HomeHome  SearchSearch  RegisterRegister  Log inLog in  
N'hésitez pas à visiter cette partie pour aider les invités !
Un vote toutes les deux heures sur la P.A. ou ici pour aider le forum !
Lancement du premier topic commun, venez voir un corps mutilé, muahahah !
La flemme de faire un scénario en entier ? Venez faire votre mini scénario !
N'hésitez pas à vous inscrire à la première intrigue du forum, en cliquant ici
-44%
Le deal à ne pas rater :
Clé USB 3.0 SanDisk Ultra 128 Go (vitesse de lecture jusqu’à ...
18.89 € 33.99 €
Voir le deal

Share
 

 Like a Hurricane ∞ Cassidy V.

View previous topic View next topic Go down 
Go to page : Previous  1, 2
AuthorMessage

Anonymous

Invité
Guest


Like a Hurricane ∞ Cassidy V. - Page 2 Empty
PostSubject: Re: Like a Hurricane ∞ Cassidy V.   Like a Hurricane ∞ Cassidy V. - Page 2 EmptyTue 12 Aug - 22:59

Like a Hurricane
la lune caressait leurs visages de ses derniers rayons quand le vent l'avait mené jusqu'à elle
Quelques secondes, ou peut-être minutes, c'était tout ce qu'il me restait pour décider si je nous refuserais ces instants ou non, si j'irais au bout de ce moment. Mais mes mots, mes gestes et la passion dévorante qui brûlait dans mon ventre... provoquèrent ce qui devait sûrement advenir, alors que ses doigts désertaient mon fourreau de chaleur pour effleurer mon flan, et venir prendre possession des arrondis de mes courbes. Il me soulevait à présent, tandis que nos prunelles ne cessaient de se jauger, que je ne cessais la musicalité de mes doigts. "Je t'aurais prévenu" me souffla-t-il d'une voix devenue rauque et profonde, capable de me faire frissonner et peut-être d'entrevoir clairement l'animal qui pourrait me faire hésiter. J'oscillais comme une équilibriste sur un fil tremblant, j'avançais au rebord d'un précipice captivant, alors que sa main écartait la mienne, me privant de mon instrument qui préféra se joindre à celui dont il avait joué quelques instants plus tôt. Un gémissement répondant à la brusquerie de cet amant dont je ne parvenais à me détacher du regard ancré dans le mien. Ma jambe se pressa contre son bassin, contre l'écorce... l'une de mes mains se pressa en mimétisme sur sa nuque, comme pour y prendre appui, alors que je l'écartais de l'autre en repoussant le tronc, de sorte à me permettre d'enlacer sa taille de mes cuisses.

Il ne me dominait pas, je ne le dominais pas, nous frôlions un précipice dangereux duquel nous n'aurions peut-être pas dû nous approcher. Cela pouvait ébaucher l'harmonie du ciel, bercer les étoiles d'une cascade impensable d'éclats de lune s'il y avait ce contrôle, ce respect, peut-être même la fraîcheur de sentiments à la profondeur abyssale. Mais nous n'avions caressé que nos corps et le désir irrépressible de notre être l'un pour l'autre, de nos bêtes dont la rencontre se voulait fracassante et dominatrice, ni l'un ni l'autre ne voulant abandonner un millimètre de contrôle. Bien que non, c'était faux, j'avais égaré ce dernier en cours de route, lorsqu'il était venu s'emparer de mon poignet et s'était brusquement glissé en moi. "Je ne lui cèderai pas." laissais-je filer d'une voix sourde, presque vacillante sous la sensation première, soufflais-je encore en glissant ma main libre dans sa chevelure pour attirer ses traits en arrière, comme pour contrebalancer le fait qu'il ait pris de l'ascendant sur mon être. Les battements saccadés de nos cœurs s'accordant alors que j'avais l'impression de frôler l'overdose de l'ambroisie des légendes qui n'étaient pas les miennes, parfum d'interdit et d'audace, parfum de douceur et de brutalité, souffle capricieux du ciel portant insanité et déraison.

Je savais... la conscience brûlante d'une douce clarté pernicieuse... mon impulsivité et ma dominance venaient de me faire prendre un risque que j'avais négligé quelques instants plus tôt. S'il me poursuivait... s'il... il fallait que j'arrête de réfléchir, de prédire ce qui ne se produirait sûrement pas. J'étais justement trop dominante pour satisfaire l'animal grondant à l'intérieur de lui, bien que je pouvais sentir le grondement satisfait de ma louve qui me contaminait comme un venin trop délicieux de ressentir que nos corps puissent s'imbriquer si parfaitement. Le sort... était après tout déjà tenté. Unique pensée qui se faufila dans mon esprit lorsque je pressais mes lèvres contre les siennes avec douceur, ma langue venant lascivement jouer de la sienne, tandis que mes prunelles restaient obstinément ancrées sur les siennes. Mais le feu de la passion me consumait, me dévorait... poussant mon bassin à onduler contre le sien de cette douceur presque frustrante pour mon propre désir. A cette seconde, quelle que puisse être la conscience de cette folie qu'était cette étreinte que je voulais unique, je ressentais le besoin qu'il me possède, que son être m'enchaîne et m'affronte pour le goût de la domination sur nos langues. Car il n'avait pas encore gagné... et c'était sûrement le plus troublant de ces instants, je sentais ce besoin de rencontrer l'animal, de le goûter, de percevoir la merde dans laquelle je m'étais sûrement embourbée. Pourtant je n'avais pas le temps pour tout ça, je devais me consacrer à ma mission... Rejetant mon visage en arrière, retenant le sien de mes doigts ancrés dans ses cheveux, je détournais mes traits d'un soupir à la fois rauque et frustré. J'étais malgré tout incapable de prendre une décision, car je sentais que mes lèvres trahiraient ce besoin et cette envie d'une demande qui se lisait dans mes prunelles et que je haïssais presque silencieusement. Je voulais qu'il me condamne à ne plus pouvoir réfléchir, qu'il me...


(c) sweet.lips
Back to top Go down

Anonymous

Invité
Guest


Like a Hurricane ∞ Cassidy V. - Page 2 Empty
PostSubject: Re: Like a Hurricane ∞ Cassidy V.   Like a Hurricane ∞ Cassidy V. - Page 2 EmptyTue 12 Aug - 23:47


∞ like a hurricane∞
Cassidy & Adriel

Lent et doux, tendre et et silencieux, comme la brise légère qui caressait leur peau. Malgré la brutalité du coup de rein, malgré la violence qui animait leurs coeurs, il y avait dans cette étreinte une fragilité bien visible. Si l'un s'abandonnait, il deviendrait l'opprimé, sujet de la dominance de l'autre. Alors dans un va-et-vient lent et insidieux, espérant à chaque instant que l'un laisserait tomber les armes, ils continuaient. Fiévreux et attentifs aux mouvements, aux baisers, aux regards. Les doigts de Cassidy vinrent caresser les cheveux humides d'Adriel, l'obligeant à relever la tête, à soulever son dos de l'écorce douloureuse. S'enroulant autours de lui comme une succube prête à le dévorer, elle n'abandonnait pas, mais la difficulté se lisait dans chacun de ses gestes. Tout comme dans ceux de l'héritier Blackson. Mouvement de bassin, coup de reins, langue contre langue, baisers fiévreux et indécents. Ils chantaient à l'unisson, mimétisme de deux corps, de deux êtres. Et s'ils s'étaient unis sous la Lune, comme leur deux familles l'avaient souhaité ? Et si à ce moment précis ils formaient un véritable couple, Reine et Roi de deux clans, unis par les liens sacrés de l'Astre nocturne. Mais avec des si, on refait le monde, on ranime des coeurs et des corps, on gomme les instants tumultueux, on oublie la Guerre qui se prépare.
Le visage de Cassidy se déroba au regard bouillant d'Adriel. Il la tenait fermement contre lui, sa force d'hybride lui permettant de la soutenir sans qu'elle ne glisse. "Regarde-moi Cassidy" murmura-t-il, suppliant sa compagne d'un instant d'accepter leurs défaites. Au plus profond de son ventre, lui, grognait, attendant que son maitre se laisse aller, attendant ce moment où il pourrait attaquer. Mais Adriel ne le laisserait pas faire, ne pouvant accepter de la blesser alors qu'elle était entrain de se perdre dans l'éclat de leur union. Même s'il voulait la mordre, même s'il voulait déchiqueter sa peau délicate, il refusait de la blesser, lui, l'humain, le simple loup.
Brutalement, l'hériter s'insinua en elle plus loin, plus fort, gémissant de plaisir sous cette folie qui l'animait. Brusquement, il fit volte-face, collant le corps pâle de son amante contre l'arbre humide. Sa force ne lui suffisait plus, sentant ses jambes se dérober sous la puissance de cet acte libérateur, dangereux, mortel. L'une de ses mains abandonna la rondeur du corps de Cassidy, cherchant inconsciemment la sienne, voulant la serrer fermement, entrelacer ses doigts dans les siens. Adriel tremblait, son dos se cambrant au rythme du bassin de celle qui était son âme soeur à cet instant précis. Le flou s'insinua dans son regard, la chaleur prit possession de tout son être. Son souffle s'accélérait, plus fort, plus animal. Il tombait dans ce gouffre mortuaire qu'ils avaient creusé tout les deux. Cette abysse infinie qui le dévorait de secondes en secondes. Il s'abandonna à elle. Souveraine de son corps, Reine de l'Aube.
Back to top Go down

Anonymous

Invité
Guest


Like a Hurricane ∞ Cassidy V. - Page 2 Empty
PostSubject: Re: Like a Hurricane ∞ Cassidy V.   Like a Hurricane ∞ Cassidy V. - Page 2 EmptyWed 13 Aug - 1:16

Like a Hurricane
la lune caressait leurs visages de ses derniers rayons quand le vent l'avait mené jusqu'à elle
Un soupir et la fuite de mes traits, de mes prunelles, luttant contre moi-même, abandonnant presque en ne fuyant pas véritablement ces instants. Mon être tout entier appelait le sien, le désir crépitait sous ma peau, suivait le brutal rejet de mes traits quand mon corps gardait le sien prisonnier, que ses doigts me retenaient contre lui. "Regarde-moi Cassidy" me supplia-t-il d'un murmure, avant de finalement venir s'insinuer plus fortement en moi, brutalement, m'arrachant ce gémissement, cet aveu imprononçable de ne pouvoir totalement accepter cette défaite. Admettre ce besoin irrépressible de sa peau contre la mienne, de m'envelopper de son odeur comme d'un voile nous dissimulant au reste du monde, alors que mes doigts se crispaient dans ses cheveux. Je voulais refuser de ne parvenir à entendre que l'écho brutal de nos cœurs combattant dans cette clairière où même l'éclat du soleil ne comptait plus, comme si la lune dérivait non loin de lui, condamnant ses prêcheurs à ne désirer qu'eux. Comme si nous n'étions que le reflet de la tourmente de la liaison astrale... et qu'un parfum de désir et de luxure tombait telle la bruine du matin sur nos corps dénudés. Mais déjà il inversait nos positions, me plaquant contre l'écorce de l'arbre dont la sensation de fraicheur humide venait telle une traitre inspiration rappeler à mes sens le contraste de nos corps brûlants de désir. Instinctivement, ou peut-être n'était-ce qu'un besoin... un autre. Mais mon regard revint s'ancrer dans le sien alors que nos doigts s'entrelaçaient sous la volonté de cet amant improbable, et que je m'égarais dans le bleu de ses prunelles.

