, prononçais finalement la seule vérité qui l'éclairerait sur ma réaction : qui j'étais. Ce nom l'avait une nouvelle fois fait reculer, comme si je venais de lui donner une gifle. Comme si mes mots étaient plus dangereux que n'importe quelle autre de mes attaques. "Je…ne sais pas quoi dire." J'allais ouvrir les lèvres, me montrer d'autant plus combattante, comme s'il était question de défendre ma liberté et que je n'étais pas dupe... mais il ne m'en laissa pas le temps. Ses mots... d'autres mots s'élevèrent. "Mais n'ai crainte, cet arrangement a certainement été dissout quand ma famille a été massacré." m'assena-t-il violemment, son timbre lui-même me fit reculer d'un pas à mon tour.

Non pas que je le craignais, mais l'animal au fond de moi avait eu cet instinct, refluant de derrière cette barrière éphémère qui venait de se briser, déversant tout ce qu'elle contenait en moi, alors que j'avais l'impression de pâlir. Peut-être n'était-ce que ça, une impression, mais mon cœur s'embrasa d'un battement plus fort lorsque le lien de nos regards se brisa et qu'il se détourna. Je n'avais pas la moindre idée de ce que cela faisait de perdre un membre de sa famille... je n'avais pas connu ma mère et je n'avais été que le témoin de la souffrance de ceux que l'on avait recueilli, et qui, pour certains, m'avaient suivie jusqu'ici. Ma famille allait bien, mon père... peut-être était-ce aussi la raison pour laquelle je ne voulais pas du rôle de Lupa au sein de notre clan, mon père pouvait partir, mais... Et puis... mon clan tout entier était ma famille, qu'il le soit par le sang ou par le lien qui s'était depuis tissé entre eux et moi. Que ferais-je si je les perdais ? Les battements de mon cœur s'accélérèrent encore... j'étais ici pour les protéger, justement. Il n'y avait finalement eu qu'un être important que j'avais perdu... parce que le destin l'avait voulu ainsi.

"Adriel..." soufflais-je du bord des lèvres, comme si ce prénom m'était familier alors que ce n'était pas le cas, et il me paraissait étrange de le voir fouler ma langue. "Je..." commençais-je, hésitante sur les mots que je voulais prononcer, lui confier, lui murmurer. Je ne pouvais pas affirmer que je comprenais comme la majorité des humains le ferait, parce que ce n'était pas le cas. Cette douleur ne m'était pas familière, cette rancune, cette violence, cette colère, qui secouaient tant l'homme que l'animal, comme une menace tacite à peine susurrée, mais qui pourtant pulsait dans l'air, caressait ma peau, éveillait mes sens. "Je ne voulais pas leur manquer de respect, je suis désolée..." continuais-je simplement. "Nous leur avons rendu hommage, ..." ...mais c'est ton absence qui a brisé l'accord. J'aurais pu poursuivre, retourner la lame dans sa chair et l'enfoncer plus profondément, mais cela ne servirait à rien. Prenant une profonde respiration malgré cette méfiance de la louve que ma part humaine tentait de rationaliser, il faisait jour après tout, j'avançais vers lui et déposais une main sur son bras avec douceur. Non pas pour le contraindre, mais simplement pour le toucher, mes doigts glissant pour tenter d'atteindre ses doigts. Le contact avec nos semblables nous faisaient parfois du bien... mais ce n'était pas de la pitié, simplement ce besoin nébuleux de vouloir faire plus sans savoir comment. Parce qu'il était seul et que moi non. Parce qu'il avait été lié à moi, même si cela n'avait rien de véritable. Je n'étais pas sa dominante, mais j'aurais dû être sa compagne.


(c) sweet.lips
Back to top Go down

Anonymous

Invité
Guest


Like a Hurricane ∞ Cassidy V. Empty
PostSubject: Re: Like a Hurricane ∞ Cassidy V.   Like a Hurricane ∞ Cassidy V. EmptySat 9 Aug - 21:49


∞ like a hurricane∞
Cassidy & Adriel

Ni les Vangsness, ni les Blackson, ni les chasseurs n'étaient réellement responsables de ce massacre. Et c'était là toute l'explication des difficultés de transformations d'Adriel. Le château de carte s'était effondré par sa faute, commençant à sa fuite et au refus de s'amouracher d'une inconnue. Il lui était même impossible d'oublier le regard emplis de larmes de sa mère, celle qui l'avait enfanté, qui lui avait offert la meilleure des éducation. Celle qu'il avait abandonné pour vivre de plaisirs humains et d'études futiles. Pendant toutes ces années, il avait cessé de se transformer, il avait cessé de s'entrainer, préférant l'enveloppe humaine à celle de l'animal. La seule facette de son hybridation qu'il acceptait était ce don infime de contrôler le feu. Sur ce point là, il avait tout fait pour devenir meilleur, mais sans personne pour l'aider, sans autre druide pour lui apprendre, la tache se révélait difficile. Seules les nuits de Pleine Lune l'obligeaient à redevenir l'animal. Mais il devenait le loup, non la créature démoniaque qui implosait en lui chaque soir à présent. Tout était de sa faute : en ayant abandonné sa famille, son clan, en refusant le lien qui allait les unir aux Vangsness, Adriel les avait précipité dans l'antre de la mort.
Son prénom fut comme un murmure, se mêlant aux bourrasques du matin. Cassidy s'approchait, abandonnant la sauvagerie de son animal intérieur.  "Je ne voulais pas leur manquer de respect, je suis désolée…"Non, elle ne voulait pas leur manquer de respect, les Vangsness sont beaucoup trop respectueux de leur race pour se le permettre. Adriel avait cessé de s'enfuir, pilant net en écoutant ses paroles. Malgré ce qu'il venait de dire, malgré la colère qui emplissait son corps et son esprit, il n'arrivait pas à enfermer l'animal qui grondait en lui. Cette odeur, cette attraction, ce désir ardent qui piétinait toute autre émotion. "Je ne voulais pas.. Je n'aurais pas du te parler comme ça." Murmura l'hybride, exprimant un léger souffle quand la main de Cassidy vint se poser sur son bras, symbole de respect et de sincérité. Fermant les yeux, appréciant ce contact à sa juste valeur, Adriel referma la petite porte qu'il avait entrouvert en parlant de sa famille. Il était préférable d'oublier, encore, de ne pas y penser, évitant un trop plein d'émotion et de culpabilité. Pas ici, pas lorsque ses pensées étaient vrillées par des désirs malsains, des pensées obscures. "Tout les Ulfhednars ont ce type de réactions quand tu es dans les parages, n'est ce pas ?" continua l'hériter, sans se retourner, sans la regarder en face. Il était conscient que ce qu'il ressentait, que ce qu'il voulait était mené par ces stupides phéromones qui se réveillaient une fois tout les trente six du mois. Alors quand ceux-ci se liaient à ces hormones humains, il lui était impossible de ne pas y répondre.
Back to top Go down

