HomeHome  SearchSearch  RegisterRegister  Log inLog in  
N'hésitez pas à visiter cette partie pour aider les invités !
Un vote toutes les deux heures sur la P.A. ou ici pour aider le forum !
Lancement du premier topic commun, venez voir un corps mutilé, muahahah !
La flemme de faire un scénario en entier ? Venez faire votre mini scénario !
N'hésitez pas à vous inscrire à la première intrigue du forum, en cliquant ici
Le Deal du moment : -43%
Smartphone SAMSUNG Galaxy Note20 5G 256 Go Gris ...
Voir le deal
599 €

Share
 

 (owen) friendship never ends.

View previous topic View next topic Go down 
AuthorMessage

Anonymous

Invité
Guest


(owen) friendship never ends. Empty
PostSubject: (owen) friendship never ends.   (owen) friendship never ends. EmptySat 23 Aug - 6:28


friendship never ends.
☆☆☆
owen and lucy


Le quotidien monotone rattrapait doucement Lucy. Le matin, elle se levait, elle prenait son petit-déjeuner, en compagnie de Skye, sa meilleure amie et colocataire, elle se préparait pour se rendre à l'université. La journée, elle suivait ses cours, et heureusement pour elle, son emplois du temps n'était pas des plus chargés. Alors, le soir, après avoir passé la fin d'après-midi en compagnie de quelques amis, ou simplement seule à l'appartement, révisant pour ses examens de fin d'année, elle enfilait une nouvelle tenue moins décontractée et remontait Harvard Avenue, se rendant au Java Run, bar où elle occupait le poste de serveuse presque tous les soirs. Même si ses revenus mensuels étaient très faibles, cela lui suffisait à aider ses parents à payer la part de loyer qu'elle devait au propriétaire, Skye étant chargée de l'autre moitié de la caution versée chaque mois. Elle faisait son service, cassait parfois quelques tasses, renversait quelques verres, peu aidée par sa monumentale maladresse qui lui jouait bien plus d'un tour depuis sa plus tendre enfance. Puis, elle rentrait, à une heure plutôt avancée de la soirée, mangeait un peu, prenait une douche, puis, rapidement, se couchait pour avoir suffisamment d'heures de sommeil pour être en forme le lendemain, afin d'affronter une nouvelle journée, qui, au final, n'était pas si nouvelle que ça. Parfois, elle appelait ses parents, passait quelques minutes au téléphone avec sa mère, et lui racontait tout ce qui lui passait par la tête. Entretenir les liens familiaux était une chose importante pour Lucy, qui avait toujours été très proche de ses parents. Etant fille unique, Skye était d'ailleurs la sœur qu'elle n'avait jamais eu, mais n'avait pas souffert d'une quelconque absence d'amour durant son enfance et adolescence, au contraire, les deux parents Abernathy avaient eu du mal à laisser partir leur fille, Lucy prenant son indépendance en s'installant sur Harvard Avenue. Heureusement pour eux, Lucy était une jeune femme raisonnable. En semaine, elle ne faisait pas souvent la fête, préférant les soirées devant la télévision en compagnie de sa meilleure amie. Non, Lucy n’avait pas besoin de s’endormir à une heure plutôt avancée de la matinée, de danser toute la nuit ou de draguer des dizaines et des dizaines de garçons pour s’amuser. Même si parfois, elle devait avouer que se lâcher et profiter de sa jeunesse, c’était plutôt amusant. Parfois. Si Lucy était très attachée à sa famille, elle tenait aussi à entretenir ses relations passées, et il était important pour elle de renouer sans cesse avec son adolescence ou son enfance, les lieux qui l’avaient marquée, les personnes qui l’avaient aidée. Ses professeurs au lycée, par exemple, et il n’était pas rare de la voir se rendre au lycée de Roseburg pour rendre visite aux gens qui l’avaient accompagnée pendant trois ans, la voyant évoluer, afin de leur donner des nouvelles. Généralement, le dérangement faisait plutôt plaisir, puisque ce n’était pas vraiment souvent. Et puis, Lucy était une des seules anciennes élèves à revenir dans l’établissement. Au lycée, Lucy avait été une fille très appréciée. La bonne camarade, toujours prête à faire rire avec ses blagues maladroites ou son sourire communicatif. On l’aimait beaucoup Lucy, elle était agréable et souriante, ne cherchait pas les ennuis. Qualités qui la caractérisaient toujours, et c’était pourquoi son cercle d’amis était si bien rempli. Et aujourd’hui, en ce Mercredi après-midi libéré, Lucy avait décidé de casser ce quotidien, de bousculer un peu ses habitudes. Revoir ses anciens professeurs la rendrait de bonne humeur, elle l’espérait du moins.