Mes jambes s’agrippaient à sa taille, ma main enveloppa sa nuque, alors que mon dos prenait appui contre l'arbre derrière moi pour suivre les mouvement de son bassin, les accompagner, rendre chaque seconde où nos corps s'imbriquaient plus intense et plus puissante encore. Il était trop tard... pour réfléchir, pour songer aux conséquences, pour lui refuser l'éclat sombre de mon regard épris par le plaisir, le désir et cette lutte entremêlant l'ombre d'une concession... prisonnière entre lui et l'arbre. Je lui cédais cette minuscule parcelle de royaume pour me permettre de régner aussi, de sentir mon souffle se faire plus sourd, plus lourd, nimbé de cette jouissance à venir à travers les gémissements qui s'esquivaient de mes lèvres comme une mélodie trop personnelle destinée pourtant à celui qui imprimait son être contre le mien. Comme pour apprendre ou s'abandonner à cette harmonie à la fois presque trop douce et trop bestiale, à ce parfum d'inavouable capable de nous entraîner plus loin, toujours plus loin.

Mes lèvres cherchèrent les siennes, oubliant la douceur, oubliant la candeur lascive des précédents instants, impérieuse je réclamais leur saveur sur ma langue de cette passion brûlante qui ne cessait d'onduler de ses flammes à l'intérieur de mon être. Alors que mes doigts caressaient langoureusement les siens tout en refusant de perdre cette paume lovée contre la mienne à l'image de nos êtres maculés de cette subtile pellicule de sueur. Je tremblais, dansais, ondulais, sous la chaleur de ces secondes où je pouvais sentir le parfum de l'animal plus fort, plus entêtant, les assauts plus vifs, remplis de l'audace d'effleurer ce qu'ils n'auraient jamais dû tenter, tandis que mes lèvres s'entrouvraient d'un soupir, d'un gémissement, d'un... "Adriel..." à peine un souffle, peut-être ce qui se rapprochait d'un cri.


(c) sweet.lips
Back to top Go down

Anonymous

Invité
Guest


Like a Hurricane ∞ Cassidy V. - Page 2 Empty
PostSubject: Re: Like a Hurricane ∞ Cassidy V.   Like a Hurricane ∞ Cassidy V. - Page 2 EmptyWed 13 Aug - 4:05


∞ like a hurricane∞
Cassidy & Adriel

Elle s'agrippait à lui comme on s'accroche à son destin. Ses doigts se fondèrent au sien, son corps se cabrait comme un animal sauvage, suivant le rythme de celui de son homologue. Ils étaient deux à ne plus résister, deux à laisser filer l'infime frontière qui subsistait encore, à la voir glisser, doucement, timidement vers l'abysse. Capturant ses lèvres qui le cherchaient, essayant d'imprimer chaque geste que Cassidy avait, chaque baiser qu'elle lui offrait, Adriel ne pu résister au murmure qu'elle prononça. Délicate voix dans un gémissement de plaisir, prénom du Nord susurré du bout des lèvres. De ses lèvres cramoisies, presque endoloris par la force des assauts de l'héritier Blackson.
L'islandais accéléra le rythme de son bassin, devenant plus brutal qu'il ne l'avait été. Elle était une louve peut-être, mais sous la poigne d'Adriel, sous la force qu'il mettait pour agripper ses fesses et la maintenir suspendue, sa peau serait marquée au fer rouge pendant quelques heures. Douce brûlures, corps bleuté qui deviendrait l'oeuvre d'art de l'amant interdit. Amant que sont clan devinerait simplement à son odeur. Il était impensable que ceux qui faisaient partis de la famille Vangsness ne sentent pas la flagrance bestiale, parfumée aux phéromones et à la sueur, de ce cher Adriel. Celui qui avait possédé leur chef, leur Lupa. Comment réagiraient-ils, en sachant qui il était ? En apprenant qu'il ne maitrisait plus aucune arme qu'on lui offert à sa naissance ? Qu'il était sous l'emprise de cet Alpha sanguinaire et belligérant ? Qu'il était peut-être le responsable de ce meurtre religieux, sataniste, macabre ? Mais une flamme dévora son esprit au moment où Adriel se questionnait trop, ne laissant qu'un vide sidéral en lui. Il se stoppa net, le vide devenant à nouveau un crépitement, le crépitement une flamme, la flamme un incendie ravageur. Tremblant comme une feuille d'automne, comme un homme au bord de l'implosion, il regarda Cassidy, celle qui avait allumé le brasier et qui en devenait aussi la victime. Et il reprit sa course effrénée, laissant un cri bestial s'échappa de sa gorge avant de se taire en volant un langoureux baiser à celle à qui il offrait sa confiance et son supplice. L'incendie le consumait littéralement, embrasant chaque parcelle de son corps. Ses muscles se bandèrent, ses veines devinrent saillantes, son coeur accéléra la cadence tout comme la danse de leurs bassins. L'explosion survint  sans prévenir, lui arrachant un grognement féroce, plus animal qu'humain, tandis que sa bouche abandonna celle de Cassidy. Les lèvres relevées, sa mâchoire s'entrouvrit pour se jeter avidement sur l'épaule dénudée de la belle Vangsness, avant de s'arrêter brusquement, dents contre peau, sans qu'elles se referment. L' orgasme avait ouvert une brèche, le monstre était prêt à sortir, malgré l'apparence humanoïde. Le visage au plus proche de l'écorce de l'arbre, les yeux grand ouverts, les pupilles dilatées, Adriel restait immobile, sentant le pouls de Cassidy battre sous ses dents envieuses. Incapable de bouger, incapable de respirer. Il avait laisser le désir le surplomber, les émotions prendre le dessus. Impossibilité de revenir sur ses pas, et de calmer la faim qui le rongeait.
Back to top Go down

Anonymous

Invité
Guest


Like a Hurricane ∞ Cassidy V. - Page 2 Empty
PostSubject: Re: Like a Hurricane ∞ Cassidy V.   Like a Hurricane ∞ Cassidy V. - Page 2 EmptyWed 13 Aug - 5:40

Like a Hurricane
la lune caressait leurs visages de ses derniers rayons quand le vent l'avait mené jusqu'à elle
La brutalité de l'étreinte, animale et carnassière, était comme un trouble palpitant sous ma peau, sous la douleur malsaine et trop lointaine à cette seconde pour se teinter de réalité alors que nos corps se heurtaient à chaque assaut brûlant de mon amant, de l'étreinte possessive de ses doigts sur ma peau, alors que nos mains semblaient refuser de se perdre totalement. Que nos prunelles se caressaient tout aussi fiévreusement que nos peaux, la mienne connaissant déjà trop bien la sensation qu'elle me procurait lorsqu'elle se collait à elle et que nos souffles s'égaraient. Je savais que je ne l'oublierai pas, qu'un simple contact réveillerait en moi les souvenirs de ces instants, que la saveur de son odeur sur ma langue me rappellerait le goût de la sienne. Prisonnière de ces sens trop affutés, du murmure taciturne d'une journée que j'imaginais presque obscurité à cet instant.

Il s'interrompit subitement, tremblant tout contre moi, alors que je pouvais percevoir dans ses prunelles l'infime changement, la libération du prédateur presque palpable dont je croisais le regard à cet instant. Un cri s'esquiva de ses lèvres et mes doigts enserrèrent plus avidement les siens, je me méfiais de l'animal... Mais il était beaucoup trop tard, je l'avais trop souhaité, presque imploré de me rejoindre contre l'écorce de cet arbre pour ne pas étouffer un gémissement contre ses lèvres lorsqu'il revint s'en emparer, me laissant m'ensevelir sous cet énième plaisir, sous la jouissance qui se faisait brûlante au creux de mes reins enflammés. Je gravissais le flanc du ciel, peinais à persister dans ce baiser, ma respiration saccadée entraînait mon cœur sur d'autres sentiers plus lointains et égarés encore. Mes ongles se fichèrent au niveau de sa nuque, ma main agrippait à la sienne... deux corps trop bien associés, deux créatures aux plaisirs éphémères presque trop semblables. Lorsque la jouissance le gagna, la mienne, l'énième, ne l'avait que précédée de peu. Mais ce fut le souffle étourdi, les yeux étoilés de ce moment ultime, des battements précipités de mon cœur, que je sentis ses dents se presser contre ma peau.

Immédiatement, comme une pression sauvage au fond de mon être, je sentis la menace qui refusa d’apaiser le désordre de mon palpitant dont je sentais les pulsations à l'endroit où ses dents se trouvaient. Il était là, l'animal, le prédateur toujours profondément ancré en moi mais dévoré d'une nouvelle faim si peu rassasiée, sans doute parce qu'Adriel le contenait bien trop, sanglait la muselière jour après jour parce qu'il ne parvenait à lier les deux parts de son être, comme si une scission s'était finalement produite. Je sentais sa faim, elle roulait presque dangereusement sur ma langue sous la sensation d'une future morsure hypothétique, alors qu'il restait statique contre moi. La créature, le monstre affamé de sang se trouvait si proche d'une fragilité que je vomissais... J'aurais pu le repousser, faire basculer la scène sous d'autres auspices, mais je risquais d'y perdre un morceau de chair, tout comme si j'appelais les membres de mon pack. Réfléchir rapidement, ne pas craindre la douleur mais l'affronter si elle devait survenir, je n'étais pas seule, même si j'en sortais blessée, il le serait bien plus alors qu'il m'avait fait confiance.