Anonymous

Invité
Guest


Like a Hurricane ∞ Cassidy V. Empty
PostSubject: Re: Like a Hurricane ∞ Cassidy V.   Like a Hurricane ∞ Cassidy V. EmptySat 9 Aug - 23:14

Like a Hurricane
la lune caressait leurs visages de ses derniers rayons quand le vent l'avait mené jusqu'à elle
Il s'était arrêté, m'avait écoutée, n'avait même pas eu l'ombre d'une réaction de rejet ou de violence comme l'avait pensé mon instinct animal qui avait trop conscience d'avoir un dominant... solitaire, face à moi. C'était le seul mot qui me venait en cet instant, bien que quelque chose m'échappait, ce petit truc qui vous dérange sans que vous ne parveniez à pointer ce qui cloche, mais je savais qu'il n'était pas un Ulfhe tels que ceux qui me suivaient. Il était un héritier, un dominant... mon père n'aurait choisi autre chose pour moi, trop conscient que sans un pendant, cela ne fonctionnerait pas, qu'il me suffirait de m'imposer pour tout contrôler si je n'avais pas face à moi un mâle capable de répliquer. Pourtant, il ne m'avait "proposé" personne d'autre depuis. Peut-être parce qu'il avait perçu ma réaction première de rejet avec l'histoire des Blackson, peut-être... Mais cette histoire s'était précipitée, sans qu'il n'ait le temps de repousser l'idée que sa fille puisse s'éloigner du clan et se mettre en danger pour trouver une solution, sans même être réellement devenue Lupa. Je n'étais sûre de rien le concernant, mais je savais qu'il avait conscience que je n'aurais pas accepté l'idée d'être offerte à un parfait inconnu pour le bien de l'espèce sans combattre.

Pourtant, à cet instant si précis, ce n'était pas du rejet que je ressentais pour cet homme, c'était ce désir que je reniais, cette empathie pour sa douleur et le regret de lui avoir fait du mal alors que ce n'était pas ce que je souhaitais. "Je ne voulais pas.. Je n'aurais pas du te parler comme ça." avait-il murmuré au contact de mes doigts sur sa peau, alors que ceux-ci sinuaient sur son bras jusqu'à finalement se glisser entre les siens pour enserrer sa main. Je n'avais rien à dire de plus, et qu'aurais-je pu répondre ? Une phrase banale comme le monde humain en demande tant quand un simple contact et le silence étaient capables d'exprimer tellement plus ? "Tout les Ulfhednars ont ce type de réactions quand tu es dans les parages, n'est ce pas ?" poursuivit-il alors, comme si lui avait besoin de mettre des mots sur... tout ça.

Mais je n'étais pas certaine de savoir quoi lui répondre. Ceux de notre race que j'avais croisé le plus souvent faisaient parti de notre clan, soit parce qu'ils y étaient nés, soit parce qu'ils nous avaient rejoint... seul l'un d'eux était venu jusqu'à moi, non avec des idées perverses, mais le besoin d'un ancrage qu'il pensait trouver en la dominante qu'il s'était choisie en moi. Pour preuve, il était également venu ici. Mais je... "Je ne sais pas trop, c'est... différent." répondis-je avec sincérité, laissant parler ce que je ressentais à cette seconde, la vérité sur ces impressions qui m'enveloppaient, me berçaient. J'aimais son odeur, elle m'attirait et en même temps... "Je ne croise pas de nouveaux dominants tous les jours." soufflais-je contre sa peau, réalisant que mes pas m'avaient plus encore rapprochée, comme un papillon par la lumière, comme l'instinct qu'il avait besoin de contact et que je pouvais lui en apporter. Ma poitrine frôlait sa peau de cette proximité, mais nous l'avions été bien plus les minutes précédentes. Ici, je répondais à son appel silencieux parce que j'en étais capable, luttant et me soumettant à la fois à mes propres instincts, car j'étais plus que l'un et moins que l'autre. Ma seconde main effleura alors son dos à hauteur de son omoplate, sans rien ajouter de plus.


(c) sweet.lips
Back to top Go down

Anonymous

Invité
Guest


Like a Hurricane ∞ Cassidy V. Empty
PostSubject: Re: Like a Hurricane ∞ Cassidy V.   Like a Hurricane ∞ Cassidy V. EmptySat 9 Aug - 23:54


∞ like a hurricane∞
Cassidy & Adriel

Elle avait raison, c'était différent. Lui aussi avait déjà été en contact avec des femelles, des Ulfhednars cherchant à s'accoupler. Lui aussi avait déjà ressenti cette sensation, ce besoin immuable de s'approcher de la Source, et de comprendre ce qui la rendait si irrésistible. Mais très vite, il s'en lassait, très vite il voyait l'hybride et disparaissait aussi vite.  Il s'était déjà accouplé avec une louve, mais pas une Ulfhednars, et encore moins une dominante. Et il y avait quelque chose dans l'odeur de Cassidy qui lui offrait une sensation de pur bonheur, comme un drogue dont il ne voulait se défaire. C'était violent, incontrôlable, addictif. Comme s'il la connaissait depuis toujours, comme si son corps attendait le sien. Il la voulait, rien qu'un instant. "Et encore moins des dominants qui refusent de l'être j'imagine..." Il ne bougeait toujours pas, laissant la main de la louve se poser délicatement sur son omoplate, déchiffrant chacune de ces cicatrices. Il était responsable de la plupart, ce qui serait incompréhensible pour une personne comme Cassidy. Ce qu'Adriel savait des Vangsness était bref mais il avait rapidement compris qu'ils vivaient en parfaite harmonie avec leur pendant animal, ne faisant qu'un, nuit et jour. Elle et lui étaient à la fois opposés et semblables. L'une acceptant ce qu'elle était, jouissant de son hybridation comme d'un cadeau, l'autre refusant chaque aspect de son espèce. Se retournant enfin, laissant sa main dans celle de Cassidy, il colla son propre corps au sien. Mais Adriel ne la regardait pas. Ses yeux vagabondaient sur sa gorge offerte, sur son épaule menue, sur sa chevelure d'ébène qui tombait le long de son corps. Peau contre peau, le souvenir de la main de Cassidy Vangsness sur son bas ventre, de l'empreinte qu'elle y avait laissé, réveilla en lui le désir enfoui quelques instants plus tôt. "Nous… devrions… rentrer…" souffla-t-il alors que ses yeux se posèrent enfin sur les prunelles sombres de l'Ulfhednar. Satanés hormones. Satané besoin animal. "Il y a certaines choses que je suis incapable de contrôler… " En dehors de mes transformations pensa-t-il. Savait-elle qu'Adriel en était venu à s'enfermer, à se cloitrer au fond d'une cave s'attachant chaque nuit ? Non, personne ne pouvait savoir que l'hériter Blackson avait perdu toute maitrise, tombant au même niveau que les loups de bas-étages, que les enfants de la Lune qui venait de recevoir le baiser mortel. Novices et incontrôlables.
Back to top Go down

