HomeHome  SearchSearch  RegisterRegister  Log inLog in  
N'hésitez pas à visiter cette partie pour aider les invités !
Un vote toutes les deux heures sur la P.A. ou ici pour aider le forum !
Lancement du premier topic commun, venez voir un corps mutilé, muahahah !
La flemme de faire un scénario en entier ? Venez faire votre mini scénario !
N'hésitez pas à vous inscrire à la première intrigue du forum, en cliquant ici
-15%
Le deal à ne pas rater :
Roborock S7 Aspirateur Robot en promo chez Cdiscount
509 € 599 €
Voir le deal

Share
 

 ✰ there's no cure for our condition.

View previous topic View next topic Go down 
AuthorMessage

Oona Grimes

Oona Grimes
HUNTER : WE HUNT THOSE WHO HUNT US.

✰ there's no cure for our condition. Tumblr_mytutaW9ce1rsgntko7_250

PSEUDO : red strings. MESSAGES : 159 DISCLAIMER : sil. (avatar) OTHER MUSE : charlie baxendale. AVAILABILITY : 2/3. AVATAR : sophie turner.
AGE : vingt-et-un ans.
GROUPE : chasseurs.
CIVILIAN STATUS : en couple avec rohan, et il ne peut en être autrement.
HABITATION : harvard avenue.
JOB : étudiante en commerce.

✰ there's no cure for our condition. Empty
PostSubject: ✰ there's no cure for our condition.   ✰ there's no cure for our condition. EmptyThu 31 Jul - 2:14


oona grimes
we must be killers, children of the wild ones

oregon state: identity card
NOM : Grimes. Un nom bien connu dans le cercle fermé des chasseurs ; jusqu'ici, aucun membre n'a jamais déshonoré sa famille, tout du moins, le pensent-ils encore. Les Grimes sont également connus et reconnus pour leur pacifisme, leur compassion et leur jugement impartial. PRÉNOM(S) : Oona, Olivia. Le premier lui a été donné par la pure fantaisie de ses parents à sa naissance, et si dorénavant elle s'y est habituée ce n'est qu'après vingt années de rejet. Trop doux pour elle, trop tendre, aux sonorités faciles, aux antipodes de ce qu'elle est, d'après elle. Son second prénom, lui, lui a été donné en hommage à sa grand-mère maternelle, décédée peu de temps avant qu'elle ne naisse. Comme une relique de la vie qu'elle a menée, un souvenir qu'elle se doit d'honorer.AGE : Vingt-et-un ans, seulement, et même encore aujourd'hui il n'est pas rare que l'on lui donne moins, ce qui a le don d'énerver la jeune rouquine. PROFESSION : Etudiante en commerce international, cursus qu'elle n'a choisi que par défaut, ne sachant pas réellement s'orienter dans sa future vie professionnelle. Pourtant, elle s'avère être une bonne étudiante aux résultats honorables. STATUT SOCIAL : En couple depuis quelques mois avec, celui qu'elle considère étrangement comme son âme-sœur, même si jamais elle n'oserait le lui avouer à haute voix. Elle le considère cependant comme l'unique personne à pouvoir la comprendre, complémentaires, et terriblement attirés tous deux par l'odeur du sang. RACE : Oona est de la race humaine, pourtant face à son agilité et son adresse on pourrait s'y méprendre. Elle n'est cependant qu'une excellente chasseuse aux talents hérités de sa famille, simple mortelle, et si vulnérable face à ses blessures. NATIONALITÉ : Américaine depuis peu, elle a foulé le sol de ce gigantesque pays il y a de cela dix mois, aux côtés de son frère. De par leurs connaissances ils n'ont eu, ni l'un ni l'autre, de mal à se faire naturaliser. ORIGINES : Anglaise pure souche, Oona est née à Londres et y a passé la majeure partie de sa vie jusqu'à ce qu'elle ne soit obligée de s'exiler dans l'Oregon pour raisons familiales. FAMILLE : La famille Grimes est connue au sein de l'Ordre pour sa droiture et sa partialité dans toute sorte de situation. Chasseurs agiles aux valeurs morales et humaines, s'ils ne considèrent pas les loups comme une race leur étant égale ils demeurent tout de même respectueux de leurs croyances. Directement rattachés aux Abberline de par leur mère, ils sont eux aussi victimes de leur réputation puisque tous croient leur fils aîné mort, s'étant tué suite à une morsure. Si cela est faux, seule la cadette de la famille, Oona, en est consciente puisque c'est elle qui protège son aîné depuis de longs mois dorénavant. Pour le moment, personne n'est au courant, mais si l'Ordre venait à le découvrir, elle pourrait encourir de nombreux problèmes, et venir ainsi entacher l'image jusqu'alors irréprochable des Grimes.