Néanmoins, je savais qu'un geste... il ne restait pas immobile pour rien, alors plutôt que d'attaquer immédiatement, j'optais pour autre chose : tenter de convertir la faim de l'animal. Je savais précisément ce qu'il convoitait, ce qu'il désirait, Adriel me l'avait soufflé comme une mise en garde. Alors, lentement, sans geste brusque, pour le détourner de sa faim première, mon visage s'inclina vers sa gorge, mon nez et ma respiration frôlant sa peau, accompagnés de la lente caresse de ma langue. J'agissais comme une femelle alpha prête à s'accoupler -une nouvelle fois...- avec le mâle alpha dans une meute classique. Presque une invitation à me dominer comme tout mâle le ferait avec une femelle, mais je ne parvenais à me soumettre entièrement. D'une part, mon être tout entier s'y refusait, et d'autre part, cela créerait un précédent que je ne voulais pas voir devenir une habitude. "Imprègne-toi de moi autrement..." invitais-je pourtant le prédateur dans un souffle, tout en me tenant prête à réagir... Qu'il me morde et ce n'était pas une claque que je lui mettrais cette fois-ci, même si la position n'était clairement pas en ma faveur stratégiquement parlant. Et... merde. Qu'est-ce que je faisais contre ce tronc déjà ?


(c) sweet.lips
Back to top Go down

Anonymous

Invité
Guest


Like a Hurricane ∞ Cassidy V. - Page 2 Empty
PostSubject: Re: Like a Hurricane ∞ Cassidy V.   Like a Hurricane ∞ Cassidy V. - Page 2 EmptyWed 13 Aug - 7:34


∞ like a hurricane∞
Cassidy & Adriel

Sous son corps brûlant, celui de Cassidy se calmait. Sous ses crocs acérés, sa gorge se tendit le temps d'une seconde seulement, avant de prendre sa décision. Adriel était parfaitement conscient que malgré le calme olympien dont elle faisait preuve, son esprit tournait à mille à l'heure, cherchant à s'esquiver, à se séparer de l'enclave que formait Adriel autours d'elle. Son nez vint se frotter à son cou, douce louve réclamant son dû. Sa langue, caressant timidement sa peau, ancrant sa bouche au creux de sa nuque tentait de relancer la danse lancinante qu'ils avaient entrepris. Non, il ne pouvait pas continuer, incapable de résister à l'appel de la chair s'il laissait à nouveau le désir l'emporter. Elle ne comprenait pas. Ce n'était pas seulement un besoin inconditionnel de la faire sienne que l'hybride ressentait. Il était bestial, plus animal qu'elle et que ses compères. Son simple désir de destruction suffisait amplement à l'emporter sur le pauvre caractère insipide de l'humain. Adriel l'avait bien longtemps enfermé, martyrisé, castré, et il réclamait sa vengeance à présent. Double personnalité, double jeu qui créait un tumulte douloureux au sein d'Adriel Blackson. Alors quand elle lui proposa de s'imprégner d'elle autrement, Adriel laissa s'échappa un léger souffle. Il ne pouvait échanger son besoin de la mordre contre une partie de jambes en l'air ! Le sexe lui apportait une émotion vive, puissante mais fugace. La morsure, le duel, le sang, le mettait dans une position bien plus intéressante, où il ressentait bien plus que tout ce qu'on pouvait lui proposer. Malgré sa honte d'être incapable de se maitriser, malgré cette haine qu'il ressentait envers sa propre personne, Adriel ne pouvait se dérober à la satisfaction d'avoir fouler le sol les nuits de lune. D'avoir couru, pourchassant animaux et humains, laissant l'adrénaline lui monter à la tête, l'envie bestial de se nourrir de chaire fraiche. Il aimait ça, et s'était la plus difficile des vérités. Etait-il de ceux qui appréciaient le mal, les ténèbres et la noirceur de la vie nocturne et macabre ? Peut-être bien, malgré cette éducation, faites de croyances et d'acceptation de soi, de grandeur et de respect. Il était peut-être un Blackson mais quelque chose au fond de lui était bien différent de ses parents et de ses grands-parents. Violence impétueuse, douloureux besoin de faire le mal autours de soit, et de sentir le sang sur ses babines.
Sa main lâcha le doux flanc de Cassidy, la laissant glisser lentement le long de son corps. De la même langueur, il releva le visage, les dents toujours prêtes à croquer tout ce qu'on lui présentera. D'un tendre mouvement, il décrocha ses doigts de ceux de Cassidy, geste toujours parfaitement contrôlé, maitrisé, pour ne pas éveiller la bête. Il la regarda enfin, droit dans les yeux, regard fatigué, pupilles bleutés et incandescentes. "Tu n'imagines pas ce que j'ai pu faire Cassidy… " Avant de se faufiler sur le côté pour se dégager de sa présence. Il devait s'enfuir, quitte à se faire haïr d'elle. Trop dangereux de rester près de son corps ensorcelant, de son odeur épicée, de ce coeur qui battait au même rythme que le sien.
Back to top Go down

Anonymous

Invité
Guest


Like a Hurricane ∞ Cassidy V. - Page 2 Empty
PostSubject: Re: Like a Hurricane ∞ Cassidy V.   Like a Hurricane ∞ Cassidy V. - Page 2 EmptyWed 13 Aug - 9:53

Like a Hurricane
la lune caressait leurs visages de ses derniers rayons quand le vent l'avait mené jusqu'à elle
Il laissa un souffle s'esquiver de ses lèvres, mais nulle réponse à ma proposition, il reprenait un temps soit peu le contrôle sur lui-même... Je n'avais jamais connu ce duel qui semblait se jouer au fond de son être, ma louve me comprenait tout comme je le faisais, comme deux facettes à la fois semblables et différentes d'une même pièce, nous étant toujours mutuellement influencées. Mais je ne l'avais jamais bridée de la liberté de nos pas foulant l'herbe humide, de suivre une proie et de l'abattre, murmurant des pensées invisibles avant de s'en repaitre, de laisser nos crocs déchirer la chair. Mais elle était toujours animale, jamais humaine. Elle n'avait jamais demandé plus, je ne lui avais jamais demandé moins. Tout comme elle ne me reprochait pas de faire des sacrifices pour certains rituels, de "gâcher" de la viande, ou d'offrir mon propre sang aux esprits. Une petite part de moi-même pour attirer l'attention de ceux qui sommeillaient dans tout ce qui nous entourait. Pourtant je ne comprenais pas réellement ce qui se jouait en lui, l'appel du sang qu'il ne semblait pas parvenir à totalement endiguer pour quelques instants, quelques secondes, jusqu'à la prochaine nuit. Au pire, il n'avait qu'à trancher la gorge d'un animal... ok, c'était glauque, mais s'il fallait consentir à quelques sacrifices pour contenter la bête, le prédateur dont j'avais perçu la présence et qui frôlait la surface de son corps, pourquoi pas ? Mais j'ignorais à quel point il s'était perdu, à quel point il n'avait pas respecté sa part animale, la haïssant, la rejetant, la brimant tel un charognard rognerait les os d'une bête encore vivante.

Ma présence dans cette ville, le fait de ne me transformer qu'à la pleine lune me laissait me sentir vacillante certaines nuits, mais j'évacuais autrement, la laissant presque affluer, mais pas au point de me transformer lorsque je divaguais sur le terrain de la ferme. Lui... Il se détachait de mon être sous cette lenteur presque théâtrale, comme s'il ne voulait pas éveiller le monstre tapi dans l'obscurité, de craindre de finalement m'attaquer. Tout contact se brisait sous l'éclat presque terni de l'astre, alors qu'il termina par me regarder quand plus aucun contact ne s'effectuait entre nous. Il semblait las... épuisé par quelque chose... non, pas quelque chose, ce combat contre lui-même et le danger qu'il représentait. "Tu n'imagines pas ce que j'ai pu faire Cassidy… " me souffla-t-il avant de s'esquiver comme un fuyard...

Sans le toucher, sans l'effleurer, mes pas le suivirent avec l'obstination entêtée de savoir de quoi il parlait, alors que le meurtre ayant eu lieu en ville me revenait à l'esprit. Est-ce que... Etait-il l'assassin ? Avait-il été jusqu'à si bien présenter son crime ? "Alors dis-moi ce que tu as fait ! Pourquoi ta bête est ton ennemi ?" m'exclamais-je dans son dos, le fixant intensément, alors que son odeur imprégnait chaque parcelle de mes courbes, accompagnée du sel de sa peau sur le bout de ma langue, du murmure licencieux qui flottait sur mon être et que je ne pourrai pas cacher aux miens. Ils comprendraient ce qu'il s'était passé... en parti cependant. Mais une autre question frôla mon esprit, retenant finalement mes pas, me laissant m'immobiliser au milieu des arbres... Est-ce que cet ennemi me chercherait à présent ? Est-ce qu'il reprocherait à d'éventuels amants d'avoir déposé leur odeur sur ma peau ? Mais la persistance de la sensation de ses dents sur mon épaule prêtes à déchirer ma chair précisa une autre pensée à mon esprit : qu'est-ce qu'il chercherait précisément si c'était le cas ?