Anonymous

Invité
Guest


Like a Hurricane ∞ Cassidy V. Empty
PostSubject: Re: Like a Hurricane ∞ Cassidy V.   Like a Hurricane ∞ Cassidy V. EmptySun 10 Aug - 8:06

Like a Hurricane
la lune caressait leurs visages de ses derniers rayons quand le vent l'avait mené jusqu'à elle
"Et encore moins des dominants qui refusent de l'être j'imagine..." fut la première chose qu'il me répondit, m'offrant cette explication qui me semblait si proche mais que je n'arrivais pas à saisir jusqu'à présent : il ne s'acceptait pas. Et plus on rejette ce que l'on est, plus cette réalité devient brûlante, capable de consumer entièrement un être. C'était une règle chez nous, le premier enseignement qu'il me semblait avoir reçu... il faut accepter d'être ce que l'on est : ulfhednar, dominant, tout cela fait parti d'un grand tout qui harmonise l'univers, même si je doutais que les plans de l'"alpha" aillent véritablement dans ce sens, si cela découle finalement sur ce mauvais présage envisagé par notre shaman. "Oui." soufflais-je en réponse à ses paroles, ma respiration s'échouant dans son dos, mes doigts redessinant ces marques qui maculaient sa peau et dont j'ignorais la provenance. On aurait dit qu'il s'était battu et que l'on avait fait en sorte que tout persiste sur son être, comme s'il ne devait jamais oublier.

Puis il se retourna, conservant nos doigts entrelacés tandis que mon autre main longeait cette peau offerte jusqu'à s'attarder sur ce torse qui me faisait face à présent. La chaleur de son corps retrouvait celle du mien comme si elles n'avaient besoin d'aucune explication pour s'étreindre une nouvelle fois. Et tandis que mes prunelles cherchaient les siennes... ces dernières s'attardaient plus bas, comme pour s'imprégner de ces détails, découvrir la fragilité de ma gorge. Mais c'était son désir que je sentais contre moi, venant réveiller celui de ma louve ancré dans mon bas-ventre, ou peut-être le mien, seulement le mien, ou le nôtre... Cela faisait des années qu'il m'arrivait de ne plus savoir, de suivre mon esprit et non pas forcément les désirs de mon corps. Je savais qu'il fallait en satisfaire certains pour endormir les autres, je savais...

"Nous… devrions… rentrer… Il y a certaines choses que je suis incapable de contrôler…" reprit-il dans un souffle alors que ses prunelles revenaient effleurer les miennes. Pourtant, il était un dominant, il aurait du... à plus d'un titre en être capable s'il le souhaitait réellement, mais si l'animal en lui n'était pas rassasié, et si... Je ne comptais pas me dissimuler derrière des prétextes ou d'abracadabrantes histoires, je partageais son désir, tout comme je sentais le sien courir contre ma peau, effleurer mon être, éveiller mon odorat de parfums aussi délicats que contradictoires. Le contrôle passait parfois par l'abandon, l'acceptation... il n'y avait pas que l'ancrage qui comptait. Même sans en avoir conscience. "Et si ce n'était pas grave si tu n'y arrivais pas ?" murmurais-je tout contre ses lèvres, ma langue venant finalement les effleurer, les redessiner lascivement. Avant de souffler d'une voix plus sourde... "Je n'ai pas peur de toi." ... sans le perdre des yeux. Je ne lui promettais rien de durable, juste l'étreinte éphémère de l'expression de notre désir, alors que ma main s'était volatilisée de son torse pour venir s'attarder sur sa nuque, avant de se glisser lascivement parmi ses cheveux, mon bas-ventre se pressant volontairement contre le sien.


(c) sweet.lips
Back to top Go down

Anonymous

Invité
Guest


Like a Hurricane ∞ Cassidy V. Empty
PostSubject: Re: Like a Hurricane ∞ Cassidy V.   Like a Hurricane ∞ Cassidy V. EmptySun 10 Aug - 9:19