Elle sortit du lycée le sourire aux lèvres, elle avait vraiment passé un bon moment, autour d’un café, avec son ancienne professeur de littérature. Lucy ayant toujours eu un peu de difficulté en anglais, Mrs Binns lui avait été d’un grand secours pour combler ses lacunes, et rapidement, elle avait atteint un niveau correct, qui lui avait très certainement permis d’être acceptée dans l’école de commerce qu’elle fréquentait actuellement. Malheureusement, elle n’avait pas eu l’occasion de rencontrer d’autres enseignants, et n’avait passé qu’une courte heure dans l’établissement scolaire. Mais cela lui suffisait. Traversant la cour, elle heurta accidentellement une personne et s’excusa poliment, comme elle en avait l’habitude. L’habitude, parce que Lucy était sûrement la fille la plus maladroite de tout Roseburg. Elle préférait en rire, la plupart du temps, affirmant que cette maladresse lui donnait un certain charme, et que la plupart du temps, cela faisait bien rire les gens autour d’elle. Sauf ce monsieur qui se retrouvait avec une chemise pleine de café, par exemple. Ou bien son père, un jour, qui avait vu de ses yeux sa fille renverser une tarte au citron sur son nouveau carnet de dessins neuf. Le père de Lucy avait toujours été un artiste, et, passionné de dessin et de peinture, il en avait même fait son métier, et était peintre. Lucy s’en était beaucoup voulue, ce jour-là, d’avoir gâcher de si jolis croquis. Mais bien rapidement, Jonh l’avait pardonnée. Sa fille, il l’aimait plus que tout au monde. Alors, Lucy aperçut  une silhouette familière qui se détachait d’un groupe d’élèves. Elle reconnut aussitôt Owen, qui était un bon ami. Ils s’étaient rencontrés lors d’une énième visite de la jeune fille au lycée, puis s’étaient recroisés quelques fois, jusqu’à nouer une certaine amitié. Owen était peut-être jeune, mais après tout, Lucy était une grande gamine dans l’âme, alors ce détail ne la gênait absolument pas. « Owen ! Comment vas-tu ? » Elle le serra dans ses bras avant de lui adresser un sourire radieux. « J’ai l’impression que ça fait une éternité que je ne t’ai pas vu… Tu as un petit quart d’heure, histoire qu’on passe un peu de temps ensemble ? » Demanda-t-elle et, sans attendre la réponse de son ami, l’entraina déjà dans le parc du lycée pour marcher un peu, tout en discutant vivement.
Back to top Go down

Owen Gallagher

Owen Gallagher
WOLF : HOWL AT THE MOON.

(owen) friendship never ends. Tumblr_nadg6eYNis1rmubaqo1_250

PSEUDO : #LITL MESSAGES : 29 DISCLAIMER : tumblr AVAILABILITY : 0/2 AVATAR : dylan sprayberry
AGE : 17 yo
GROUPE : werewolf
CIVILIAN STATUS : libre
HABITATION : à l'orée de la forêt, avec le reste de ma famille
JOB : lycéen

(owen) friendship never ends. Empty
PostSubject: Re: (owen) friendship never ends.   (owen) friendship never ends. EmptySun 24 Aug - 2:56