(c) sweet.lips
Back to top Go down

Anonymous

Invité
Guest


Like a Hurricane ∞ Cassidy V. - Page 2 Empty
PostSubject: Re: Like a Hurricane ∞ Cassidy V.   Like a Hurricane ∞ Cassidy V. - Page 2 EmptyWed 13 Aug - 11:08


∞ like a hurricane∞
Cassidy & Adriel

Un pas. Deux pas. Trois pas. La voix un tantinet agacée de Cassiy s'éleva dans les airs, belle dominante qui refusait qu'on lui tourne le dos, terrible louve qui ne comprenait le tumulte meurtrier qui détruisait son amant de l'aube. Elle qui avait vécu toute sa vie au centre d'un clan soudé et croyant. Elle qui avait été éduqué, chéri comme l'enfant prodigue qui deviendrait un jour le chef de tout ceux qu'elle dominait déjà. Cassidy et Adriel avaient beau se ressembler, il y avait un élément fondamental qui les opposait : lui avait toujours refusé d'être l'hériter que sa famille voulait. Depuis sa plus tendre enfance, les souvenirs de rébellion hantaient son esprit. D'abord en refusant les recommandations lors des premières transformations, s'enfuyant, museau au vent sans crier gare. Puis en s'amusant de la peur des humains en apercevant l'horrible créature penchée sur leur fenêtre. Et enfin, en se dérobant dès lors que l'âge lui permit. Non, il n'était pas apeuré par le rôle qu'on lui offrait, par ce poids de dominant qu'on lui imposait sur les épaules. Le jeune Adriel refusait juste que sa vie entière soit dictée par un héritage qu'il n'avait pas demandé. Douloureux présent, cadeau empoisonné.
Et en plus d'être caractérielle et somptueuse, elle était curieuse. Cassidy avait donc tout ce qu'il fallait pour exalter les sens du pauvre Adriel. Restant planté là, immobile, écoutant sa voix, il du s'y prendre à deux fois pour s'empêcher de fuir, de disparaitre de ce lieu et de la planter là, les questions toujours au bord des lèvres. Se refusant de l'abandonner sans au moins la regarder une dernière fois, douce vision de son corps rayonnant dans la lumière matinale, Adriel fit volte face. "Si tu avais été ma compagne, je t'aurais tout dit, sans le moindre mensonge." Il s'arrêta, un léger sourire s'affichant sur son visage victorieux "Mais à ma connaissance tu ne l'es pas Cassidy." Elle ne saurait jamais si s'était l'humain, le loup, le druide ou l'hybride qui parlait, se jouant de la situation, amusé par cette rencontre, projection du passé dans leur présent.
Back to top Go down

Anonymous

Invité
Guest


Like a Hurricane ∞ Cassidy V. - Page 2 Empty
PostSubject: Re: Like a Hurricane ∞ Cassidy V.   Like a Hurricane ∞ Cassidy V. - Page 2 EmptyWed 13 Aug - 12:04

Like a Hurricane
la lune caressait leurs visages de ses derniers rayons quand le vent l'avait mené jusqu'à elle
Il s'arrêta, comme en écho à mes propres incertitudes, mes propres doutes le concernant. Je ne voulais pas les réponses de celles qui s'étourdissaient bien trop pour s'évader de mes lèvres. Peut-être que si, tant je les sentais se lover dans ma gorge sous la volonté de s'en esquiver. Mais ce n'était pas le sujet, je voulais le comprendre lui, non seulement l'animal, mais lui tout entier, l'Ulfhednar que j'aurais du prendre pour compagnon et qui semblait s'être perdu en chemin alors que mon père et le Conseil n'avaient cessé de me vanter ses qualités. Oh... il en avait, de ce que j'avais entrevu de l'homme, mais l'animal était dangereux, prédateur trop longtemps contenu, égaré dans une volonté obsédante d'absolu de ce que j'avais cru comprendre de la mise en garde de mon amant. Je voulais qu'il aille au bout de ses paroles, qu'il m'explique, mais lorsqu'il se retourna pour me regarder...

"Si tu avais été ma compagne, je t'aurais tout dit, sans le moindre mensonge. Mais à ma connaissance tu ne l'es pas Cassidy." déclama-t-il de ce sourire victorieux qui trônait sur ses lèvres... Il profitait de l'occasion pour me renvoyer au visage comme un reproche de lui avoir dit ne pas vouloir honorer un vieux contrat, ou je rêvais ? Ce sourire m'énerva dès lors au point d'avoir envie de le lui arracher. Pourtant je ne fis rien, restant silencieuse quelques secondes, mordillant ma lèvre inférieure à la place de la sienne, serrant les poings, fermant les paupières pour lui dissimuler mes iris colériques, m'enjoignant à inspirer une bouffée d'air salvatrice et apaisante. Mais je n'en ressentis pas les effets lorsque mes lèvres s'entrouvrirent, comme mues par un autre désir que ma volonté. "Ah oui ?" laissais-je filer alors en braquant à nouveau mon regard dans sa direction, avançant d'un pas, d'un seul, me retenant de combler plus de distance entre lui et moi. "Et ce sont tous tes... "toi" qui l'affirment ?" ironisais-je en le fixant de cette audace effrontée que je lui offrais sous la colère que je ressentais et qui m'avait menée, en digne impulsive qui ne cessait de s'embourber aujourd'hui... Je ne voulais pas savoir, vraiment pas, alors pourquoi avais-je commencé à poser cette question, formuler... ce qu'il avait presque suggéré. Il avait une mauvaise influence, une très mauvaise. Repoussant une mèche retombant devant mes traits avec agacement, je lui soufflais finalement... "Parce que dans l'hypothèse où tu pourrais le devenir, autant que tu saches que je ne m'engagerai pas avec quelqu'un qui n'aurait pas partagé plus que quelques gémissements avec moi. Tu n'es ni le premier, ni certainement le dernier à me toucher." Des paroles qui sonnaient étrangement à mes lèvres, comme si j'ébauchais l'éventualité... il aurait pu, il aurait dû... finir par l'être, nos peaux se connaîtraient peut-être déjà, tout comme nous ne pourrions oublier ces fragrances obsédantes, la beauté licencieuse de ce désir, de ce besoin. Mais je n'aimais pas l'idée de n'être considérée que comme une femelle parfaite pour procréer. Je voulais aimer... m'étourdir, peut-être même souffrir alors que je haïssais toujours autant cette hypothèse brimante. Et je chérissais l'audace de mes derniers mots comme pour tenter de voir si cela éveillait quelque chose en l'animal, qui ne dormait pas entièrement sous la peau de l'homme que je fixais avec intensité. Cela ne voudrait peut-être rien dire, mais je m'étais montrée... peut-être m'y étais-je mal prise.



(c) sweet.lips
Back to top Go down

Anonymous

Invité
Guest


Like a Hurricane ∞ Cassidy V. - Page 2 Empty
PostSubject: Re: Like a Hurricane ∞ Cassidy V.   Like a Hurricane ∞ Cassidy V. - Page 2 EmptyThu 14 Aug - 5:35


∞ like a hurricane∞
Cassidy & Adriel

Curieuse et sardonique. Cassidy était vraiment ce feu dont ses parents lui avaient tant parlé. Adriel se souvient encore des paroles qu'ils avaient eu, en lui présentant la Princesse des Loups, l'enfant chérie de son père: " Une magnifique brune au tempérament explosif qui saura contrecarrer tes plans d'évasion mon cher fils". Sur ce dernier point, ils auraient eu raison, une femme comme Cassidy Vangsness n'aurait pas accepté de voir son mari filer par peur de ce qu'il était. Mais Adriel n'avait pas envie de savoir ce qu'elle lui aurait fait pour le remettre sur le droit chemin, pensée trop étrange alors qu'ils venaient juste de se rencontrer. Adressant un sourire mi-figue, mi-raisin à sa conquête, il savait qu'elle voulait le blesser, le toucher là. Ce point sensible qu'elle avait très vite déchiffré, ces multiples personnalités agaçantes, protestant différemment à chaque nouvelle rencontre. Ne répondant rien au sarcasme de la jeune louve, s'intéressant plutôt à ce qu'elle venait de lui débiter à la figure, Adriel croisa les bras. Position incongrue et presque risible vu la nudité qu'il affichait toujours. Cette hypothèse qu'elle venait d'émettre, cette éventualité d'un "nous", fit se réveiller le loup dominant qui dormait profondément. Pas l'hybride, pas le monstre mais bien le lycanthrope, cherchant une femelle digne de son nom, de sa puissance, de sa famille. " Pourtant, l'idée que je sois le dernier me plait assez…" Souffla-t-il, l'oeil amusé, ce sourire enjôleur toujours imprimé sur son visage. Elle avait bien raison pourtant, ce n'était pas en partageant seulement son corps, en lui offrant quelques instants de plaisir qu'elle lui offrirait sa confiance et sa main. Mais l'idée même de se dévoiler, de déverser colère et vérité, ignobles faits dont il avait été l'auteur, souvenirs infâmes de meurtres sanglants, lui soulevait l'estomac. Elle ne comprendrait pas, comme tout ceux qui acceptait l'animal comme leur égal, leur ami, leur frère.
Faisant quelques pas vers Cassidy, la surplombant de nouveau de son mètre quatre vingt cinq, il la contempla quelques instants avant de reprendre la parole. "Tu ne trouves pas ça étrange, qu'après qu'on nous ait promis l'un à l'autre, qu'après ce fiasco d'union entre deux familles, on se retrouve ici, à Roseburg, s'entichant de l'odeur de l'autre ? Alors qu'un de nos semblable se prépare à la Guerre ? " Plus sérieux que jamais, Adriel avait raison. Il y avait un climat trouble, étrange qui faisait de Roseburg un endroit délicat pour tout ceux y vivant. L'héritier Blackson croyait au destin, et cette rencontre, cette union de deux corps qui auraient du ne former qu'un depuis des années, le rendait très curieux. Etaient-ils destinés à se battre l'un à côté de l'autre, amants de la Lune ? Ou Adriel succomberait-il aux charmes sanglants de l'Alpha plutôt qu'a ceux de Cassidy Vangsness ?
Back to top Go down

Anonymous

Invité
Guest


Like a Hurricane ∞ Cassidy V. - Page 2 Empty
PostSubject: Re: Like a Hurricane ∞ Cassidy V.   Like a Hurricane ∞ Cassidy V. - Page 2 EmptyThu 14 Aug - 10:02

Like a Hurricane
la lune caressait leurs visages de ses derniers rayons quand le vent l'avait mené jusqu'à elle
Énervée, agacée, j'avais laissé les mots s'échapper de mes lèvres de cette même impulsivité qui guidait certains de mes pas, dont ceux qui m'avaient finalement laissée m'imprégner de son odeur, de recueillir son être en moi et de porter les traces de nos ébats encore à même ma peau douloureuse à certains endroits. Il avait affirmé que je n'étais pas sa compagne, et inconsciemment j'avais désiré savoir si l'animal au fond de lui était d'accord sur ce point. Peut-être un peu maladroitement, et cela devint une certitude lorsque ses traits me destinèrent ce simple sourire agaçant que j'avais terriblement envie de lui arracher, avant que ce dernier ne change, subtile transformation. Il se fit plus séducteur, accompagnant ce regard joueur qui me détaillait encore, mais surtout ces nouvelles paroles... " Pourtant, l'idée que je sois le dernier me plait assez…" Celles non pas soufflées par la bête qui avait manqué de me mordre un peu plus tôt, mais bel et bien... par lui ? Comment titiller cette partie sauvage au fond de lui, celle contre laquelle il m'avait mise en garde, s'il semblait partager ou vouloir ce détail... ou plutôt ce désir de m'avoir pour compagne ?