∞ like a hurricane∞
Cassidy & Adriel

Elle se rapprochait. Encore et encore. Il n'y avait plus rien qui les empêchait de ne faire qu'un, ni la lumière du jour, ni leurs noms respectifs. Rien. Adriel sentait son souffle chaud sur sa bouche, son odeur enlaçant la sienne, et embrasant ce qui restait d'humain en lui. Lorsque Cassidy entrouvrit ses lèvres, lorsque sa langue vint effleurer celles d'Adriel, il arrêta de respirer, comme hypnotisé par la danse lascive que lui offrait ce corps humide. Elle lui demandait d'abandonner cette barrière qu'il érigeait entre lui et l'animal, cette cloison fine mais pourtant bien présente. Elle n'avait pas peur mais elle le devrait. Cassidy était peut-être une dominante, une Ulfhednar puissante et respectée. Mais plus fort qu'un hybride qui se contrôlait, plus dangereux même, il y avait les solitaires. Ceux incapable de résister à l'appel de la Lune, à l'odeur du sang et ce besoin irrépressible de tuer. Ceux dont il faisait parti. Fermant les yeux dans un râle de plaisir, elle venait d'appuyer tout son être contre le bas-vente de l'hybride, jouant avec ses cheveux, caressant sa nuque d'une main habile. "Cassidy…" Murmura Adriel, le coeur sur le point d'imploser. Réouvrant les yeux, sa main vint violemment attraper la chevelure d'ébène de l'héritière, relevant son visage vers le sien. Sans crier gare, il captura ses lèvres dans un baiser qu'aucun humain ne pouvait donner. Brutal, démesuré, enragé. Sa langue jouait avec la sienne, dansant au rythme de leur battements de coeur, qui s'accéléraient encore et encore. Sa main gauche abandonna celle de Cassidy, longeant sa cuisse dénudée et remontant le long de sa hanche pour la plaquer contre son dos. L'obligeant à se cambrer, à ne faire qu'un avec lui, il ne lâchait pas sa bouche, mordant sa lèvre quand il reprenait son souffle. Lâchant les cheveux de la belle, lui redonnant un semblant de liberté, Adriel fit glisser sa main sur sa hanche, la tenant maintenant fermement. Son souffle devint grognement, son corps fut prit de spasmes, tremblant à chaque instant de cette étreinte de feu qui rallumait en lui la braise qu'il essayait de piétiner depuis trop longtemps. Jamais une Ulfhednar ne l'avait attiré comme ça, jamais une louve ne lui avait donné une telle envie, un tel désir. Sa main droite frôlant le bas du dos de sa compagne, il ancra sa paume sur la rondeur de ses fesses, voulant s'imprégner de chaque forme que Cassidy Vangsness arborait.
Puis cette douleur atroce, ce bourdonnement dans les oreilles, cette tempête qui frappait dans son esprit. L'aube s'était levée il y a peine une heure que déjà, la bête qui sommeillait en lui se réveillait, attendant le soir avec impatience. Cette nuit, l'hybride prendrait possession de chaque parcelle de son corps, se faisant un malin plaisir de lui broyer les os sous la transformation. Et déjà, il le faisait souffrir, cognant dans son crâne comme un monstre dans une cage. Se reculant violemment de Cassidy, lâchant son corps dans un souffle de désespoir, il y avait cette lueur sauvage dans le regard d'Adriel qu'il était incapable de camoufler. "Heureusement pour toi que cette union n'a pas été conclu…" Murmura l'hybride, se reculant encore d'un pas, abandonnant ce à quoi il s'était agrippé comme un fou quelques instants plus tôt. " J'espère que le futur époux saura te combler. Moi j'en suis incapable." Lâcha-il, le regard baissé au sol, à la fois honteux et insultant. Elle n'était pas le genre de femme à chercher un compagnon, à vouloir se marier et à procréer. Non, elle était une dominante, prête à se donner corps et âme à son clan. Et pas un homme. Mais qu'il l'énerve pour qu'elle disparaisse, qu'il l'insulte pour qu'elle parte. Car lui, n'en avait pas la force, sachant parfaitement que Cassidy Vangsness pouvait devenir cet ancrage dont il avait tant besoin.
Back to top Go down

Anonymous

Invité
Guest


Like a Hurricane ∞ Cassidy V. Empty
PostSubject: Re: Like a Hurricane ∞ Cassidy V.   Like a Hurricane ∞ Cassidy V. EmptyTue 12 Aug - 6:47

Like a Hurricane
la lune caressait leurs visages de ses derniers rayons quand le vent l'avait mené jusqu'à elle
Mon prénom s'esquiva de ses lèvres, un murmure, un soupir, comme le présage silencieux de ce qui suivrait. Ses doigts s'emparèrent de ma chevelure brutalement, me contraignant à m'incliner de sorte à recevoir le baiser que l'animal m'offrait, venant chercher la louve et uniquement elle au fond de mon être. Je la sentais brûlante et enflammée de cet échange qui avait pourtant lieu sous un ciel éclairé du soleil, et non d'une lune brillante et enivrante. Mes doigts s’agrippèrent à ses cheveux, prenant appui contre son corps alors que sa main venait plaquer nos êtres l'un contre l'autre. Un gémissement s'esquiva de mes lèvres alors qu'il la mordait de ses dents, mon souffle s'étourdissait au rythme de mes battements de cœur. Et lorsqu'il délivra ma chevelure, ma main libre se pressa de ses ongles sur son épaule, comme pour le retenir, contrebalancer la dominance de ces secondes. Nos lèvres, nos langues... comme un ballet hypnotique de ces secondes vagabondes où seuls nos instincts étaient rois, où je me moquais de n'être que l'esclave de mes sens et de mes désirs. Pourquoi se plaindre d'un tel embrasement, qui était si rare, et si dévorant, comme une lave se déversant et dévastant tout sur son passage. J'avais envie de lui, envie de... sentir sa main s'emparer de l'arrondi de mon être comme il le faisait à cette seconde, alors que mes lèvres continuaient à chercher les siennes, que mes doigts le pressaient...

Il s'écarta de cette même violence qu'il avait exprimé dans cette étreinte, reculant d'un pas, s'éloignant de moi, laissant l'incompréhension se lire dans mes prunelles alors qu'il me fixait de cette lueur sauvage et si instable que j'avais senti en lui. "Heureusement pour toi que cette union n'a pas été conclu…" murmura-t-il en se reculant, en fuyant mon regard... Pardon ? Qui parlait d'union ? Qui parlait... ? "J'espère que le futur époux saura te combler. Moi j'en suis incapable." Insista-t-il encore, sans me donner une réelle explication à la frustration qu'il faisait naître en moi, à ce sentiment de rejet qui me rendait folle... tellement folle de rage. Il avait cherché la louve dans cette étreinte, et elle était là, frôlant la surface de ma peau, incapable pourtant de pleinement prendre le dessus de ces instants. Elle rôdait, nourrissant cette même frustration, cette colère qui rougissait à l'intérieur de mon être.

Je ne parvenais pas à le comprendre, à saisir ce qui pouvait tant le pousser à refuser ces instants alors que son être en crevait d'envie. Je sentais son odeur, celle qui enveloppait la mienne et m'informait sur... Mais c'était comme un duel intérieur qui se menait sous mes yeux, malgré le rejet dont il me rendait victime. L'absence de sa chaleur contre la mienne me déplaisait, le fait qu'il me parle de futur mari tout en refusant... parlant d'incapacité, de... "Tu te moques de qui Adriel ?" sifflais-je dans un souffle sourd et rancunier, fixant ces traits qui me refusaient le reflet de ses yeux. "Tu peux te mentir autant que tu veux, mais ne cherche pas à me faire croire que tu en serais incapable." Mes doigts crispés, serrés en forme de poings, je ne le perdais pas des yeux, avançant dans sa direction, combattant en moi-même la venimeuse impulsion qui divaguait dans mes veines. Oh et puis... "Et regarde-moi dans les yeux !" m'exclamais-je brusquement, tandis que ma main volait en direction de son visage pour lui en coller une. Qu'il assume au moins ce qu'il disait, tandis que je lui reprochais physiquement de se foutre de moi, car il n'était question de rien d'autre.