but don't you run away
Passionnée. Peut-être est-ce le premier mot qui vient à l'esprit lorsque l'on rencontre Oona ; de ses yeux glacés animés pourtant d'une flamme indicible à cette façon qu'elle a de toujours tout donner. Elle est une jeune femme entière, et cela se lit, sur ses traits ; dévorée par ses pulsions, spontanée, et irréfléchie. Parfois donc terriblement dangereuse. ≈ En façade cependant la rouquine peut ressembler à n'importe quelle étudiante ; souriante et enjouée, sûre d'elle et mesquine, elle est de celles qui regardent de haut les autres sans les connaître, mais demeure pourtant terriblement accessible. La vie qu'elle mène ressemble en tous points à celle d'une jeune femme épanouie, pourtant, il est bien aisé lorsqu'on l'observe suffisamment, de déceler une pointe de folie dans sa manière d'être. Refus catégorique de l'échec et de la contradiction sont quelques pistes menant à une partie d'elle bien moins connue. ≈ Réputée au sein de l'Ordre comme sanguinaire auprès de ses proies, Oona ne faillit nullement à sa réputation. Elle voue une haine exacerbée envers les loups, et de ses chasses résultent un plaisir malsain et sûrement déraisonné. Ainsi elle est de ceux se délectant de la douleur de ses cibles, les torturant de longs instants, observant leur agonie avec délectation avant d'asséner le coup fatal. Elle n'a ni considération, ni compassion pour ces êtres vivants qu'elle méprise au plus haut point. Ainsi elle brise la réputation raisonnée de sa famille sans aucun scrupule ; cette rage dévorante qu'elle voue aux bêtes ne connait ni raison ni limites. ≈ Passionnée par les contes et légendes elle passe encore aujourd'hui des heures à relire celles contant l'histoire des loups, druides, chasseurs et ulfhednars inlassablement. Autrefois respectueuse des traditions, si aujourd'hui elle ne les respecte plus vraiment elle possède pourtant encore une grande admiration envers ces histoires qui, elle le sait, ont dicté son enfance et l'ont éduquée. ≈ Grande lectrice, elle se plaît à lire une quantité indénombrable de livre chaque année, dévorant les ouvrages et les comparant les uns aux autres dans une quête incessante de vérité. En effet, elle se plaît à comparer les histoires contées à la réalité pour voir ce que l'imagination de simples humains insouciants peut accomplir. ≈ Si Oona hait les loups et ulfhednars, elle voue en revanche un grand respect aux druides et à leurs facultés puisqu'elle les considère comme gardiens de l'équilibre entre nature et hommes. ≈ Accroc à la caféine, elle ne peut se passer de ses tasses quotidienne de café, matin, midi, et soir au moins. Elle peut devenir très irritables si elle n'en boit pas suffisamment dans une journée, étrangement. ≈ Grimes déteste les animaux depuis qu'elle est enfant, et les seuls qu'elle puisse supporter sont sûrement le chat et le cheval. Ainsi, elle n'a jamais eu d'animaux de compagnie et n'a jamais réellement compris l'intérêt d'avoir un compagnon de route dénué de l'intelligence d'un humain. ≈ Ancrée dans les traditions de l'Ordre, elle entretient des liens très forts et très intimes avec de nombreux chasseurs dans le Monde entier. Si cela peut paraître étrange aux yeux de certains, elle n'en a que faire et continue de demeurer proche de ceux qu'elle aime. Ainsi elle demeure aussi une âme terriblement compatissante et charitable lorsqu'il s'agit des siens ; de nature égoïste elle ne laissera cependant jamais un des siens sur le bord de la route, seul, ou en danger. ≈ Très attachée aux valeurs familiales, si elle peut aujourd'hui indépendante et détachée du Monde qui l'entoure, elle nourrit pourtant comme principale ambition de fonder une famille et d'avoir plusieurs enfants. Pour elle, il n'y a plus beau lien que celui nouant des parents à leur descendance, et elle se doit de perpétrer la lignée de sa famille. ≈ Minutieuse, elle peut passer des heures à perfectionner ses armes et vérifier leur bon état ; il en est de même pour sa vie en général. Si elle demeure spontanée et irréfléchie, elle a pourtant horreur de fournir un travail bâclé et s'avère être plutôt perfectionniste lorsqu'il s'agit de construire quelque chose. ≈ S'étant habituée à tout type d'armes, elle demeure profondément attachée aux dagues, préférant les combats à courte portée et les armes blanches. Elle utilise cependant aussi régulièrement les armes à feu par soucis de facilité et de rapidité, mais ne prend, dès lors, que très peu de plaisir. ≈ Possédant deux facettes très distinctes, il n'est que bien difficile pour les êtres surnaturels de deviner que la jeune femme est une chasseuse hors-pair en se fiant simplement à son comportement. Si le jour elle peut paraître sociable, et joue sur son côté parfois naïve et insouciante, elle n'en devient pas moins stratège lorsqu'on le lui demande. ≈ Accroc aux sensations fortes, Oona est toujours en quête de danger et ne craint nullement les alphas. Ainsi elle s'évertue à faire durer ses combats, parfois dangereusement et en mettant en péril sa vie, simplement pour en tirer des doses suffisantes d'adrénaline. ≈ Depuis qu'elle est enfant, la jolie rouquine joue du violoncelle et excelle désormais dans ce domaine. Il n'est pas rare qu'elle donne des concerts, et elle a d'ailleurs été intégré à l'orchestre de Roseburg dès son arrivée. ≈ Grimes possède un léger côté sauvage et imprévisible qu'elle se plaît à entretenir ; mystérieuse, il n'est que très difficile d'apprendre à la connaître réellement. ≈ Superstitieuse, elle possède de nombreux grigris même si elle n'a aucunement peur de ce que le destin pourrait lui infliger. Elle ne souhaite simplement pas le provoquer. ≈ Petite dormeuse, les nuits blanches ne sont pas rares pour la jeune femme, et si son train de vie peut paraître insoutenable elle n'éprouve pourtant étrangement aucune difficulté à ne dormir que trois ou quatre heures par nuit. ≈
the cool kids