Mais j'avais été clair, le silence et les secrets ne me mèneraient pas sur cette voie, je ne le désirais pas... je désirais beaucoup plus de l'être qui pourrait en être digne. Mille fois plus que le souvenir obsédant de ses doigts sur ma peau, de la fragrance de la sienne et de cette attirance à la fois sauvage et passionnée, si déraisonnable qui se produisait entre nous. Celle qui risquait de mener sa part plus sombre jusqu'au pallier de ma porte, les marches de mon escalier, le rebord de mon lit. Je restais ignorante, enlisée dans ce que je n'avais pu apprendre par mes paroles alors qu'il croisait les bras de manière toute aussi inutile que mes propres doigts avaient chassé une mèche sauvage sur mes traits, tandis que ma chevelure reflétait ma nuit et mes dérives matinales avec cet autre contre un arbre. Détail qui m'arracha un sourire à la fois amusé et agacé, tandis qu'il comblait cette distance que j'avais mis un point d'honneur à conserver, tandis que mon regard suivait l'arrogance séductrice du dominant Blackson, celui que mon cousin surnommait autrefois l'Islandais, comme le nom de code pour parler d'un destin que tout le monde comprenait. Il aurait dû devenir mon amant, mon mari, mon tout, être celui régnant sur mon être, moi devenir celle régnant sur le sien, joignant deux clans parce que c'était ce que l'on attendait de nous. Mais aujourd'hui... rien, si ce n'était nous-mêmes, ne nous avait contraint à nous unir dans cette clairière. Et aussi dérangeant que cela puisse me paraître, je sentais ma louve s'amuser de la situation, aimer ses paroles, son arrogance, son attirance... autant qu'avoir envie de le repousser. Mais j'avais en vérité du mal à déterminer ce qui venait de ma part humaine et de celle animale. Il me regardait, nos regards ne se lâchant plus alors qu'il me dominait clairement par la taille à travers cette nouvelle proximité de nos êtres.

"Tu ne trouves pas ça étrange, qu'après qu'on nous ait promis l'un à l'autre, qu'après ce fiasco d'union entre deux familles, on se retrouve ici, à Roseburg, s'entichant de l'odeur de l'autre ? Alors qu'un de nos semblable se prépare à la Guerre ? " avança-t-il avec sérieux, acceptant de voir ce que j'avais nié en bloc à la première seconde de notre rencontre en comprenant qui il était et en affirmant qu'il n'aurait pas le droit de me réclamer comme un dû. Mais sans plonger dans son esprit, mon regard se détourna sur le côté, pour observer quelque chose qui ne soit pas lui. Comme je détestais qu'il puisse pointer du doigt quelque chose qui me déstabilisait... Eïtineka avait-elle guidé chacun de mes pas jusqu'à cet instant précis, présageant qu'il faudrait nous unir tôt ou tard ? "Si. Et peut-être même que les Esprits ont toujours su que nous réunir produirait des étincelles, qu'ils n'en ont jamais démordu jusqu'à aujourd'hui. Mais je n'ai pas confiance Adriel..." terminais-je dans un murmure tout en reportant mon regard sur le sien, relevant le menton comme si je le défiais. "Et s'ils l'ont tant désiré, j'ignore si c'est pour nous aimer ou pour nous détruire." dis-je, regrettant mes mots à peine les avais-je prononcé. On aurait dit des paroles destinées à l'un des couples maudits les plus célèbres en ce bas-monde, et je refusais de n'être qu'un instrument, ou de devenir une Juliette pour compenser la trahison de nos ancêtres... Cette fille était niaise et crédule, l'inverse de moi, enfin je l'espérais. D'autant plus qu'il n'était pas question d'amour... nous venions à peine de nous rencontrer. Nous nous désirions, c'était un fait. Je n'étais pas insensible à sa présence, au parfum de son être ou à la sensation de la chaleur de son corps que je pouvais presque sentir sans l'ébaucher. Mais...



(c) sweet.lips
Back to top Go down

Anonymous

Invité
Guest


Like a Hurricane ∞ Cassidy V. - Page 2 Empty
PostSubject: Re: Like a Hurricane ∞ Cassidy V.   Like a Hurricane ∞ Cassidy V. - Page 2 EmptyThu 14 Aug - 10:46


∞ like a hurricane∞
Cassidy & Adriel

Des étincelles… Un brasier plutôt ! Un incendie ravageur, créateur d'un tumulte qui se battait contre l'autre tempête d'Adriel Blackson. Deux ouragans prêts à déchirer le corps dont il était l'humble possesseur. L'un, émotions et désir ravageur, le laissant en suspend, prêt pour le second round. L'autre, violence sanguinaire foulant de sa puissance, l'esprit capricieux de l'humain Il la désirait autant qu'il la voulait sous ses crocs, son odeur réveillant des souvenirs beaucoup trop récents mais aussi un futur possible, où sa gorge ploie sous la mâchoire acérée d'Adriel. Le contemplant, pupilles bleutés contres pupilles d'ébènes, elle n'avait pas confiance. Comme tout ceux qui avait osé s'approcher d'Adriel Blackson. Il avait beau avoir entendu des milliers de fois que la confiance se gagnait, se grappillant millimètre par millimètre, il savait qu'il ne pouvait accepter cette offrande de la part de quelqu'un. Trop sûr de la blesser, trop sûr de la détruire. Il n'avait jamais gardé une petite amie plus de deux semaines, n'avait jamais accepter le titre "d'ami" et encore moins celui de confident. Il n'avait rien de l'homme à qui on pouvait révéler secrets et rumeurs, sur qui on pouvait pleurer sans aucune peur. Adriel était un solitaire dans toute sa splendeur, sociopathe à ses heures perdues, incapables d'être proche émotionnellement parlant, de quelqu'un. Déjà petit, il avait ce refus de s'asseoir sur les genoux de ses parents, d'accepter une étreinte ou un baiser. Adolescent, il était tombé dans l'abysse de l'associabilité, s'amusant du malheur des autres et du bonheur que ça lui offrait. Il prenait les femmes comme elles venaient, acceptant une, deux nuits avec elles, avant de les abandonner sans aucune nouvelle. Alors avoir laisser Cassidy Vangsness apercevoir l'infime confiance qui mettait entre ses doigts, lorsqu'il s'était abandonné à elle, était la seule chose qu'il pouvait lui offrir pour le moment. Elle devrait attendre le moment où il se révélerait à elle, livre ouvert lui contant ses plus belles aventures, et ses plus funestes. Un jour, peut-être ferait-elle parti de son auditoire personnel…Peut-être. "Tu parles comme une dramaturge." Souffla l'Ulfhednar a sa dernière intervention. Elle aussi y avait pensé. A ce choix qu'ils devraient faire un jour. Si Adriel continuait d'écouter cette voix lancinante, adoratrice de la Guerre future, il deviendrait l'ennemi de cette maitresse aux courbes fantasques. S'il la suivait, au confin de son monde, apprenant à accepter la bête, à vivre avec, à l'aimer, il serait son frère. Ou son compagnon. Approchant son visage de celui de la douce louve, humant son odeur à nouveau, il plia le cou pour être au plus proche de ses yeux. Flamboyants miroirs. "Les Esprits ont vu juste en tout cas, j'ai l'impression d'être un papillon devant une flamme quand je te sens. " La délicate odeur épicée caressa ses narines, aspirant chaque note de Cassidy. "Tu l'entends, n'est ce pas ? Cet Alpha… Qu'en penses-tu ?" La découvrir, savoir ce que cachait ce beau visage, ce que contenait cette jolie tête brune. Si elle voulait qu'il lui fasse confiance, elle devait d'abord se dévoiler.
Back to top Go down

Anonymous

Invité
Guest


Like a Hurricane ∞ Cassidy V. - Page 2 Empty
PostSubject: Re: Like a Hurricane ∞ Cassidy V.   Like a Hurricane ∞ Cassidy V. - Page 2 EmptyThu 14 Aug - 11:41

Like a Hurricane
la lune caressait leurs visages de ses derniers rayons quand le vent l'avait mené jusqu'à elle
Je ne le connaissais pas, à peine l'avais-je effleuré, touché du bout de mes doigts cet être qui fascinait le mien. Celui que le destin avait guidé jusqu'à moi... mais ce serait idiot de penser que tout n'était conçu que pour parvenir à maintenant, et tellement plus juste de trouver la consonance de ces évènements entremêlés qui en provoquaient tant d'autres, comme si nous n'étions dirigés par un univers de dominos à peine en équilibre, capables de chuter dans un sens ou dans un autre. Cette énième pleine lune avait été l'un d'eux, alliée à cette forêt, à cet instant où le vent avait mené mon odeur jusqu'à lui peu avant l'aube, à ce jeu qui m'avait guidée jusqu'à cette clairière où je l'avais comme attendu. Mais je ne pouvais lui faire confiance, je ne pouvais savoir ce que ces autres instants présageaient, à quel point tout pourrait se compliquer ou se simplifier en quelques secondes, alors que j'empruntais le voile d'une Juliette pour une brève seconde par le biais de mes paroles, le laissant me répondre simplement... "Tu parles comme une dramaturge." Je ne lui offris qu'un sourire ironique pour réponse, car c'était précisément ce que j'avais regretté. Je ne voulais d'aucun destin tragique, j'espérais pouvoir préserver notre race, éviter ce qui se profilait déjà... dominos lancés dans une course folle et désastreuse. J'aurais besoin d'alliés face à cet avenir hasardeux, mais comment simplement croire qu'il pourrait en être un sous prétexte...