(c) sweet.lips
Back to top Go down

Anonymous

Invité
Guest


Like a Hurricane ∞ Cassidy V. Empty
PostSubject: Re: Like a Hurricane ∞ Cassidy V.   Like a Hurricane ∞ Cassidy V. EmptyTue 12 Aug - 8:22


∞ like a hurricane∞
Cassidy & Adriel

Non, il ne la regarderait pas. Non il n'aurait aucun geste tendre, envieux, bestial envers elle. Non il ne céderait pas à ce monstre qui se nourrissait de ses désirs impétueux, dévorant chaque émotion qui lui soulevait le coeur. A nouveau, un pas en arrière, à nouveau, une honte qui grisait son visage. Il savait que ses paroles n'avaient aucune valeur, qu'il se mentait à lui même, que Cassidy n'avait certainement même pas cherché un mâle. Elle n'en avait pas besoin, ni pour devenir plus puissante ni pour avoir le respect des siens. Elle se suffisait à elle-même, foulant le sol de sa démarche féline, prédatrice. Envoûtante. Sa façon de lui adresser la parole, de prononcer son prénom fit à peine relever la tête d'Adriel Blackson. Il y avait dans cette rencontre, dans cet échange une impression de reconnaissance, comme si… Comme s'ils s'étaient toujours connus. Leurs odeurs respectives les attiraient comme deux aimants, leurs coeurs s'accéléraient au frôlement de leur peau, leurs corps s'emboitaient comme deux pièces d'un tout qu'on aurait séparé il y a bien longtemps. C'était étrange, déroutant, créant un malaise profond au sein d'Adriel Blackson. Il ne l'aimait pas, non, même quand on lui avait parlé d'elle il y a des années de cela. Il ne la voulait pas comme compagne, comme dominante. Mais… Quelque chose chez elle l'attirait, tel un papillon devant une flamme. Tel un mâle insoumis devant une femelle prédatrice.
Adriel avait perdu le cours de la conversation et la claque le ramena dans la clairière. En une fraction de seconde, le monstre grogna, montrant les crocs, foulant de ses pattes le corps de l'héritier. La brutalité du geste, sa soudaineté aussi lui fit relever la tête, ancrant ses prunelles dans le feu de celles de Cassidy. Il la regardait à présent. Il la contemplait même. Sans s'en rendre compte, ses babines dévoilaient ses dents blanches, humaines, mais prête à mordre. En lui, des sentiments contradictoires lui dictaient différents comportements qu'il était incapable de réaliser. Attaque-la, mord-la, elle n'aurait pas du te frapper, venges-toi possède-la, brutalises-la. Tues-la. "Non.." Souffla-t-il, comme encore dans ses pensées. Tues-la. Tues-la. Le murmure devint un grognement, le grognement un hurlement. Adriel restait immobile, incapable de fuir, incapable d'agir. Seule cette envie mordante, brûlante mouvait encore dans son corps, se mêlant au besoin vital de la posséder. Désir et violence. Sexe et bestialité. D'un mouvement lent et silencieux, presque invisible, sa main chercha la hanche menue de Cassidy, frôlant la peau dénudée, descendant le long de sa cuisse, se stoppant à la lisière de son intimité. Son corps se rapprocha, timidement, docilement. Ses lèvres cherchèrent son visage, pour finir au creux de son oreille. "Domine-moi, avant que je n'implose." Plus qu'un murmure, un supplice. Un besoin irrationnel qu'elle le contrôle pour leur satisfaction respective.
Back to top Go down

Anonymous

Invité
Guest


Like a Hurricane ∞ Cassidy V. Empty
PostSubject: Re: Like a Hurricane ∞ Cassidy V.   Like a Hurricane ∞ Cassidy V. EmptyTue 12 Aug - 10:06

Like a Hurricane
la lune caressait leurs visages de ses derniers rayons quand le vent l'avait mené jusqu'à elle
La violence de ma main exprimait toute la frustration et la colère face à son attitude, elle laissait filer un temps soit peu la brûlante rancune de l'animal que je sentais brûler dans chacune de mes veines, sous le mince épiderme de ma peau. Et puis il y avait cet ordre tellement humain qui avait accompagné mon geste, l'animal aurait adoré que l'on baisse les yeux face à lui, mais ma part humaine haïssait cette fuite insultante. Car il n'inclinait pas les yeux pour me montrer du respect, bien au contraire... Nous étions le savant mélange de l'homme et de l'animal, du druide et du loup. Et brusquement, sous l'écho de la gifle brutale, nullement retenue, j'obtins ce que j'avais désiré, son regard s'ancra dans le mien, mais un grognement sourd s'évada de ses lèvres retroussées et prêtes à mordre comme s'il était encore sous les traits du loup de la nuit passée. Mais nulle crainte ne passa dans mon regard face à sa réaction, mes muscles étaient simplement tendus, prêts à réagir, à répondre, à attaquer, à se défendre. Les battements de mon cœur palpitaient dans ma poitrine, alors que chaque parcelle de mon être se préparait, cherchait à percevoir la seconde vitale où il faudrait réagir pour éviter une attaque, peu importe sa teneur. Mon corps retrouvait naturellement les points d'appuis nécessaire à une réaction stable et précise. J'analysais son attitude, ne cherchais pas de moi-même à dépasser le stade de cette première attaque dont l'initiative venait pourtant de moi. Je savais qu'un jour mon impulsivité me jouerait des tours, mais j'espérais que celui-ci n'était pas encore arrivé.

Il ne cessait de me contempler, les lèvres retroussées, la fragrance qui s'esquivait de son être était confuse et je le sentais. Laissant une nouvelle fois son duel intérieur faire le tri et décider de ce qui se produirait ensuite, si nous allions devoir nous battre ou non. Il murmura un non qui ne s'adressait pas à moi, puisqu'il me regardait dans les yeux et que je n'avais rien dit de plus... Il luttait contre l'animal au fond de lui, celui que j'étais venu chercher d'une simple claque, comme ses lèvres avaient su gagner la louve au fond de moi, la laisser prendre temporairement le dessus sans que je la craigne le moins du monde. Nous n'étions qu'une.

Pourtant, à cet instant, je sentis sa main effleurer ma peau, geste qui capta brièvement mon regard comme pour m'assurer de ce qu'il faisait, avant de rejoindre une nouvelle fois ses prunelles. Silencieusement, ses doigts dérivaient sur ma peau, tandis que je le défiais sans un mot à travers mes iris... Il m'avait jetée et je ne comptais pas lui faire le plaisir de réagir à la caresse licencieuse de ses doigts dont j'avais bien trop conscience. Et son corps, comme sachant pertinemment de ce qui se jouait, se rapprocha du mien comme s'il désirait gagner mon autorisation. Qu'il était prêt à reculer si je le rejetais à mon tour... comme deux loups dans une clairière, nous en revenions toujours à ça. Alors que je restais immobile sous son rapprochement, sous la caresse de ses doigts si proche de mon intimité, sous la présence de son corps, sous le vagabondage de ses lèvres jusqu'à mon oreille, alors que je restais méfiante, ayant vu les dents et la menace informulée. J'étais prête à le rejeter à mon tour, s'il n'avait pas soufflé d'autres mots à mon oreille. "Domine-moi, avant que je n'implose." m'avoua-t-il, me confirmant cette lutte à l'intérieur de lui-même, ce venin qui le dévorait alors qu'il refusait à l'animal de s’épancher d'une manière ou d'une autre.