PSEUDO : red strings les amis. PRENOM : Manon... le bonbon ? What a Face  AGE : Seize petites années. COMMENTAIRE, SUGGESTION ? : Il est encore plus beau que je n'aurais pu l'imaginer, le travail que vous avez fourni est fantastique, merci de nous faire profiter de cela  ✰ there's no cure for our condition. 4129942976  AVATAR : Sophie redhead Turner.  GROUPE : Chasseurs. PERSONNAGE INVENTE/SCENARIO ? Personnage inventé.



Last edited by Oona Grimes on Wed 24 Dec - 0:27; edited 2 times in total
Back to top Go down

Oona Grimes

Oona Grimes
HUNTER : WE HUNT THOSE WHO HUNT US.

✰ there's no cure for our condition. Tumblr_mytutaW9ce1rsgntko7_250

PSEUDO : red strings. MESSAGES : 159 DISCLAIMER : sil. (avatar) OTHER MUSE : charlie baxendale. AVAILABILITY : 2/3. AVATAR : sophie turner.
AGE : vingt-et-un ans.
GROUPE : chasseurs.
CIVILIAN STATUS : en couple avec rohan, et il ne peut en être autrement.
HABITATION : harvard avenue.
JOB : étudiante en commerce.

✰ there's no cure for our condition. Empty
PostSubject: Re: ✰ there's no cure for our condition.   ✰ there's no cure for our condition. EmptyThu 31 Jul - 2:14



we hunt those who hunt us

Il la regardait depuis le début ; il la regardait de ses yeux noirs, indescriptibles et terriblement troublants. Assis face à face ils n'avaient de cesse de se toiser, et si les rires de leurs parents respectifs les troublaient, parfois, toujours ils se retrouvaient, comme un défi perpétuel lancé à celui qui craquerait. Les Greene étaient arrivés depuis plusieurs jours, déjà, et depuis plusieurs jours aussi Ethan n'avait de cesse de revenir vers elle, lui murmurant quelques phrases insensés au creux de l'oreille alors qu'elle ne s'y attendait pas. Lorsque finalement ils eurent le droit de sortir de table, Oona s'empressa de quitter le repas et se dirigea vers sa chambre rapidement, évitant avec minutie le jeune homme. S'asseyant sur le rebord de son lit, nerveuse, elle passa une main dans ses cheveux et se masse les tempes quelques instants, soupirant bruyamment en espérant se calmer, quelque peu. Il avait ces regards indicibles, de ceux qui effrayaient presque autant qu'ils fascinaient, et si elle avait trouvé cela flatteur au départ il n'en était plus rien désormais. Car elle avait pu lire cette folie incendiaire pour laquelle ils étaient réputés, tous ; elle avait pu la déceler dans le jeune homme âgé de seize ans à peine, et craignait déjà n'avoir à faire affaire avec lui par obligations familiales.
Le bruit du craquement de parquets. La rouquine rouvrit les paupières, poussant un soupir non dissimulé lorsqu'elle aperçut le visage de son geôlier. Agacée, et aussi troublée, elle l'observa, de longs instants, sans rien dire avant de lui adresser d'un ton méprisant. « Qu'est-ce que tu veux Ethan ?! T'es flippant avec tes yeux globuleux, vas-t'en d'ici. » Un rictus s'échappa d'entre les lèvres du jeune homme, et, tandis qu'il s'approchait d'elle sans jamais la quitter des yeux, elle se recula, quelque peu, arrivant au milieu de son lit. Il traversa la chambre baignée dans l'ombre de la nuit, et, lorsqu'il parvint auprès d'elle, elle put simplement sentir de douces effluves sucrées lui parvenir tandis qu'il s'asseyait à ses côtés. « Je te veux pas de mal, t'en fais pas. Tu m'intrigues, c'est tout. » Fronçant légèrement les sourcils, Oona le dévisagea de longs instants, et parcourut ses traits, même, avec délectation. S'il paraissait étrange et terrifiant, il n'en demeurait pas moins charismatique. Quelques mèches de cheveux se glissaient sur son front, rebelles, et dessinaient dans leurs ombres des quadrillages insolents. Un léger sourire gêné s'empara finalement du visage de la jeune fille, et, baissant le regard, elle soupira légèrement, évitant précautionneusement de croiser les prunelles vacillantes du jeune homme. Elle pouvait sentir, de là où elle était, son souffle se glisser sur son front, léger et brûlant, tandis que, s'approchant d'elle, il replaçait une mèche de cheveux derrière son oreille pour venir lui murmurer. « Et je pense que tes parents n'ont que trop peu d'ambition pour ton talent. » Encore un sourire naquit sur le visage d'Oona, et pourtant, il fut bien vite ébranlé, puisque déjà elle sentait ses lèvres venir embrasser sa joue, puis son cou. Elle demeura silencieuse, enfant, insouciante, et se délecta des quelques frissons qui déjà parcouraient son épiderme tandis que lui, encore, dans la nuit, lui murmurait promesses qui seraient, elle le savait, inachevées.