Il se rapprocha, ses traits, uniquement eux, le laissant s'incliner, sentir ce parfum jumeau de celui qui me dévorait de l'intérieur à travers le désir dévastateur que je ne voulais pas simplement écouter. "Les Esprits ont vu juste en tout cas, j'ai l'impression d'être un papillon devant une flamme quand je te sens." C'était précisément pour ça que je craignais l'avenir auquel ces derniers nous destinaient, je ne voulais ni me perdre, ni... souffrir. Ce qui n'était pas si vrai, je l'avais émise cette hypothèse d'un amour désastreux, souhaitant presque devenir une Juliette plus combative, une Guenièvre à l'image de cet Arthur moderne dont j'avais vu les extraits sans jamais entrevoir le film en entier. Il faut toujours se méfier de ses souhaits de peur qu'ils ne soient entendus par les mauvaises personnes, j'aurais dû m'en souvenir, tant l'ébauche en semblait réelle. Même si cela n'avait peut-être rien à voir, les dominos tomberaient sans doute autrement, nous brimant sous un désir brutal. Celui-là même qui me donnait l'envie de le toucher, ne serait-ce que de le frôler, une vulgaire seconde. Une flamme, ce piège qui me brûlerait les ailes, il avait raison. Je me méfiais de moi... je n'avais pas confiance en mon être à cet instant, détestant l'influence du dominant qui me faisait face, la puissance de ce qui nous liait d'une manière ou d'une autre.

"Tu l'entends, n'est ce pas ? Cet Alpha… Qu'en penses-tu ?" ajouta-t-il, me sortant de ce dans quoi je peinais à me dépêtrer, déstabilisée par ce qui se jouait. L'alpha était une question à laquelle j'avais déjà réfléchi, seule ou à plusieurs, je percevais son appel et j'en préservais les miens pour leur laisser le choix. "Oui je l'entends. Il est comme un bourdonnement incessant, cherchant à convaincre, mais il ne m'influence pas. Je n'aime pas ce qu'il veut... beaucoup ignore qui on est, et la majorité des rares connaissant notre existence cherchent à nous éradiquer. Je ne veux pas que des accidents deviennent une chasse aux sorcières." dis-je, soufflant presque le mot "accidents" dans ce qu'il pouvait représenter pour Adriel. C'était un meurtre... mais il avait certainement été commis par confusion avec des loups, et non pas parce qu'ils savaient ce que nous étions. Ces abominations comme certains le disaient, même si je me refusais à penser ainsi. "Mais peut-être que nous allier nous rendrait plus fort... il n'a peut-être pas tord sur ce point." et c'était bien le seul, tandis que je laissais mes prunelles persister sur les siennes, comme si j'étais incapable de m'en détourner. Simplement m'en détourner. "Je ne veux pas d'une guerre, je ne veux pas perdre..." ceux à qui je tiens, mais je ne lui ferai pas l'affront de le dire à voix haute.



(c) sweet.lips
Back to top Go down

Anonymous

Invité
Guest


Like a Hurricane ∞ Cassidy V. - Page 2 Empty
PostSubject: Re: Like a Hurricane ∞ Cassidy V.   Like a Hurricane ∞ Cassidy V. - Page 2 EmptyFri 15 Aug - 10:23


∞ like a hurricane∞
Cassidy & Adriel

Elle l'entendait donc aussi, malgré son esprit plus féroce, plus fermé que le sien. Qui était-il, cet Alpha se proclamant chef guerrier attendant le bon moment pour attaquer ? Celui qui voulait fouler le sol de ses pattes gigantesques, qui voulait mordre chaque corps qui passait devant ses yeux ? Personne ne le savait mais chaque Ulfhednar digne de ce nom avait entendu cet écho, ce murmure s'insinuant de jour en jour dans leur esprit. "Bats toi avec moi. Deviens quelqu'un. Intègre notre clan. N'en as tu pas marre d'être inconnu dans ce monde ? N'en as tu pas marre de voir ton espèce affublé du surnom d'immondice ?" Il avait essayé de ne pas écouter, de supprimer ce terrible souffle dans sa tête mais… le grondement oppressant de cet Alpha n'avait de cesse de s'intensifier, devenant une partie d'Adriel. Une autre partie encore. C'était lui qui l'avait convaincu de partir à Roseburg. C'était lui qui le faisait abandonner les efforts qu'il faisait pour maitriser ses transformations. Lui et seulement lui, esprit puissant, contrôlant tout les Hybrides de ce monde. Auteur de ces accidents dont Cassidy venait de parler. Le sacrifice du matin dernier, cette phrase écrite par une griffe acérée, était l'acte d'un Ulfhednar écoutant ce maitre, c'était certain. "Tu préfères rester invisible aux yeux de tous ? Pour eux, nous ne sommes que des légendes qu'ils racontent à leurs gosses pour les effrayer…" Un léger rictus vint s'emparer de son visage d'albâtre, regard toujours ancré dans celui de la douce Vangsness. De la puissante Vangsness. "Tu dis que tu acceptes l'hybride que tu es mais… Si tu te fais tuer, ils te prendront tous pour un loup, pas pour un Ulfhednar. Pas pour ce que tu es réellement. " La fin de phrase sonna comme un murmure, visage encore plus proche de celui de Cassidy. Adriel avait beau haïr cette part de lui, il serait toujours un hybride. Dans ses veines, le sang de deux mondes coulerait à jamais. Et malgré cette haine farouche, il ne voulait mourir comme un simple loup-garou. Ce n'était pas ce qu'il était, ce qui l'avait mené ici, ni ce qui avait fait de lui qui il était. L'Ufhednar qui grondait avait été son maitre, son créateur et il pouvait au moins le remercier de cela. Reculant de quelques pas, arrêtant se saouler à l'odeur enivrante de Cassidy, il baissa le regard, se rappelant cette Guerre qu'elle venait d'émettre. "Il y aura une Guerre, qu'importe ce qu'on décide. Les loups vont refuser de voir leur territoire voler par les chasseurs. Les darachs deviennent de plus en plus nombreux et nous… Il est de plus en plus difficile de nous cacher. Cassidy, ton clan est l'un des seul qui vit encore en total autarcie, le seul qui résiste vraiment à tout les événements qui se déroulent. Ma famille n'a pas été la seule à être décimé." lâcha l'hybride, au bord de l'étouffement. Trop d'émotions divergentes, trop de nouveaux sentiments qui oppressaient son pauvre, déjà le terrain d'un combat funeste. "Et je ne veux pas que d'autres meurent à cause de ma lâcheté." Instant de confiance qu'il offrit à Cassidy.
Back to top Go down

Anonymous

Invité
Guest


Like a Hurricane ∞ Cassidy V. - Page 2 Empty
PostSubject: Re: Like a Hurricane ∞ Cassidy V.   Like a Hurricane ∞ Cassidy V. - Page 2 EmptyFri 15 Aug - 13:01

Like a Hurricane
la lune caressait leurs visages de ses derniers rayons quand le vent l'avait mené jusqu'à elle
Ses premiers mots semblèrent être le reflet des valeurs de mon clan depuis toujours... le secret nous préservait, là-bas, dans nos terres sauvages, égarés comme en dehors du temps, dans cette bulle de mystères et de merveilles. C'était pour préserver cette vie que je m'étais portée volontaire pour venir jusqu'ici, pour que les miens puissent encore savourer leur sécurité. Mais plus qu'à nul autre endroit, j'étais intimement persuadée que cette ville n'avait pas été choisie au hasard, qu'elle faisait parti d'une stratégie d'échec qui m'échappait encore mais que je finirais bien par comprendre tôt ou tard. J'espérais... bien évidemment, qu'il ne serait pas trop tard, justement. Que cette lutte ne serait pas inutile. Nous avions pour mission de nous préserver du désastre entrevu par notre Shaman. Aussi lui aurais-je répondu oui, à ces mots, à ce rictus qui marquait ses lèvres et que je percevais à peine tant je me perdais dans son regard, buvant ses paroles, les recevant pour mieux les saisir et réagir. Mais sa langue recommença à se mouvoir, sans doute plus acérée, plus... "Tu dis que tu acceptes l'hybride que tu es mais… Si tu te fais tuer, ils te prendront tous pour un loup, pas pour un Ulfhednar. Pas pour ce que tu es réellement." termina-t-il dans un murmure, mais il avait raison. Seulement, c'était un tribut que nous devions aux esprits pour notre sécurité, le silence, le secret sur ce que nous étions, et que je n'avais révélé au fond... qu'une seule fois jusqu'à présent, le lendemain d'une partie de chasse, dans ma propre maison. Parce que je voulais... qu'on nous connaisse pour autre chose que la volonté absolue de cet "alpha".

Nous étions "nous", tout mon clan l'était, mais nous préservions le secret de nos êtres pour nous le permettre, nous laissant être confondus avec d'autres espèces, préservant la paix, respectant chaque vie que nous pouvions prendre. Et je l'écoutais, cet homme qui par quelques pas sembla me redonner un souffle moins sourd, la perte de son regard dissipa dans un même temps cette étrange fascination. Mes lèvres s'ouvrirent, prêtes à lui dire que moi je savais qui j'étais, que je n'avais pas besoin de la connaissance des autres pour le savoir, et que l'ignorance avait veillé sur les nôtres. Mais il ne m'en laissa pas le temps, les yeux détournés des miens, il ne vit rien alors qu'il l'affirma, posant l'absolu destin... la guerre aurait lieu. J'étais là pour tenter de l'éviter, pas pour me laisser bercer par la fatalité ! Mais il ne s'arrêtait pas, il poursuivait, laissant mes doigts se crisper sous la forme de poings et le silence grouiller au fond de mon être immobile, le regard perdu à des milliers de kilomètres... ou peut-être des dizaines d'années. "Les loups vont refuser de voir leur territoire voler par les chasseurs. Les darachs deviennent de plus en plus nombreux et nous… Il est de plus en plus difficile de nous cacher. Cassidy, ton clan est l'un des seul qui vit encore en total autarcie, le seul qui résiste vraiment à tout les événements qui se déroulent. Ma famille n'a pas été la seule à être décimé." Nous voilions-nous la face à ce point ? A vivre en sécurité quand les autres... cela faisait des années, deux des êtres qui m'étaient les plus proches avaient vu leurs parents mourir au milieu de tout ça, et nous les avions recueilli. Cet havre de paix et de sécurité était à présent en danger, mais n'était-ce pas comme le souffle sirupeux du mensonge des derniers indiens qui se sont vu assassinés ? Mais je ne voulais pas non plus faire parti de ceux qui massacraient sans raison, laissant un corps à l'apparence presque grotesque dans cette ville comme mise en garde. Qui avaient-ils tués ? A qui s'en étaient-ils pris ? Et même s'il s'agissait de la dépouille d'un chasseur, méritait-il une telle mise en scène irrespectueuse ? La guerre se profilait ? Soit, je ne repartirai pas me cacher au Canada, mais je n'obéirai pas non plus aveuglément à ce prophète sorti de nul part, j'avais la force de lui résister et je comptais bien rester libre de mes propres décisions.