Ma main, celle que je ne pouvais voir derrière la proximité de ses lèvres et ma joue, se leva pour venir envelopper doucement sa gorge, comme pour le rassurer. J'oscillais sous cette envie de lui faire ressentir une nouvelle fois cette frustration, et celle de lui donner ce qu'il voulait, de le dominer alors qu'il ne recherchait aucune dominante, mais que l'animal en lui le dévorait, le consumait, l'avalait pour prendre peu à peu sa place. Il n'arrivait pas à onduler sur la vague de l'animalité comme je pouvais le faire à cet instant, inclinant mon visage, je laissais ma langue glisser sur sa gorge, mes dents venir mordiller brièvement le lobe de son oreille, tandis que ma prise se faisait plus assurée, lui refusant l'accès à la mienne. Connaissant son statut de dominant, je n'étais pas certaine qu'il aime cela jusqu'au bout, mais il avait pour ainsi dire fait son choix, et j'étais bien trop dominante pour le lui refuser, d'autant plus quand je pouvais sentir ce mélange de sentiments en lui, comme un parfum enivrant et ce désir toujours ancré au fond de moi.

"D'accord." murmurais-je après que d'un regard derrière lui, ce fut d'un geste brutal au niveau de la gorge que je le poussais jusqu'à l'arbre un peu plus loin, lui faisant heurter l'écorce alors que je revenais lover mon corps contre le sien. Je connaissais les faiblesses d'un cou et je venais d'en user pour l'amener à cet arbre qui n'était pas si loin. Un sourire à la fois moqueur et dominant, je soufflais contre ses lèvres un "Tu es mien." voulant dire tout et rien à cette seconde. Alors que mes doigts étaient revenus se glisser entre nous, attiser et contrôler le désir de celui contre lequel je pressais mon corps, jouant de son instrument comme une lancinante musicienne le ferait pour laisser le public dans l'impatience de ce qui suivrait. Mon autre main s'attardant sur sa gorge, je laissais mes lèvres effleurer les siennes sans les laisser s'étreindre, jouant... "Touche-moi..." murmurais-je, mon souffle s'écrasant contre ses lèvres, alors que je me tenais prête à réagir et à suivre l’ouragan de cette rencontre.


(c) sweet.lips
Back to top Go down

Anonymous

Invité
Guest


Like a Hurricane ∞ Cassidy V. Empty
PostSubject: Re: Like a Hurricane ∞ Cassidy V.   Like a Hurricane ∞ Cassidy V. EmptyTue 12 Aug - 11:30


∞ like a hurricane∞
Cassidy & Adriel

Elle acquiesça, d'une voix douce et suave. Elle accepta de le prendre comme proie, inférieur, animal sans défense prêt à se laisser surplomber par celle qu'il avait choisi. Le combat d'un dominant sur un dominé était un jeu dangereux, sauvage, où l'un devait entièrement se laisser faire par l'autre, devant accepter tout ses gestes, toutes ses attaques. Le dominé était l'esclave des émotions du dominant, le jouet qu'il frappait d'un coup de patte quand l'envie lui prenait. Les souvenirs gravés de son père, jouissant de ce haut statut firent irruption dans son esprit. Il aimait sa mère, comme personne. Mais il y avait toujours dans ce regard cette lueur de possession, ce besoin irrépressible de la savoir toujours à ses côtés, prête à acquiescer à ses moindres paroles, à ses moindres volontés. Adriel n'avait jamais été de ce côté du pouvoir, prenant chacune des décisions, refusant d'obéir aux ordres qu'il pensait injustes ou infondés. Il était un mâle dominant, un être devant exercer sa puissance et son charisme sur les autres. Et à ce moment précis, il demandait d'être l'asservi, celui prêt à baiser chaque parcelle du corps de Cassidy si elle le lui demandait. Cloisonner ses émotions, n'écouter que son corps, ne pas prendre de décisions. Là était le besoin qu'il ressentait au fond de lui, là était l'obligation dont il se sentait réellement esclave.
La main de l'héritière Vangsness attrapa son cou, le poussant d'un geste précis mais brusque. Son dos se heurta à l'écorce de l'arbre, griffant son dos déjà lézardé. Il la laissa faire, ne réagissant pas, ne répondant pas d'un geste tout aussi violent. Sa main se déroba, s'imprégnant à nouveau du corps d'albâtre d'Adriel, reprenant possession de l'instrument de ses désirs, empoignant fermement ce qu'il avait de plus cher. Un râle s'échappa de sa gorge, lèvres entrouvertes, langue dévoilée. Le souffle chaud de la femelle tout contre, son murmure possessif, son mouvement de va-et-vient interminable. Il devait lui obéir. Quand Cassidy lui susurra de la toucher, Adriel fut prit d'un léger tremblement, ne sachant trop ce qu'elle lui autorisait à faire. Ses doigts frôlèrent son dos, descendant le long de sa colonne, s''arrêtant au commencement de ses fesses. Sa main gauche glissa sur sa hanche, sur son bassin, sur sa cuisse, cherchant à se nicher au plus profond de l'être de Cassidy Vangsness. Ses doigts trouvèrent refuge, caressant tendrement son intimité. Ne pas aller trop vite, ne pas aller trop loin. Ne rien brusquer pour réveiller cet Autre en lui, pour transformer l'eau assoupie en une vague tonitruante. Mais plus ses gestes étaient profonds, pris dans un élan de fougue, d'envie violente et oppressante, plus il sentait ce grognement reprendre place au fond de son esprit. "Je…" Murmura-t-il, bouche à peine entrouverte, pupilles fixes sur celle que la bête avait choisi. Brusquement, sa bouche se plaqua à celle de Cassidy, laissant danser leurs langues au rythme de leurs coeurs, laissant le feu le consumer encore et encore. Dominé, il était incapable de jouer ce rôle. Esclave, il ne pouvait l'accepter. Il voulait la posséder, l'entendre gémir sous la surprise, la voir se cambrer sous la vague déferlante. Adriel ne voulait pas être une autre croix sur son tableau de chasse, pauvre soumis aux désirs de sa maitresse, pauvre animal esclave de sa puissance. Reculant son visage pour inspirer une bouffée d'air frais, leurs corps semblaient s'échauffer malgré le matin glacial. Ils en oublieraient presque le soleil, la proximité de la ville, la possibilité que de pauvres humains s'attardent dans les parages. Ils étaient deux animaux, pris au piège dans une danse lascive, brutale et indomptable. "Tu la sens, cette bête qui me ronge de l'intérieur… Et tu vois aussi que je suis incapable de t'écouter…" Murmura le dominant, au creux du cou de sa compagne. Ses doigts continuaient, lentement, épousant parfaitement la forme que son corps prenait, se cambrant au rythme de leurs mouvements. Son autre main, plus tendre vint se nicher dans son cou, remontant le long de sa nuque, caressant sa chevelure d'ébène. Son odeur se mêlait à une flagrance de sueur, de chaleur corporelle que seul un loup peut apprécier. "Cassidy, arrêtes moi avant que je te possède… Il te poursuivra chaque nuit sinon, cherchant à nouveau ton corps, ton odeur.. Il te voudra à lui tout seul. " Entrecoupé par un râle qu'Adriel ne pu contenir, sentant son corps trembler sous chaque pression que l'héritière exerçait, elle devait le croire. L'Ulfhednar en lui souhaita s'accoupler, procréer. Et il voyait en Cassidy, la parfaite dominante qu'il recherchait à posséder.
Back to top Go down