we were the kings and queens of promisses
Seule source de lumière, lunaire, se glissait sur ses épaules musclées, irradiait sa nuque et la dévorait, cascade argentée indescriptible, seule vue qu'elle avait, suivant ses pas, alerte. Les feuilles craquaient sous leurs pas de velours, pourtant millimétrés, et, seul bruit, elle pouvait entendre son souffle se glisser entre ses lèvres, doucement, dans un rythme serein presque déconcertant. Des heures déjà qu'ils traquaient le même, proie mouvante, cible à abattre ; ni palpitant ni vivant, jamais, à ses yeux de chasseuses qui parmi branches et feuillages ombragés se frayait un chemin, avide de violence et de victoire, plus que jamais probablement ce soir là. Pourtant la nuit avait ce goût ferreux, déjà, âcre, et désagréable pour une fois que pouvait être celui du sang, fébrile mais pourtant réel, qu'elle sentit au fond de sa gorge, indicible. Alarme silencieuse à l'écho illusoire, qu'elle entendait, pourtant, déjà en un murmure - craquements de branches et souffle saccadé. Elle l'écouta arriver, attentive, sur ses gardes, elle l'écouta mais ne le comprit pas.
Déjà une masse inhumaine s'abattait sur son flanc, la projetant au sol ; déjà elle pouvait sentir cette haleine brûlante se glisser jusqu'à ses narines, mêlée à la fraîcheur des feuilles de chêne orangée. Maintenant les crocs loin de son visage avec fébrilité, glissant deux mains agiles contre les épaules du loup, et s'accrochant à son pelage, dans la nuit, Oona laissa échapper un cri d'alerte adressé à son frère. Il y avait cette peur qui irriguait ses veines, infime, mélangée à l'adrénaline délicieuse qui se glissait dans ses artères, prépondérantes. Au terme de longues secondes de lutte elle se retrouva libre de ses mouvements, nouvel air insufflé dans ses poumons tandis qu'elle se redressait fébrilement, prise d'un violent mal de crâne. Il y avait cet équilibre précaire, tournis, lorsqu'elle se releva. Manquant de tomber, elle dut s'adosser contre un tronc d'arbre. Souffle court. Et cette sensation, un instant, d'ailleurs, le temps de récupérer un peu, juste un peu, le temps d'un battement de cil. Elle pouvait entendre en échos indistincts le combat faire rage, quelques mètres plus loin ; les feuilles se briser sous pattes et pieds, les corps s'entrechoquer, et ces grognements, bestiaux, qu'il vienne de son frère ou du loup. Aucune différence. Confusion. Réalité ou illusions. Rien, si ce n'était quelques formes indistinctes lorsqu'elle rouvrit les paupières, illuminées à la lueur de la lune, solaire. Pourtant, elle trouva le courage, fébrile, se détacha de son pilier, et s'approcha, vacillante, du combat. Flou. Indicible. Elle extirpa de sa ceinture une dague, incertaine, les mains tremblantes, et manqua de se couper à plusieurs reprises. C'était le cœur tremblotant dans sa cage thoracique, les sueurs froides se glissant sur son front brûlant, l'incertitude, inédite, étrangère jusqu'ici. Une baisse de garde. Un regard relancé à son aîné. Et un cri qui s'étendait loin, si loin dans la forêt, strident, jusqu'à ce qu'il ne s'essouffle. « Caleb ! » Et, instantanément, elle entendit les peaux se déchirer sous quelques crocs acérés. Douleur irradiant son cœur à elle, aussi, un peu, elle décocha alors instinctivement la dague qu'elle tenait depuis de nombreuses secondes dans les mains, faisant fuir la bête. Mécanique. Elle se traîna difficilement jusqu'au corps de son frère, s'asseyant à ses côtés, prenant son visage entre ses doigts incertains et plantant son regard azuré dans le sien, vitreux et humide. Quelques caresses tendres, tandis qu'elle, sanglotant, tentait avec illusion de le réconforter, la voix brisée. « Tout ira bien. Je... Tout ira bien, je te le promets, tout ira bien, tu vas bien aller, t'en ressortiras plus fort, tu verras, c'est une bonne expérience, tu deviendras indestructible. On est indestructibles, pas vrai ? On peut pas nous toucher. On peut pas te toucher... » Et pourtant, dans son ombre, elle ne pouvait plus deviner ses traits ; elle prenait toute la lumière, et seules se dessinait dans la nuit les traits de ces lèvres incertaines qui murmurèrent dans un souffle réaliste. « C'est fini Oona. Nous chassons ceux qui nous... »   Rien d'autre. Pas un seul dernier mot. Et tandis qu'elle, insolente, glissait un doigt sur ses lèvres pour s'assurer qu'il se taise, elle se promit, toujours, de ne jamais le laisser lui échapper.