Les mots se précipitaient dans ma tête, presque au bord de mes lèvres... presque... "Et je ne veux pas que d'autres meurent à cause de ma lâcheté." Ces paroles eurent plus d'impact que toutes les autres réunis, malgré qu'ils puissent me pousser à réfléchir, à songer que peut-être, ce n'était pas les actes de "l'alpha" qui nous entraînait dans cet avenir sombre et hasardeux, mais quelque chose qui avait déjà commencé à se dessiner bien avant dans le ciel, sous le regard attentif des esprits. Sans hésiter, sans même réfléchir, mes pas comblèrent la distance qui nous séparait, mes doigts venant frôler sa joue avec douceur, guider ses prunelles jusqu'aux miennes. "Je t'aurais aidé à les chasser si nous nous étions unis à l'époque." dis-je sans songer aux conséquences de mes mots, parce qu'Eïtineka m'en soit témoin, j'arracherai la gorge du premier qui s'en prendrait aux miens sans véritable raison. Telle une offrande funeste que je ferais aux esprits, lavant leur souillure de ce sang qui gorgerait la terre. "Et peut-être que tu as raison, peut-être que tout ça est inévitable... peut-être que mon village représente Alésia et que nous finirons par perdre comme ces gaulois." murmurais-je d'un souffle plus sourd, avant de laisser mes doigts retomber le long de mon corps, me détournant pour finalement poursuivre en esquissant quelques pas sur l'herbe humide du matin. "Peut-être qu'il est temps de changer d'époque, mais sa manière n'est pas bonne Adriel ! Il ne fait que leur donner raison, affirmer que nous sommes des abominations alors que c'est faux !" clamais-je avec passion, avant de laisser un soupir s'esquiver de mes lèvres, l'une de mes mains s'attardant dans mes cheveux, les repoussant. Mais elle retombait déjà, tandis que je lui tournais le dos à présent, furieuse... non pas contre mon amant, mais contre l'inconnu qui restait sagement à l'écart alors qu'il envoyait ses pions faire le sale boulot pour lui.



(c) sweet.lips
Back to top Go down

Anonymous

Invité
Guest


Like a Hurricane ∞ Cassidy V. - Page 2 Empty
PostSubject: Re: Like a Hurricane ∞ Cassidy V.   Like a Hurricane ∞ Cassidy V. - Page 2 EmptySat 16 Aug - 1:36


∞ like a hurricane∞
Cassidy & Adriel

Sa main, gracile, délicate, telle la plume d'un oiseau rêveur, glissa sur la joue d'Adriel, lui arrachant un léger soupir. Sous ce contact brûlant, il ferma les yeux, rien qu'un instant, embrassant ses paroles comme on embrasse son destin. Elle l'aurait aidé. Elle aurait été a ses côtés, pourchassant ces êtres insidieux. Douloureux destin qu'il s'était lui même empêché de vivre. Douloureuse vérité que de l'entendre quelques années trop tard. Ils auraient été parfaits. Le soleil et la lune. Elle, illuminant chaque être qui s'attarderait à ses côtés. Lui, mystérieux comme aucun autre. Ils auraient été parfaits. Adriel voulait la retenir, prêt de lui, à nouveau s'unir à ce corps ondulant, vêtu de simples rayons solaires. S'il avait su…
Agacée, énervée par cet Alpha qui les dévorait de l'intérieur, qui essayait de ne faire qu'un avec leurs esprits. Elle le haïssait, cela s'entendant dans son timbre. Elle détestait ce monstre qui les obligeait à le suivre, à conquérir les Terres qu'il se disait sienne. Et elle avait raison. A vouloir faire couler le sang, ils ne faisaient que valider les dires des autres espèces : incontrôlables monstres, abominations qui n'auraient jamais du naitre… Pourtant ils étaient le fruit d'un amour passionnel, destructeur. Ils étaient les enfants de deux êtres ayant mis de côté chaque différences, chaque aspect de leurs personnalités destructrices et… Pourtant on les chassait, monstres touchés par la malédiction d'un amour fantasque, interdit.
Restant silencieux, Adriel fit quelques pas et s'approcha de ce corps, de ces fesses, de cette qui incendiait chaque parcelle de son être intérieur. Etait-ça, le désir destructeur qui avait fait de leurs aïeuls, des êtres maudits à jamais ? Cette envie oppressante de se lover contre son corps inconnu, de sentir cette odeur divine, personnelle, tentatrice, d'être à jamais l'auteur de ses cris de plaisir, de ces gémissants dociles. Adriel se colla au dos de Cassidy, ses mains imprimant chaque aspect de sa peau, de ses cuisses à ses hanches pour remonter le long de ses bras. "Je me considère comme une abomination Cassidy… "Un simple souffle, un murmure dévoilant le malaise qui le tuait à petit feu depuis leur mort. Une maladie qui empoisonnait ses pensées, ses actes et ses paroles. Abomination. "Tu devrais rentrer retrouver les tiens." Il ne voulait pas qu'elle parte, souhaitant rester contre elle encore et encore, sentir les pulsations de ce coeur jumeau, palpitant au rythme du sien. S'il avait su...
Back to top Go down

Anonymous

Invité
Guest


Like a Hurricane ∞ Cassidy V. - Page 2 Empty
PostSubject: Re: Like a Hurricane ∞ Cassidy V.   Like a Hurricane ∞ Cassidy V. - Page 2 EmptySat 16 Aug - 4:19

Like a Hurricane
la lune caressait leurs visages de ses derniers rayons quand le vent l'avait mené jusqu'à elle
Je lui tournais le dos après ce dernier soupir et je ne m'attendis pas à ce qu'il se rapproche de mon être, le froissement délicat de l'herbe pour seul indice précédant de peu le contact de nos corps, de sa peau berçant la mienne de sa fraicheur pourtant si chaude. Brulante esquisse de ses doigts glissant sur mes cuisses, gravissant ces millimètres sans l'ombre d'une parole ou bien d'un mot. Silencieuse, mes paupières avaient chuté sur mes iris comme si je recherchais à être plus attentive à mes autres sens, à me noyer sous ce qui m'enveloppait. Il m’apaisait alors qu'il n'aurait pas dû le pouvoir, tout comme j'aurais dû détester avoir envie de m'abandonner contre lui, alors que c'était précisément ce besoin, cette terrible attraction destructrice que je ressentais et qui faisait battre mon cœur comme un papillon égaré. "Je me considère comme une abomination Cassidy…" me souffla-t-il finalement, me laissant ouvrir les yeux et regarder devant moi, sans esquisser l'ombre d'un geste. Rien que l'idée de le savoir me rendait nauséeuse, non parce que j'étais peut-être attirée par une abomination, mais simplement qu'il puisse le penser comme une vérité. Même le pire d'entre nous n'en était pas une, nos vies étaient faites de choix, nos ancêtres s'aimaient tellement... et nous aimaient déjà tellement qu'ils avaient choisi de nous aider à vivre, de nous offrir ce cadeau, combien même d'autres n'étaient pas d'accord avec cela.

Et malgré mes pensées qui tournoyaient à présent comme une pluie torrentielle au fond de mon esprit, je ne m'étais pas écartée, persistant au contact de son être, à sentir ses doigts gravir ma peau le long de mes bras, m'arrachant un frisson sous quelques secondes douceâtres. "Tu devrais rentrer retrouver les tiens." ajouta-t-il finalement, sans pour autant s'écarter, sans briser le contact qu'il avait initié quelques instants plus tôt. "Non." répondis-je tout aussi simplement que je ne fis strictement aucun geste. J'ignorais si je parlais de mon départ ou de ce qu'il avait dit un peu plus tôt, le mot était simplement venu ponctuer mes pensées désordonnées. Les miens savaient où j'étais, c'était mon jour de congé à l'hôpital... et étrangement, ce ne fut qu'à cet instant que je pensais à mon travail, détail m'étant totalement sorti de la tête un peu plus tôt, aussi n'avais-je aucune obligation dans l'immédiat. Même s'il avait peut-être raison, sûrement aurais-je dû rentrer, le laisser derrière-moi comme un épisode passager, une rencontre qui s'était produite bien après que la lune avait pu souffler l'idée de notre union à nos parents, même si les esprits nous avaient poussé à nous retrouver ici-même, dans ce bois, dans cette ville... l'indécision du destin pourtant marbrait nos chairs de sa réalité ou le ferait bien assez tôt. "Même si tu avais commis ce meurtre hier, que tu m'avais fait du mal tout à l'heure... tu ne serais pas une abomination. Certains humains sont pires que le pire d'entre nous..." Tout comme ces chasseurs qui s'imaginaient être missionnés par quelque chose de supérieur... n'allez pas me faire croire qu'ils n'aimaient pas le plaisir de la chasse et de tuer. Tout ceci n'était qu'un prétexte à laisser s'évader, sans être jugé, leur part la plus sombre, aimant la mise à mort gratuite. Ils justifiaient leurs actes mais certains étaient pires, mille fois pire que le pire d'entre nous, j'en étais persuadée.

L'une de mes mains vint alors s'emparer de l'une des siennes, l'écartant de mon bras pour la guider à mes lèvres, la chaleur de ma respiration traçant un invisible sillon jusqu'à ce que je vienne finalement déposer un baiser à hauteur de ses veines, sur son poignet, là où la peau était la plus fine, tellement fragile. "Et je ne te désirerais pas ainsi si tu en étais une." soufflais-je du bout des lèvres, tellement certaine de ce que je disais que mon cœur ne faisait écho qu'au sien sous la douce litanie de ces secondes. Même face à sa part la plus sombre et la plus haïssable, celle qu'il craignait tellement, il n'en serait toujours pas une à mes yeux. Les monstres... cette terre en peuplait tellement, et j'avais d'ailleurs déjà croisé le regard de certains, mais celui d'Adriel n'avait rien à voir. Les monstres, les véritables abominations justifiaient chacun de leurs désirs, chacune de leurs actions... celui dont je sentais la présence derrière-moi se les reprochait en se qualifiant comme tel.