Anonymous

Invité
Guest


Like a Hurricane ∞ Cassidy V. Empty
PostSubject: Re: Like a Hurricane ∞ Cassidy V.   Like a Hurricane ∞ Cassidy V. EmptyTue 12 Aug - 12:55

Like a Hurricane
la lune caressait leurs visages de ses derniers rayons quand le vent l'avait mené jusqu'à elle
Un râle, frêle écho du plaisir que la mélodie de mes doigts savaient faire naître de lui, alors que des mots s'élevaient de mes lèvres, venant l'inviter à me toucher, sans autre précision que ces deux mots qui s'élevèrent dans cette aube caressante, sous l'éclat d'un soleil aux rayons capricieux, ne parvenant plus qu'à nous effleurer contre cet arbre, traversant le feuillage avec dextérité, comme s'il était envieux de pouvoir s'attarder sur nos peaux nues. La mienne recevait le toucher de ses doigts comme si ce n'était que le frôlement des ailes d'un papillon, provoquant un subtil frisson, tandis que je ne cessais de fredonner des miens cette lascive mélodie. Son autre main dériva sur mon être, tout n'était qu'emprisonné par cette douceur licencieuse qui parvint finalement à m'arracher un gémissement, suivi d'un autre, les battements de mon cœur s'affolant à cet instant, ma seconde main préférant agripper son épaule. Nos regards se perdaient l'un dans l'autre, dans le jeu malsain de nos doigts s'égarant dans un ciel trop clair pour un instant presque trop sombre. Je pouvais presque voir le brouillard qui nous enveloppait, dévorait ces instants, prouvant que le soit disant dominé n'y parvenait pas... n'y parviendrait pas, j'avais eu raison et j'en fus convaincu lorsque ses lèvres s'emparèrent des miennes. Sauf que je n'avais pas envie de le remettre à sa place, de lui dire que je ne l'y avais pas autorisé, il jouait de cette corde sensible qui laissa la passion brûlante qui bourdonnait au fond de moi comme nuée ardente, prête à dévaler le flanc du volcan sans tenter d'interrompre sa course.

La musique s'étourdissait de son propre rythme trop lascif, laissant nos souffles s'égarer comme si les étoiles étaient presque à portée de main... Doux mensonges que j'aurais pu croire en présence d'Eïtineka. Ici, je savais que ce n'était que nos instincts les plus primaires qui nous guidaient sur cette voix sans issue, à vouloir se brûler les doigts en effleurant la lumière saisissante de son amant. Mon corps s'arrimait aux ondulations précises de l'archet, me laissant me cambrer, dériver de ma respiration brûlante contre sa gorge, alors qu'il me murmurait contre la mienne... "Tu la sens, cette bête qui me ronge de l'intérieur… Et tu vois aussi que je suis incapable de t'écouter…" Je la sentais, je l'effleurais, je la satisfaisais de l'étreinte de la mienne, laissant mon être tout entier s'emporter dans la passion de ces secondes taciturnes qui prendraient simplement fin lorsque nous nous quitterions. L'histoire se murmurait, se consumerait comme un parchemin ensorcelé... je lui offrais l'échappatoire et j'y gagnais... Un sourire s'étira sur mes lèvres, je n'avais pas vraiment envie d'y réfléchir. "Je m'en doutais..." soufflais-je en réponse, mes ongles s'enfonçant dans la chair de son épaule, ma main se faisant si douce en comparaison dans un mouvement similaire au sien dans sa rapidité. Alors que mes lèvres déposèrent un baiser contre sa gorge, la mordillant comme pour y laisser mon emprunte. Je n'étais pas plus soumise qu'il ne l'était, il aurait dû le savoir, le prédire, comme je l'avais supposé, et comme la louve au fond de mes prunelles aimait cet affrontement tacite de nos êtres.