lie underneath your skin

« Roseburg ? Mais c'est dans l'Oregon, ça, ma chérie. Il me semble que les Moore résident là-bas, ainsi que le dernier des Abberline si j'ai bien compris. James. Pourquoi veux-tu partir ? » Elle n'avait de cesse de la regarder avec ce sourire, forcé et concis, appelant à la confiance, pourtant, alors qu'il n'en était rien. Les boucles rousses de sa mère encadraient son visage à la perfection et il semblait même que chaque trait de son visage, chaque relief avait été dessiné avec minutie, si parfaitement qu'ils en semblaient irréels et faux. Oona avait hérité de cela, expressions indicibles, tantôt sincères tantôt hypocrites. Véritable poupée de porcelaine. Et tandis qu'elle feignait de manière subtile la tristesse, détournant la table de la cuisine pour aller chercher son café, elle s'adossa au plan de travail, avalant une ou deux gorgées avant de répondre à sa mère, qui la dévisageait le regard lourd. « Tout ici me rappelle Caleb, tu sais. J'ai besoin de partir. Prendre un nouveau départ. Et puis... Les Moore ne seront jamais contre des renforts. Les choses sont calmes par ici. Vous pouvez vous passer de moi. » Manipulatrice. La jeune femme se frotta les yeux de sa main libre, retrouvant ensuite finalement le regard de sa mère qui, bras croisés sur la poitrine, ne semblait démordre de sa position. Peu importe ce que cela lui coûtait. Oona devait partir. Avec ou sans l'approbation de ses parents. Il lui serait pourtant bien plus aisé si elle cédait. Ainsi, terminant sa tasse, elle revint à la charge, se plaçant derrière la table, replaçant une mèche de cheveux derrière son oreille. Un léger pincement de lèvres, et elle posa ses deux bras sur la table de bois blanc. Le soleil, léger et matinal, lui agressa tout de même la rétine, et, plissant les yeux, elle redressa le visage et reprit. «  James m'a appelé. Il se sent un peu seul, et puis, la situation là-bas dégénère. En tout cas pour lui. Je peux pas le laisser tout seul. » Elle observa le regard de son juge se faire plus intéressé, intrigué, et presque approbateur. Se redressant, elle croisa les bras sur sa poitrine, attendant le jugement. Petit mensonge pour de grands secrets. Elles se toisèrent ainsi de longs instants, dans le silence, et jamais elle ne baissa le regard ; fière, et soutenant ses arguments. C'était un débat silencieux, à celle qui la première craquerait, probablement, et jamais Oona ne perdait à ces jeux ci. Ainsi au terme de plusieurs minutes de joute muette, sa mère esquissa un sourire, léger, se détendant quelque peu et se retournant pour achever le plat qu'elle était en train de préparer.« Il y a  un vol demain. Prépare ta valise, et n'oublie rien. Pour tes armes, ne t'en fais pas, on appellera le centre. » Soulagement. Elle se détendit instantanément, s'approcha de sa mère et embrassa sa joue avant de se précipiter dans sa chambre et de commencer dès lors à préparer sa valise, emportant avec elle les affaires de son frère.

Les rues étaient désertes à cette heure ci. Seules s'échouaient sur le trottoir, et battaient le pavé, quelques âmes égarées ici et là qu'elle croisait de temps à autre. La nuit avait cet effet de rendre chaque recoin de l'endroit gris, de différentes teintes simplement, et ainsi Oona s'évertuait-elle à retrouver son chemin parmi le dédale de croisements et boulevards qu'elle empruntait le pas pressé. Pourtant elle aurait pu le faire les yeux fermés. Pour rejoindre une partie d'elle, elle aurait pu simplement clore ses paupières, et se laisser entraîner.
Lorsque finalement elle l'aperçut au bout de la rue, son cœur manqua un battement et elle s'empressa de le rejoindre, sautant dans ses bras encore faibles. Il esquissa un léger sourire, quoique triste, elle le sentit, ce soupir, s'échouer sur la peau nue de son cou. « On part demain. Je t'ai pris quelques affaires. Je pouvais pas prendre plus, maman l'aurait remarqué. » Il la regarda, la remercia d'un sourire, et c'était tout. Rien de plus. Jamais rien de plus depuis. Elle pouvait lire sur son visage les traits de la douleur et de la peine ; il se répugnait lui-même. Comme s'il l'avait choisi. Comme s'il était responsable. Et sur son visage s'abattaient quelques lumières de néons rouges, découpant ses traits en plusieurs parties, irradiant ses joues et sa mâchoire renforcée. Encore, Oona esquissa un sourire. Enfantin peut-être. Insouciant sûrement. Toujours, à Londres, lorsqu'elle était avec lui. « On va y arriver. Je te le promets. »