(c) sweet.lips
Back to top Go down

Anonymous

Invité
Guest


Like a Hurricane ∞ Cassidy V. - Page 2 Empty
PostSubject: Re: Like a Hurricane ∞ Cassidy V.   Like a Hurricane ∞ Cassidy V. - Page 2 EmptySat 16 Aug - 9:05


∞ like a hurricane∞
Cassidy & Adriel

Sa voix, douce, murmure délicat s'élevant dans la clairière, fut comme une éclaircie dans la pénombre de l'univers d'Adriel. Comment pouvait-elle lui offrir une telle confiance alors qu'elle n'avait jamais été témoin de ses transformations ? De ses attaques nocturnes ? Du douloureux réveil, lèvres ensanglantées et estomac bien trop plein pour une simple chasse au lapin ? Noble femme qui espérait qu'un tant soi peu d'humanité restait au creux de la bête. Mais il n'en était rien. Quand l'hybride se réveillait, irréfléchi, prêt à tuer quiconque oserait le défier, il était une abomination. Une bête. Un monstre cauchemardesque. Ce n'était pas sa force qui faisait de lui un tel être, ni sa rapidité. Il n'était ni le plus puissant, ni le plus vif des Ulfhednars. Mais l'absence totale d'humanité. Son impossibilité de ressentir de la compassion, ou de la peur. Sa perte de contrôle de chaque muscle, de chaque membre. Il était une arme chargée, mise entre les mains d'un être ignorant tout du monde et de ses lois.
La main de Cassidy frôla la sienne, glaciale, attrapant son poignet pour l'ancrer au creux de ses lèvres. Doux baiser sur la finesse de sa peau. Et cette phrase, cette pensée dite tout haut, qui fit tressaillir chaque muscle du corps d'Adriel. "Et je ne te désirerais pas ainsi si tu en étais une." Ce désir, ce sentiment qui grandissait en eux dès qu'ils se touchaient, se regardaient, s'embrassaient. Le destin s'emmêlait, les esprits étaient tous en accord : ils avaient voulu les unir, ils avaient réussi leur coup d'une main de maitre. "Cassidy, je ne pense pas que…" Sa voix s'arrêta brusquement, relevant la tête, animal en alerte. Une odeur, un bruissement d'herbe. Quelqu'un approchait. Une personne externe au clan des Vangsness, flagrance inconnue. "Vu notre tenue, je pense qu'il serait intéressant de filer avant qu'on nous insulte de pervers, tu ne crois pas ? "Il avait perdu ce timbre dépressif, sombre, et sa voix presque amusée fit accompagner d'un petit sourire. Quelle heure était-il ? Il n'en avait aucune idée, ayant perdu la notion du temps depuis leurs ébats contre cet arbre. Cet arbre… Adriel resta immobile, contemplant l'écorce qu'ils avaient abimés, coups de reins un peu trop violents pour la vieillesse du tronc. "Je ou tu me suis ? "Souffla-t-il, alors qu'il n'avait pas quitté cette position si confortable. Corps contre corps, bas ventre contre fesses féminines, mains contre lèvres inquisitrices, impétueuses, dominatrices, réclamant elles aussi d'autres ébats infernaux.
Back to top Go down

Anonymous

Invité
Guest


Like a Hurricane ∞ Cassidy V. - Page 2 Empty
PostSubject: Re: Like a Hurricane ∞ Cassidy V.   Like a Hurricane ∞ Cassidy V. - Page 2 EmptySat 16 Aug - 11:27

Like a Hurricane
la lune caressait leurs visages de ses derniers rayons quand le vent l'avait mené jusqu'à elle
Nous leur donnions raison, à ces esprits nous enveloppant, les laissant nous effleurer du bout de leurs doigts vaporeux, alors que les mots s'évadaient de mes lèvres, que ces dernières embrassaient le creux de son poignet, que je lui avouais la teneur de mon désir à son encontre. Peut-être des mots de trop, une confession malvenue, mais la plus précise de ce qu'il se passait, du fait que je n'étais pas partie, que je ne désirais pas disparaître, que j'avais ce déraisonnable besoin de laisser cette proximité se poursuivre. Tout ceci n'avait à vrai dire aucun sens, nous ne nous connaissions que depuis quelques... heures ? Ou n'était-ce que de trop longues minutes ? J'avais oublié de me raccrocher au ciel, refusant de donner trop de contenance à quelques grains de sable s'écoulant dans un sablier."Cassidy, je ne pense pas que…" ...que ? Qu'avait-il voulu dire ? Je n'en savais rien, car ce bruit avait également retenu mon attention, me poussant à me concentrer sur l'odeur que je ne connaissais pas et qui nous parvenait grâce au vent léger qui effleurait nos courbes toujours étroitement enlacées. Nous allions être interrompus, c'était presque trop prévisible, et peut-être que cela sonnait finalement la fin de cet instant. Inévitable the end qui se profilait sans pourtant qu'aucun de nous deux n'esquisse l'ombre d'un geste, ne daigne se détacher de l'autre pour vérifier, attendre, ou se dissimuler malgré cette nudité qui ne nous dérangeait aucunement à cet instant.

"Vu notre tenue, je pense qu'il serait intéressant de filer avant qu'on nous insulte de pervers, tu ne crois pas ?" me demanda-t-il, et je pouvais presque deviner son sourire à son timbre, sans même le regarder à cette seconde. Le ton avait changé, devenant différent, presque plus léger, moins... Mais ce n'était pas le plus important, car il n'avait pas vraiment tord, ce qui me fit rire, avant d'inspirer une brève bouffée de la fragrance de sa peau comme pour ne pas l'oublier après ces instants, me préparant simplement à la séparation à venir, à l'idée de devoir me détacher de lui, de... retrouver mes vêtements. Sauf que ce n'était pas moi qui les avait placé et qu'Erwan était je ne savais où. Selon l'heure qu'il était, sans doute avait-il rejoint le monde et sa course effrénée, il ne me semblait pas qu'il était de repos, contrairement à moi. Et nos ébats n'avaient sûrement pas dû lui donner envie de rester dans les parages. "Je ou tu me suis ?" interrompit-il mes pensées, venant mettre un terme à la simple idée de nous séparer, laissant comme un poids s'évader de mon être... sensation qui n'aurait pas dû être si agréable alors que... "Emmène-moi chez toi." soufflais-je finalement en levant mon visage pour croiser son regard, il ne m'avait suffi que d'une seconde pour décider que je préférais aller chez lui, que je ne voulais pas croiser les miens s'ils étaient encore là pour l'instant, comme si j'avais besoin de plus de temps seule avec lui, à me noyer dans son odeur, à... Tous nos êtres s'appelaient encore comme dans une improbable réalité et puis je l'avouais, j'étais tentée d'emporter son odeur avec moi sans l'étaler partout dans ma maison, curieuse de savoir où il vivait. "Mais il faudra que tu me prêtes au moins une chemise..." soufflais-je amusée, en le regardant toujours, avant de me détacher doucement de lui... difficile de marcher si nous restions ainsi lovés l'un contre l'autre.



(c) sweet.lips
Back to top Go down

Anonymous

Invité
Guest


Like a Hurricane ∞ Cassidy V. - Page 2 Empty
PostSubject: Re: Like a Hurricane ∞ Cassidy V.   Like a Hurricane ∞ Cassidy V. - Page 2 EmptySun 17 Aug - 10:00


∞ like a hurricane∞
Cassidy & Adriel

Elle recula, effaçant son empreinte de mon corps, détachant nos mains l'une de l'autre. J'aurais préféré rester ancré en elle toute la journée, jouant avec ses cheveux, humant sa délicate odeur qui ne faisait que s'insinuer en moi, encore et encore. Je ne la connais que depuis quelques heures mais c'est comme si mon âme toute entière l'attendait depuis des décennies. Ja la veux à mes côtés, dans ce combat macabre, dans cette Guerre dont nous seront les Elus. Combat inquisiteur qui nous fera tomber l'un après l'autre, c'est une évidence. Cassidy se battra pour la liberté de son clan et ne s'inclinera que lorsque ses genoux seront écraser sous le poids de la douleur ou de cet Alpha détestable. Et encore, elle est de celle qui serait capable de trainer sa jolie carcasse si une lueur infime persiste encore. Elle se battrait, corps et âme, griffes sorties, gueule ouverte pour sauver sa famille, son clan, les seuls qui comptent réellement. Alors que moi… Je n'ai plus rien pour qui me battre. Je ne suis pas égoïste, je ne combattrai pas pour ma petite personne, pour ma survie sur cette Terre. Et pour cette raison je sais que je suivrai cet Alpha. Le seul à m'offrir une véritable raison de me lancer dans la bataille. Je laisserai l'hybride prendre entièrement possession de mon être, abandonnerai l'humain. Je ne serais plus qu'un monstre, marionnette favorite de cet inconnu qui contrôle déjà mes pensées les plus obscures. "Je te passerai quelque chose, je ne vais pas te laisser nue !" Ma voix essayait de garder ce timbre amusé, souriant. Je ne voulais pas qu'elle comprenne encore que le démon s'immisçait en moi, que ces obscures pensées me faisaient perdre la raison. "Suis-moi, ce n'est pas loin…"
Nus comme des verres, je la guidais sereinement dans la forêt de Roseburg. Aucun de nous ne savait vraiment ce qu'il allait se passer dans ma demeure, elle était la première femme que j'allais laisser entrer. Je n'arrivais toujours pas à comprendre cette passion dévastatrice, ce désir impétueux de la faire entrer dans mon univers, aussi sombre soit-il. Si les Esprits ont voulu nous réunir, c'est chose faite. S'ils veulent plus, je suis curieux de découvrir la raison de cette attirance magnétique qui unit nos deux corps.
Dix minutes de marche suffirent à nous conduire à l'entrée de ma maison, vieille demeure que je commence tout juste a retaper. Je cherche la clé que je cache sous le rocher à l'entrée, et l'invite à entrer. "Ce n'est… pas très accueillant comme maison, désolé."
Back to top Go down


Sponsored content


Like a Hurricane ∞ Cassidy V. - Page 2 Empty
PostSubject: Re: Like a Hurricane ∞ Cassidy V.   Like a Hurricane ∞ Cassidy V. - Page 2 Empty

Back to top Go down
 

Like a Hurricane ∞ Cassidy V.

View previous topic View next topic Back to top 
Page 2 of 2Go to page : Previous  1, 2

Permissions in this forum:You cannot reply to topics in this forum
A SHOT IN THE DARK :: anciens rps-