lucen



"Il n'y aura qu'une seule place dans l'équipe, UNE SEULE, si vous voulez jouer le prochain match il va falloir me montrer que vous en avez dans le calbart bande de fiottes. Je veux pas une équipe de bras cassés, je veux l'équipe qui gagnera le championnat cette année. Nous sommes en 8ème de final et ce n'est certainement pas grâce à ceux qui sont sur le banc, si vous voulez que ce soit grâce à vous que l'on passe en quart" le coach me pointe du doigt pour faire un exemple "Il va falloir me montrer que vous méritez de ne plus être sur le banc, montrez moi que vous êtes des bêtes !" Dans le vestiaire, tout le monde frappaient contre les casiers. Jamais ma mère aurait accepté que je passe les tests si mon frère ne lui avait pas rappelé qu'il avait joué dans l'équipe lorsqu'il était au lycée. Si ces sélections arrivent maintenant, c'est parce que nos prochains adversaires ont un peu aidés le destin pour que des joueurs phare de notre équipe ne se portent pas volontaire pour le match à venir. Dans cette ville, les deux sports sont le Volleyball et le Football, ce dernier n'étant pas le meilleur sport qui soit pour contenir sa colère... Mais c'est celui-ci que j'ai décidé de rejoindre, la violence, la rapidité, la tactique, tout ça m'attire. Le terrain se remplit, je suis dans l'équipe jaune, je joue offensif, plus précisément Tight End malgré ma taille moyenne. Le coup de sifflet m'arrache le tympan, et la match commence, rapidement la première action est amené à se terminer quelques yards plus loin, rien de bien fameux, la seconde se prépare, le ballon se dirige droit vers moi... Je prends mon impulsion et attrape le ballon "Allez Gallagher, montre moi si tu es aussi doué que ton frère" Je commence à courir, percutant le premier joueur tentant de me stopper, esquivant le second et sautant par dessus le troisième, mais le quatrième me choppe discrètement au cou pour m'envoyer direct par terre à quelques mètres de la ligne de touchdown. Ce mec, c'est le capitaine, et il n'est définitivement pas prêt à se faire voler la vedette. Je me relève et le fixe, tout en grognant. Mes yeux prennent une couleur bleu, et je secoue la tête pour me ressaisir. On se replace, point contre le sol, quelques secondes avant j'apprend que je dois récupèrer le ballon en passant derrière le quaterback. Si l'on écoute ma respiration, on s'aperçoit facilement que celle-ci n'est pas normalement, trop rugueuse, trop grondante. Un nombre conséquent de personnes sont venus voir ces sélections, et certains me fixent en se posant des questions, je peux l'entendre. L'offensive recommence, et j'exécute la stratégie du quaterback, je cours, aussi vite que je peux, et c'est dans le dernier yard que je tombe face à face avec celui qui m'avait stoppé précédemment, je ne m'arrête pas, et j'utilise toute ma rage pour le percuter alors qu'il est en plein vole dans l'espérance de me plaquer. Je peux entendre son épaule se déloger lorsque je lui rentre dedans, mais je ne m'arrête pas, et écrase le ballon dernier la ligne. Les gens m'applaudissent, certains sifflent, d'autres m'insultent, mais tous se mettent à regarder le capitaine qui se retire du terrain, blessé. On reprend vite le match, je dois cette fois-ci intercepter ceux qui veulent stopper le quaterback avant qu'il n'envoie le ballon. L'action débute, je me recule de quelques pas pour avoir une vision d'ensemble, 2 secondes se passent avant qu'un joueur de l'équipe adverse n'arrive à percer le mur : Je dois l'arrêter. Alors qu'il s'apprête à bondir contre notre lanceur, je le bloque en heurtant sa chance ce qui l'envoie s'écraser à un mètre à côté de l'homme qu'il s'apprêtait à plaquer. Le match continue, les actions s'enchaînent, puis vient le coup de sifflet final et le retour aux vestiaires. Bizarrement les meilleurs potes, et partenaires de celui que j'avais envoyé à l'infirmerie m'attendaient pour qu'on s'explique. "On sait que tu l'as blessé volontairement" Je décroche un sourire moqueur avant de répondre "Il a essayé de m'arrêter, il s'est fait mal, tu veux que j'aille chialer sur son lit ?" Alors que la main du plus grand s'approche de mon col, la mienne l'attrape. Je serre assez fort pour que celui-ci vienne à me dire "Ok, OK, on se barre c'est bon". Je pouvais sentir ses doigts craquer dans les miens. Je finis de me rhabiller pour enfin me diriger vers la sortie, mais le coach m'interrompt "Très belle prestation Gallagher, je veux te voir sur le terrain samedi". Ce n'est non sans fierté que je lui réponds "Je serai présent coach, comptez sur moi." Mon sac sur le dos, je regarde l'heure, 14h30.. Inutile d'aller en cours pour trente minutes, j'enclenche donc le pas vers les couloirs. Mais une odeur m'interpelle, celle d'une fille que je connais bien, de la seule fille humaine que j'apprécie vraiment. Lorsque Lucy s'approche de moi pour me prendre dans ses bras je lui accorde un grand sourire en guise de bonjour. "Owen ! Comment vas-tu ?" Je mets mes mains dans mes poches avant de lui répondre "Bah écoute, j'me porte plutôt pas mal, et toi, ça va ? " Elle avait beau avoir deux/trois ans de plus que moi, j'me sentais bien avec elle, elle était différente. "J'ai l'impression que ça fait une éternité que je ne t'ai pas vu... Tu as un petit quart d'heure, histoire qu'on passe un peu de temps ensemble ?" Je n'eus pas le temps de répondre qu'elle m'avait déjà emmené dehors, dans le parc du lycée. Je lui donne un coup d'épaule amical tout en souriant "Ça fait plaisir de te voir." Je ne lui donnais pas vraiment de nouvelles non plus, très peu en fait, car j'essayais au maximum de la tenir loin de ma vie... Pour la protéger, essentiellement. "Je suis désolé, je t'avais promis que je passerai à ton boulot mais j'ai pas eu le temps"
Back to top Go down
 

(owen) friendship never ends.

View previous topic View next topic Back to top 
Page 1 of 1

Permissions in this forum:You cannot reply to topics in this forum
A SHOT IN THE DARK :: anciens rps-