these violent delights have violent ends

Des heures. Quelques courbatures brûlantes déchiraient ses muscles et la mettaient en peine, parfois, de temps à autre. Elle pouvait les sentir irradier ses jambes et bras, alertes depuis trop longtemps déjà. Pourtant le plaisir résultant de cette chasse n'équivalait nullement la douleur. Il valait beaucoup plus. Ainsi se frayant un chemin derrière la bête, rapide, et sachant pertinemment qu'elle était suivie, Oona attendit, quelques instants une baisse de garde de sa part. Au travers des feuilles le soleil se glissait sur son pelage argenté ; un instant, la chasseuse se surprit à trouver le loup impressionnant, beau, peut-être. Probablement bien plus encore lorsqu'il serait mort, tâché de sang. À cette idée un large sourire fendit son visage poupin, quoique empreint d'une folie destructrice, et, patiemment, elle attendit le moment opportun, se glissant dans chacun de ses pas durant de longues minutes, encore. Sans un bruit. Seul celui de quelques souffles, de quelques craquements. Pourtant, un l'intrigua, et, se redressant prudemment, Grimes parcouru les alentours de son regard aiguisé durant quelques secondes. Un autre souffle, et d'autres pas. Bien rapidement ses prunelles azurs s'échouèrent sur une silhouette étrangère qu'elle détailla de longs instants durant, tentant probablement vainement de retrouver un prénom, une image. Rien ne vint. Il traquait, tout comme elle. Et dans un sourire, désireuse de l'emporter, elle reprit sa course de plus belle, se moquant cette fois éperdument de la prudence tant le désir ardent de devancer son adversaire se faisait intense. Ainsi bien rapidement elle parcourut la distance la séparant de la bête, et l'abattit, sans scrupule, de deux coups de feu aux balles remplies d'aconit. Esquissant un sourire satisfait, elle s'approcha de la bête, lentement, et asséna le coup fatal de sa dague, la plantant dans le corps de l'animal le sourire aux lèvres. Quelques frissons, déjà, parcouraient son épiderme, et elle observa son oeuvre, de longues secondes, attendant aussi avec intrigue l'autre chasseur inconnu afin qu'il puisse être témoin.
Lorsque enfin elle l'entendit s'approcher, Oona se redressa, esquissant un sourire narquois et fier, se pavanant légèrement devant le jeune homme d'une démarche assurée. Rangeant sa dague dans son étui après l'avoir nettoyée, elle redressa finalement le regard sur son visage, dévorant ses traits de longs instants. Il était beau, et les nombreuses ombres que dessinaient les feuilles sur son visages le rendaient sûrement plus intriguant encore. Ainsi de longues secondes, silencieuse, elle détailla son visage de son regard inquisiteur, parcourut sa peau fine, l'arrête de sa mâchoire et celle de son nez, jusqu'à ce que finalement elle ne prenne la parole, enjouée. « Tu manques un peu de rapidité. » Elle l'observa, encore un peu, et, féline, elle s'approcha de lui, réduisant les quelques mètres qui les séparaient encore. Étrange sensation qui s'empara d'elle. Pourtant, maître de ses gestes, et plus encore de ses mots, elle esquissa de nouveau un sourire, reprenant d'une voix mielleuse. « Ou alors, nous sommes pareils. La chasse n'est pas suffisante à elle-même. La traque est bien plus excitante. » Un léger rictus s'échappa d'entre ses lèvres, tandis que, défiante, elle lui tendait la main. Signe d'amitié ou de paix, peu importe ; elle pouvait lire sur son visage qu'il la suivrait, dès lors où il l'avait rencontrée, elle pouvait lire sur son visage, que, quelque part, leurs chemins se recroiseraient, indéniablement. Ainsi il accepta sa demande, et, serrant sa main, de nouveau elle reprenait, intéressée. « Oona. Comment t'appelles-tu, toi ? Et d'où viens-tu ? » Elle n'attendit pas sa réponse, se retourna, et retrouva la bête, s'agenouillant auprès d'elle, et observant ses blessures délectables. L'aconit se propageait encore, dans tout l'abdomen du loup ; et elle, ne pouvait décrocher son regard des plaies, qui suintaient et répandaient toutes trois des odeurs nauséabondes. De longues secondes, elle demeura ainsi, assise, souriante et silencieuse. Et finalement, glissant un doigt sur les tâches de sang de l'animal, elle laissa retomber ses mots, ultimes. « Je t'apprendrais si tu le désires. Je t'apprendrais tout ce que tu veux savoir. »

« Ne cherche pas à comprendre davantage. Tu ne peux pas tuer ce loup, c'est tout. » Elle l'observait avec cet suffisant, orgueilleux, qu'elle empruntait toujours à sa mère lorsqu'elle en avait besoin. Soutenant ses prunelles vertes, elle finit par s'asseoir sur la table de la cuisine, ne détournant jamais, au grand jamais le regard. Car c'étaient les peurs qui lui revenaient, encore, qu'elle dissimulait aux yeux du Monde car personne ne devait savoir. Pas même lui. Ce loup dont il parlait n'était autre que sa chair, et son sang, et pour rien au monde elle n'aurait laissé quelqu'un le toucher, ou même l'effleurer. Ainsi éprise d'une doucereuse crainte depuis que lui lui en avait parlé, elle reprit, en dépit de ses protestations et questions multiples. « Laisse juste tomber. Il y a assez de loup ici pour repeupler plusieurs forêts entières. Tu n'as pas besoin de t'attarder sur celui-ci, aussi obsessionnel puisse-t-il être. Je m'en fiche. » Elle haussait le ton, légèrement ; il ne comprenait pas, et sûrement ne pourrait-il pas même comprendre si elle tentait ne serait-ce qu'une fois de le lui expliquer. Ainsi lorsqu'il s'approcha d'elle, légèrement énervé, Oona fit ce pour quoi elle était meilleure ; elle le manipula, sourire aux lèvres. Glissant ses doigts autour de sa taille et l'attirant contre elle, elle vint chercher ses lèvres entre les siennes. Il y avait toujours cette sensation, indicible de se retrouver lorsque finalement leurs peaux s'effleuraient, ne serait-ce qu'un peu, et ce cœur, qui battait, trop fort, trop vite, sans prétention. Il ne put lui résister, et, ainsi tandis qu'elle l'embrassait, elle remonta ses mains jusque sur sa nuque, irradiant sa peau de son index baladeur qui vint, une fois contre sa peau, trouver logis dans ses cheveux alors que davantage encore elle l'attirait contre elle pour que de nouveau ils ne fassent plus qu'un.