Sa main caressait ma peau, s'égarant sur ma nuque, alors que nos fragrances se mêlaient, s'apprenaient pour quelques heures, pourtant l'un de nos sens mémorisait déjà ce plus bien présent. Son odeur s'était déjà imprégnée en moi, je l'aurais reconnue comme si je l'avais déjà connue, tout comme nos corps semblaient s'accorder sous une harmonie troublante et presque dérangeante... presque, si je ne m'égarais pas quelque part dans le plaisir de ces secondes, ces soupirs si proches de gémissements. "Cassidy, arrêtes moi avant que je te possède…" Quoi ? Encore ? Il voulait vraiment que mes doigts se referment pour lui faire regretter ses paroles ? Mais les suivantes... "Il te poursuivra chaque nuit sinon, cherchant à nouveau ton corps, ton odeur.. Il te voudra à lui tout seul." ... il me les souffla incapable de retenir le plaisir s'expiant de ses lèvres. Un rire presque trop sensuel, tant il était chargé du plaisir enivrant de ces secondes, s'esquiva des miennes. J'aurais pu frissonner, prendre cette menace au sérieux, mais quelque part, j'avais l'impression qu'il voulait une nouvelle fois me dicter quoi faire, et je détestais ça. Mes doigts relâchèrent la pression sur son épaule pour venir prendre son menton entre eux et guider son visage de sorte à croiser mon regard. "Alors qu'il se rentre dans le crâne que je ne lui appartiens pas. Tu entends ?" dis-je avec sérieux, mon souffle perturbant l'assurance de mes paroles, mes prunelles troublées par ces secondes, possédant ce reflet animal qui tentait de contacter celui d'Adriel, s'adressant directement au loup dont je sentais les effluves entêtantes et pour lequel je n'étais pas certaine qu'interrompre tout maintenant ne lui laisserait pas ce goût d'inachevé qui nous brûlerait, ma louve et moi, si je le faisais. Qu'il ne poursuivrait pas cet exutoire à sa propre combustion pour lui avoir échappé. "Je ne suis pas à toi et je ne t'obéirai pas." murmurais-je avant de laisser s'échapper un nouveau gémissement, mes doigts quand à eux menant une danse plus endiablée, accélérant les accords comme pour lui prouver que je n'étais pas la soumise de l'histoire et que ce n'était qu'une étreinte, une seule, et pour laquelle je n'étais pas certaine d'aller au bout malgré la passion dévorante contre laquelle il faudrait que je lutte si j'y pensais réellement.


(c) sweet.lips
Back to top Go down

Anonymous

Invité
Guest


Like a Hurricane ∞ Cassidy V. Empty
PostSubject: Re: Like a Hurricane ∞ Cassidy V.   Like a Hurricane ∞ Cassidy V. EmptyTue 12 Aug - 21:02


∞ like a hurricane∞
Cassidy & Adriel

Son corps fut prit d'un rire suave, chaud et presque moqueur. Il n'y avait eu aucune lueur de peur, d'agacement ou de colère dans ses prunelles irisées. Rien que ce rire cristallin qui souleva son corps, sa poitrine dans un léger soubresaut. Adriel ne craignait pas pour la vie de Cassidy. Même s'il était possiblement plus puissant qu'elle, de part son absence de contrôle et donc d'émotions. L'héritière Vangsness avait derrière elle toute une famille prête à hisser le fanion de la guerre, prête à se soulever contre l'un des leurs pour le ramener plus bas que terre. Adriel serait mordu, battu, violenté, jusqu'à ce qu'il ne reste de lui qu'un pauvre corps humain, sans défense, prêt à implorer le pardon de la chef dont il avait osé voulu la mort. Alors, non ce n'était pas pour sa vie qu'il craignait mais bien pour la sienne, égoïsme pur. Se lancer dans une traque fougueuse, humant son odeur délicate à chaque foulée, la recherchant pour faire d'elle celle qui porterait sa progéniture. C'était de ça qu'Adriel avait peur, sachant pertinemment que la folle envie de la faire sienne de nouveau lui ferait perdre la raison et créerait en lui un tumulte, l'empêchant de se consacrer sur ce qu'il devrait vraiment : la survie.
Sa main délicate attrapa le menton du loup, le serrant de ses doigts fins et libres. Elle comprenait qu'Adriel n'était pas responsable de cet autre, de ce jumeau maléfique, homologue à son sang, opposé à ses idées. L'héritier en était à la fois responsable et inconnu, sachant qu'il était au fond de lui, attendant que les douze coups de minuit sonnent, attendant que la Lune, magistrale et magique, se lève et lui fasse pousser son cri bestial. Tout en étant incapable de le contrôler, de le connaitre parfaitement, lui et ses gestes, lui et ses actions. Combien de fois Adriel s'était réveillé, un gout de sang dans la bouche, devant deviner s'il s'agissait d'un animal ou d'un homme qu'il avait dévoré. Combien de fois avait-il du panser ses plaies, comme un guerrier solitaire qui rejetait la faute sur ses compagnons d'armes ? Le contrôle lui manquait, cette maitrise si parfaite qui lui permettait de rester humain les nuits de lune. Avant leurs morts, avant leurs disparitions, sa vie était un doux mélange d'enseignement, de sorties nocturnes, de femmes aux courbes généreuses et aguicheuses. Il appréciait le gout de la liqueur et se réveiller avec la bouche pâteuse auprès d'une inconnue aux cheveux d'or. Il appréciait ce sentiment de puissance quand il enfermait à double tour, l'hybride qui frappait à grand coups de griffe sur ses barreaux dorés. Peut-être avait-il trop joué avec le feu, refusant à ce jumeau la liberté que lui offrait la lune ? Peut-être s'était-il trop laissé tenter par son homologue druide, tentant d'embrasser les flammes de son briquet, de sa cheminée, de sa bougie. Peut-être, trop de peut-être et si peu de conviction…
"Je ne suis pas à toi et je ne t'obéirai pas." Si tel était son désir, Adriel lui obéirait cette fois-ci. Abandonnant la moiteur de cette intimité qu'il appréciait tant, amateur de femmes et de supplices, il laissa glisser sa main le long de ses fesses, la soulevant avec lenteur. "Je t'aurais prévenu", laissa-t-il échapper, dans une voix rauque qui n'était pas la sienne. De sa main libre, il l'obligea à le lâcher, cet instrument dont elle avait le contrôle, dont elle jouait à la perfection changeant de notes avec dextérité. Même si elle avait le dessus, Cassidy ne pouvait avoir la maitrise de tout, surtout dans un moment comme celui-ci. Brusquement, il ancra son être dans celui de la douce Vangsness, la faisant sienne d'un mouvement de bassin. Ils se regardaient, encore et toujours, comme deux amants ennemis se faisant querelle, comme deux animaux refusant de lâcher la dominance de l'un sur l'autre. Dans toute relation, il avait toujours celui qui commandait et celui qui écoutait. Mais lorsque deux capitaines se retrouvaient ensemble, lorsque deux dominants se donnaient l'un à l'autre, la relation était à la fois saine et dangereuse, brutale et pleine de douceur. Agréable et empoissonnée. Tout les deux en avait conscience, et s'était pour cette raison qu'une union Ulfhednar ne se faisait jamais entre deux chefs en devenir.
Back to top Go down


Sponsored content


Like a Hurricane ∞ Cassidy V. Empty
PostSubject: Re: Like a Hurricane ∞ Cassidy V.   Like a Hurricane ∞ Cassidy V. Empty

Back to top Go down
 

Like a Hurricane ∞ Cassidy V.

View previous topic View next topic Back to top 
Page 1 of 2Go to page : 1, 2  Next

Permissions in this forum:You cannot reply to topics in this forum
A SHOT IN THE DARK :: anciens rps-