Last edited by Oona Grimes on Thu 31 Jul - 6:50; edited 6 times in total
Back to top Go down

Noam Parker

Noam Parker
DRUID : MAGIC IS IN MY BLOOD.

✰ there's no cure for our condition. Tumblr_nbw6tnba791tpu4hro7_250

PSEUDO : bigbadwolf, lise. MESSAGES : 341 DISCLAIMER : avatar: bbw / gifs: tumblr / lyrics: parra for cuva, wicked games OTHER MUSE : james abberline (chasseur/hunter) AVAILABILITY : not yet. AVATAR : dylan o'brien.
AGE : 23 years old.
GROUPE : druids.
CIVILIAN STATUS : récemment célibataire, mais si vous lui demandez : tout va bien. Tout va toujours bien avec Noam. / Recently single, but if you ask him: everything's fine. Everything's always fine with Noam.
HABITATION : Il vit dans un appartement à lui depuis quelques semaines, et déjà il l'a envahit de ses plantes sechées, son encens et même le Livre des Ombres qu'il emprunte souvent. / He has lived in his own flat for a few weeks and already has a lot of plants and encenses, and even the Book of Shadow he took from his mother.
JOB : jeune diplômé en recherche d'emploi. / Gratuated a few months ago, he still is looking for a job.

✰ there's no cure for our condition. Empty
PostSubject: Re: ✰ there's no cure for our condition.   ✰ there's no cure for our condition. EmptyThu 31 Jul - 3:41

Ton personnage a l'air tellement trop cool  ✰ there's no cure for our condition. 1259299134 
Bienvenue cousine (mauvais compte, but, voilà  ✰ there's no cure for our condition. 412928879 ).

_________________

what a wicked game you play, to make me feel that way.

when the world was on fire no one saved me but you (...) and i don't want to fall in love with you.
Back to top Go down

Oona Grimes

Oona Grimes
HUNTER : WE HUNT THOSE WHO HUNT US.

✰ there's no cure for our condition. Tumblr_mytutaW9ce1rsgntko7_250

PSEUDO : red strings. MESSAGES : 159 DISCLAIMER : sil. (avatar) OTHER MUSE : charlie baxendale. AVAILABILITY : 2/3. AVATAR : sophie turner.
AGE : vingt-et-un ans.
GROUPE : chasseurs.
CIVILIAN STATUS : en couple avec rohan, et il ne peut en être autrement.
HABITATION : harvard avenue.
JOB : étudiante en commerce.

✰ there's no cure for our condition. Empty
PostSubject: Re: ✰ there's no cure for our condition.   ✰ there's no cure for our condition. EmptyThu 31 Jul - 3:54

Merci Lise I love you Héhé t'en fais pas. Cette famille va faire de grandes choses, je te le dis.  ✰ there's no cure for our condition. 2986321784 Et il faudra qu'on se trouve aussi un lien avec Noam, tiens (super pseudo d'ailleurs, et puis bby Dylan  ✰ there's no cure for our condition. 4129942976)
Back to top Go down

Gretta Winslow

Gretta Winslow
WOLF : HOWL AT THE MOON.

PSEUDO : l'oisillon bleu. MESSAGES : 324 DISCLAIMER : azelle (avatar). - tumblr (sign). AVAILABILITY : (2/2). AVATAR : crystal reed.
AGE : twenty-four yo.
GROUPE : werewolf.
CIVILIAN STATUS : Free as the wind.
JOB : painter/artist ~ seller in a flower shop.

✰ there's no cure for our condition. Empty
PostSubject: Re: ✰ there's no cure for our condition.   ✰ there's no cure for our condition. EmptyThu 31 Jul - 5:48

Sophie est superbe ! ✰ there's no cure for our condition. 2663175864 
Bienvenue à toi et bon courage pour ta fiche I love you
Back to top Go down

Oona Grimes

Oona Grimes
HUNTER : WE HUNT THOSE WHO HUNT US.

✰ there's no cure for our condition. Tumblr_mytutaW9ce1rsgntko7_250

PSEUDO : red strings. MESSAGES : 159 DISCLAIMER : sil. (avatar) OTHER MUSE : charlie baxendale. AVAILABILITY : 2/3. AVATAR : sophie turner.
AGE : vingt-et-un ans.
GROUPE : chasseurs.
CIVILIAN STATUS : en couple avec rohan, et il ne peut en être autrement.
HABITATION : harvard avenue.
JOB : étudiante en commerce.

✰ there's no cure for our condition. Empty
PostSubject: Re: ✰ there's no cure for our condition.   ✰ there's no cure for our condition. EmptyThu 31 Jul - 6:00

Que dire de Crystal alors ? I love you Merci beaucoup, il nous faudra un lien !
Back to top Go down

Noam Parker

Noam Parker
DRUID : MAGIC IS IN MY BLOOD.

✰ there's no cure for our condition. Tumblr_nbw6tnba791tpu4hro7_250

PSEUDO : bigbadwolf, lise. MESSAGES : 341 DISCLAIMER : avatar: bbw / gifs: tumblr / lyrics: parra for cuva, wicked games OTHER MUSE : james abberline (chasseur/hunter) AVAILABILITY : not yet. AVATAR : dylan o'brien.
AGE : 23 years old.
GROUPE : druids.
CIVILIAN STATUS : récemment célibataire, mais si vous lui demandez : tout va bien. Tout va toujours bien avec Noam. / Recently single, but if you ask him: everything's fine. Everything's always fine with Noam.
HABITATION : Il vit dans un appartement à lui depuis quelques semaines, et déjà il l'a envahit de ses plantes sechées, son encens et même le Livre des Ombres qu'il emprunte souvent. / He has lived in his own flat for a few weeks and already has a lot of plants and encenses, and even the Book of Shadow he took from his mother.
JOB : jeune diplômé en recherche d'emploi. / Gratuated a few months ago, he still is looking for a job.

✰ there's no cure for our condition. Empty
PostSubject: Re: ✰ there's no cure for our condition.   ✰ there's no cure for our condition. EmptyThu 31 Jul - 8:56


tu es validé(e) !
sois le bienvenu chez toi

Ta plume est vraiment très bonne, je suis toujours ravie de découvrir que j'ai un bon lien avec quelqu'un qui écrit si bien ! Bref, tu es bien sûre validée et j'ai hâte de te voir à l'oeuvre ! I love you

A présent que tu es validé, il y a certaines choses que tu dois savoir !

→ Tout d'abord, il te faut venir recenser ton avatar par ici, puis le groupe dans lequel se trouve ton personnage (humains inclus) par là !
→ N'hésites pas non plus à faire un tour ici pour faire ta demande de profession et pour ta demande d'habitation.
→ Enfin, tu peux créer des scénarios dans cette partie et poster ta fiche de liens dans celle-là.
Et n'oublies surtout pas de t'amuser et de profiter ! :ext:

Bon jeu ! ✰ there's no cure for our condition. 1938854549


_________________

what a wicked game you play, to make me feel that way.

when the world was on fire no one saved me but you (...) and i don't want to fall in love with you.
Back to top Go down

Sybil Abberline

Sybil Abberline
HUNTER : WE HUNT THOSE WHO HUNT US.

✰ there's no cure for our condition. Tumblr_nazhfitp8R1qlyuevo6_250

PSEUDO : blown mind (camille) MESSAGES : 302 DISCLAIMER : rohan d'amouuuur OTHER MUSE : Non, pas pour le moment. AVAILABILITY : Indisponible (0/3 places) mais je peux m'arranger. AVATAR : Eliza Taylor-Cotter
AGE : Vingt ans.
GROUPE : Chasseurs.
CIVILIAN STATUS : Célibataire.
HABITATION : Maison n°355 Black Avenue with Imogen Abberline
JOB : Etudie la médecine vétérinaire, est assistante vétérinaire au cabinet de la ville et est chasseuse de loups-garous.

✰ there's no cure for our condition. Empty
PostSubject: Re: ✰ there's no cure for our condition.   ✰ there's no cure for our condition. EmptyFri 1 Aug - 5:30

La cousiiiiine ✰ there's no cure for our condition. 7527918  :ext: ✰ there's no cure for our condition. 1938854549 

Désolée, j'ai manqué ton arrivée  ✰ there's no cure for our condition. 3902823558 ✰ there's no cure for our condition. 4129942976 

Bienvenuuue en retard  ✰ there's no cure for our condition. 3788838293 ✰ there's no cure for our condition. 1933069005 
Back to top Go down

Oona Grimes

Oona Grimes
HUNTER : WE HUNT THOSE WHO HUNT US.

✰ there's no cure for our condition. Tumblr_mytutaW9ce1rsgntko7_250

PSEUDO : red strings. MESSAGES : 159 DISCLAIMER : sil. (avatar) OTHER MUSE : charlie baxendale. AVAILABILITY : 2/3. AVATAR : sophie turner.
AGE : vingt-et-un ans.
GROUPE : chasseurs.
CIVILIAN STATUS : en couple avec rohan, et il ne peut en être autrement.
HABITATION : harvard avenue.
JOB : étudiante en commerce.

✰ there's no cure for our condition. Empty
PostSubject: Re: ✰ there's no cure for our condition.   ✰ there's no cure for our condition. EmptyFri 1 Aug - 5:53

Merci beaucoup Lise I love you
Oh et merci aussi, ne t'en fais pas surtout, il faudra qu'on étudie un peu plus notre lien !
Back to top Go down


Sponsored content


✰ there's no cure for our condition. Empty
PostSubject: Re: ✰ there's no cure for our condition.   ✰ there's no cure for our condition. Empty

Back to top Go down
 

✰ there's no cure for our condition.

View previous topic View next topic Back to top 
Page 1 of 1

Permissions in this forum:You cannot reply to topics in this forum
A SHOT IN THE DARK :: passeports validés-